Le puits canadien :

Article publié le
Le puits canadien (ou puits provençal) est une forme de climatisation écologique. Il utilise l’inertie thermique du sol pour réchauffer ou rafraîchir l’air avant de l’introduire dans la maison.
De l'herbe au premier plan et une maison flouée en arrière plan

Il est possible d’améliorer le confort thermique à l’aide d’un puits canadien
W. van Poortvliet
|

Lors de la canicule de 2003, cette très ancienne technique de rafraîchissement des bâtiments a refait parler d’elle, en contrepoint du discours dominant sur la climatisation. Le principe est simple : prélever de l’air à l’extérieur, le faire circuler dans des tuyaux enterrés pour le rafraîchir et le distribuer dans la maison grâce à un ventilateur.

Schéma explicatif du fonctionnement d'un puits canadien
Schéma du dispositif
D. Klecka |

Sans ce dernier accessoire, le principe fut utilisé il y a très longtemps au Moyen-Orient, puis en Provence sous le nom de puits provençal. Au Canada, le même principe sert essentiellement à préchauffer l’air entrant pendant la saison froide. Sous nos climats, c’est le terme de “puits canadien” qui s’est imposé. Mais, il sert aussi bien à rafraîchir l’air en été qu’à le préchauffer en hiver.

Étude thermique indispensable

La prise d'air extérieure du puits canadien

Prise d’air extérieure
A. Bosse-Platière |

Plus on creuse profond, moins la température du sol varie avec les saisons. L’idée est donc de profiter de la présence des engins de terrassement au début du chantier de construction pour enterrer un ou plusieurs tuyaux d’environ 20 cm de diamètre (en polyéthylène ou polypropylène, mais évitez le PVC). La longueur des tuyaux et la profondeur des tranchées (entre 80 cm et 2 mètres) varient selon le type de sous-sol, la zone climatique et le volume d’habitation à rafraîchir ou à préchauffer. Une étude thermique préalable, réalisée par des professionnels expérimentés permet de trouver les bons compromis.

Bien entendu, depuis le 01 janvier 2013, toute construction neuve est soumise à des normes énergétiques de manière à limiter la consommation d’énergie. Cette réglementation thermique est définie par la RT 2012. Un calcul de coefficient « Bbiomax » est de ce fait nécessaire avant toute construction pour vérifier la conformité du chantier.

Assurément, le puits canadien s’inscrit dans une démarche d’économie d’énergie en accord avec le plan climat de la France.

Précautions et régulation

Schéma explicatif du fonctionnement d'un puits canadien en été

Schéma de fonctionnement en été
D. Klecka |

Certaines précautions sont indispensables :

  • Assurer l’étanchéité du conduit, notamment au radon dans les régions à sous-sol cristallin.
  • Prévoir une pente minimum de 2 % et un siphon pour permettre l’écoulement d’éventuels condensats.
  • Des grilles et des filtres pour assurer une bonne qualité de l’air entrant. La mise en œuvre doit être très soignée.

Schéma explicatif du fonctionnement d'un puits canadien en hiver

Schéma de fonctionnement en hiver
D. Klecka |

Enfin, le puits canadien doit être conçu en liaison avec le système de ventilation de la maison, avec une régulation performante. Elle doit permettre des réglages saisonniers automatiques (hiver, été, mi-saison), une surventilation nocturne en été et un contrôle par sondes de température et clapets motorisés. Ainsi, dans une maison à hautes performances énergétiques, le puits canadien sera couplé à la ventilation double flux.

 

 

Rentable ?

Le rapport efficacité/coût d’un tel dispositif dépend de très nombreux facteurs. Le prix plancher du matériel et de l’étude thermique est de l’ordre de 2000 € HT. Mais le coût du terrassement est souvent plus élevé. En neuf, dans les régions qui connaissent de fortes amplitudes de température, le jeu en vaut la chandelle puisque le puits canadien permet de réduire d’environ 20 % la facture annuelle de chauffage ou de climatisation. Dans certains cas : rénovation d’une maison qui a une bonne inertie, sous-sol très dur… mieux vaut investir dans d’autres améliorations bioclimatiques. Attention donc à l’effet de mode. L’étude préalable par des professionnels expérimentés est indispensable pour bien mesurer l’intérêt de cet équipement, et choisir le dimensionnement adapté à votre maison.

 

Antoine Bosse-Platière