Editions Terre Vivante – L’écologie pratique

Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris Envoyer à un ami

Bien isoler ses murs

© Jean-Jacques Raynal
legende © Jean-Jacques Raynal
Cellulose, briques de chanvre (photo ci-contre), lin, fibre de bois, liège expansé, plume, laine… les isolants écologiques sont désormais nombreux. Mais lequel choisir pour bien isoler vos murs ? Et quelle technique adopter ? Quelle épaisseur utiliser ? Quelques conseils de base.
Partager cet article :
|
Pertes de chaleur d'une maison non isolée - © H. NalletPertes de chaleur d'une maison non isolée - © H. Nallet
Les murs représentent en moyenne 25 % des pertes thermiques d'une maison,
juste derrière la toiture (30 % - voir la page Bien isoler son toit) et sans compter les vitrages (13 %), qui doivent avoir des performances comparables à celles des murs (voir la page Fenêtres et vitrages).

Une approche multicritères

Les premiers critères de choix d'un isolant sont écologiques : matières premières renouvelables et recyclables, peu d'énergie grise et d'émissions de C02 pour leur fabrication, faible impact sur la qualité de l'air intérieur et la santé... De ce point de vue, les isolants végétaux présentent un bien meilleur écobilan que les laines minérales ou les isolant issus de sous produits pétroliers.

Les performances des isolants sont mesurées classiquement par le "lambda" ou conductivité thermique (aptitude à transmettre la chaleur). Pendant la saison chaude, où les murs doivent contribuer à éviter les surchauffes, on s'intéressera plus particulièrement à la capacité thermique ou au déphasage des isolants, qui leur permet d'emmagasiner la chaleur pour la restituer avec un certain déphasage. Les performances en matière d'isolation phonique sont également à prendre en compte. Tous ces critères se retrouvent dans le tableau publié dans la page Quel isolant choisir ?. Il vous faudra également choisir l'isolant le plus adapté à votre chantier : possibilités de mise en œuvre, nature des supports, sans oublier le prix.

Isoler par l'extérieur ?

Isolation extérieure d'un mur en pisé par des panneaux de roseaux. © Antoine Bosse-PlatièreIsolation extérieure d'un mur en pisé par des panneaux de roseaux. © Antoine Bosse-Platière
Vous allez devoir faire un autre choix important : isoler par l'intérieur ou par l'extérieur ?

Bien que cette dernière option soit peu développée en France, elle présente l'avantage d'assurer une continuité de l'isolant sur toute la façade, ce qui évite la plupart des ponts thermiques non résolus avec une isolation par l'intérieur (planchers, plafonds et murs de refend).  Elle permet aussi de conserver tout le bénéfice de l'inertie d'un mur massif dans le cas d'une résidence principale (à éviter pour une résidence secondaire, qui mettra trop longtemps à se réchauffer en saison froide).

La difficulté consiste à trouver des isolants résistants aux contraintes extérieures et capables d'assurer la stabilité d'un enduit permettant de retrouver un aspect extérieur traditionnel.  Les plaques de liège expansé se prêtent parfaitement à cet usage. On peut également utiliser des plaques de fibragglos ou des panneaux de fibres de bois capables de recevoir un enduit.

Autres solutions possibles :

  • - le vissage de panneaux de roseaux sur lesquels viendra s'accrocher un enduit ;
  • - un enduit isolant épais (à base de chanvre, de liège ou de perlite) projeté à l'aide d'un compresseur et recouvert d'un enduit de finition.

Ces solutions, dont la mise en œuvre est délicate, sont plutôt réservées aux professionnels.

Isolation intérieure : en vrac, en rouleaux ou en panneaux ?

Pose d'isolant chanve en rouleaux. © Antoine Bosse-PlatièrePose d'isolant chanve en rouleaux. © Antoine Bosse-Platière
Pour isoler par l'intérieur, vous avez le choix.

- Panneaux souples (cellulose, bois feutré, chanvre, lin) et rouleaux (chanvre, lin) sont faciles à mettre en œuvre et bien adaptés à la rénovation : ils s'intercalent entre des éléments d'ossature et se fixent avec quelques agrafes (Voir la page Poser un isolant souple).

- Les isolants plus rigides (panneaux de liège, de fibre de bois ou de paille cartonnée) ne doivent pas être installés entre des montants d'ossature car ils risquent de ne pas être bien jointifs. Il faut les coller (mortier adhésif) ou les clouer directement sur le mur ; ils peuvent ensuite recevoir certains enduits, du papier peint ou des tissus muraux.

- Les isolants en vrac sont les moins coûteux, mais leur mise en œuvre entre le mur et un panneau de parement est délicate et se fait par insufflation avec une pression qui doit être suffisante pour éviter tout tassement ultérieur (60 kg au m3 pour la cellulose). Les caissons doivent être bien hermétiques et aucun obstacle (gaines électriques, pointes vis...) ne doit gêner le passage de la cellulose. Voir la page Ouate de cellulose : l'isolant papier.

Quelle épaisseur ?

Pertes de chaleur d'une maison non isolée (daprès doc Ademe) - © H. NalletPertes de chaleur d'une maison non isolée (daprès doc Ademe) - © H. Nallet
Les épaisseurs ne seront pas les mêmes selon les zones climatiques, selon l'orientation des murs ou selon qu'il s'agit de murs extérieurs, de murs mitoyens (priorité au phonique) ou de cloisons intérieures. Isolez davantage le mur nord, exposition la plus froide : jusqu'à 20 - 25 cm selon les matériaux, pour avoir de bonnes performances thermiques. Pour les autres parois, à vous de trouver le bon compromis entre consommation d'énergie et amortissement du coût de votre isolation, sachant que ce sont les premiers centimètres les plus efficaces (voir schéma). Pour des murs épais en pierre ou en pisé, une simple correction thermique avec un enduit isolant, un panneau peu épais en bois feutré ou un lambris amélioreront considérablement le confort en supprimant l'impression de paroi froide.

Dernières recommandations : attention à la manipulation et à la découpe de certains isolants qui produisent beaucoup de poussière : portez un masque. Et mettez beaucoup de soin à la mise en œuvre, tout aussi importante que le choix de l'isolant.

Antoine Bosse-Platière

Voir l'article en archive "L'isolation des murs en rénovation" du n°126 (janvier-février 2001) des 4 Saisons du jardin bio.

En savoir plus - livres de Terre Vivante

Livre J'isole mon logement J'isole mon logement
Roland Dutrey
Pascal Greboval

Du sol aux combles, des murs à la toiture : toutes les solutions écologiques en matière d'isolation et leur mise en oeuvre pas à pas.
Livre L'isolation thermique écologique L'isolation thermique écologique
Samuel Courgey
Jean-Pierre Oliva

Un livre "référence" pour particulier et professionnel
Livre La rénovation écologique La rénovation écologique
Pierre Lévy

Expert, technique et complet
Feuilleter le catalogue
© 2008 Terre vivante