Editions Terre Vivante – L’écologie pratique

Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris Envoyer à un ami

Bien sécher son bois

© Antoine Bosse-Platière
legende © Antoine Bosse-Platière
Pour une bonne combustion, peu polluante et avec un bon rendement, il faut absolument brûler du bois sec. Quelques conseils...
Partager cet article :
|

abri bois
© D. Klecka© D. Klecka

Le bois de chauffage fraîchement abattu, conditionné en 1 mètre de long, doit être stocké au minimum deux ans pour obtenir une combustion optimale. Coupé, fendu et conservé sous abri dans un endroit bien ventilé, le bois sèche plus vite et ce délai est ramené à un an, voire moins dans les régions sèches.

Pour ce qui est du stockage, il n’y a pas 36 manières de faire. D’abord, le bois ne doit pas être posé directement sur le sol : des palettes feront l’affaire, ou des traverses en bois, ou – pourquoi pas ? – un caillebotis confectionné par vos soins. Surtout, ne pas laisser un tas de bois en attente d'être débité au contact du sol et recouvert d'un bâche qui va concentrer l'humidité : il faut le débiter et le fendre le plus tôt possible.

Il y a ensuite plusieurs techniques pour monter les piles et éviter qu’elles ne dégringolent. Avec des longueurs conséquentes (au-delà de 50 cm), on peut croiser les bûches à chaque extrémité de la pile afin de bloquer celle-ci. Avec des bûches plus courtes (33 cm), c’est plus compliqué : mieux vaut prévoir un mur ou un système de pieux en châtaignier qui permette de retenir la pile. On peut aussi se servir des palettes pour y glisser des planches verticales vissées à leur base sur celles-ci et liaisonnées entre elles au-dessus de la pile.

Le bois doit ensuite être couvert, si possible avec autre chose que du plastique (condensation assurée sous la bâche) : des tôles feront bien l’affaire, mais ce n’est pas toujours élégant. On peut aussi opter pour des planches de bois bien jointoyées en leur donnant un peu de pente pour favoriser l’écoulement de l’eau de pluie. Il existe par ailleurs des bâches microperforées destinées à couvrir les tas de bois. On ne doit couvrir que la surface du tas : l’air doit pouvoir circuler entre les bûches. Pour certaines essences de bois telles que le chêne ou le châtaignier, il ne faut pas hésiter à laisser les bûches à l’air libre, de sorte que la pluie les lave de leurs tanins, car s’il en reste dans le bois au moment de la combustion, celle-ci sera mauvaise. Quitte à les couvrir à la fin de l’été, avant la saison de chauffe. L’idéal est d’avoir une année d’avance : on est ainsi sûr d’avoir du bois sec l’année suivante.

Emmanuel Carcano

A lire également notre article Le chauffage au bois pollue-t-il ?

En savoir plus - livres de Terre Vivante

Livre Chauffage au bois Chauffage au bois
Emmanuel Carcano

Le livre qu'il vous faut pour passer un hiver bien au chaud
Livre Poêles à accumulation Poêles à accumulation
Vital Bies
Marie Milési

Le livre de référence!
Feuilleter le catalogue

Notre sélection de livres

Chauffage au bois

Livre Chauffage au bois
choisir un appareil performant et bien l'utiliser
Emmanuel Carcano

Le livre qu'il vous faut pour passer un hiver bien au chaud

160 pages; (15 x 21 cm); 21,30 €

Ajouter au panier

Voir le catalogue  >

© 2008 Terre vivante