Editions Terre Vivante – L’écologie pratique

Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris Envoyer à un ami

Le paillage, pour protéger la terre

© Jean-Jacques Raynal
legende © Jean-Jacques Raynal
Couvrir la terre d’un paillis est essentiel. Il suffit de regarder la nature pour s’en convaincre : partout, la terre est protégée par des débris végétaux, des feuilles mortes ou par les plantes elles-mêmes.
Partager cet article :
|

Les avantages du paillage

  • Le paillis limite fortement la pousse des herbes indésirables, supprimant de ce fait les corvées de désherbage.
  • Il évite l’évaporation et le dessèchement du sol. Si un binage vaut deux arrosages, le paillage en vaut au moins cinq.
  • Il limite l’échauffement du sol en été et son gel en hiver, préservant l’activité des micro-organismes du sol, qui se mettent au repos dans une terre trop chaude ou trop froide. Un atout incontestable lors des canicules qui seront plus fréquentes à l’avenir.
  • Il protège la surface de la terre des fortes pluies qui seront elles aussi plus violentes à l’avenir. Au lieu de ruisseler sur une croûte de “battance” formée par le martèlement des gouttes d’eau, l’eau s’infiltre en douceur dans la terre.
  • Il se transforme en humus, comme le compost et, discrètement mais sûrement, abrite les insectes auxiliaires pendant l’hiver et la saison sèche.
  • Le paillage ne présente donc que des avantages. Il faut éviter toutefois de pailler les plantes trop sensibles à la pourriture comme l’ail, l’oignon, l’échalote, les cactées et plantes de terre sèche.

Quand et comment pailler ?

  • Pour les plantes pérennes (par exemple rosiers, arbustes et vivaces), paillez en hiver (feuilles, rameaux fragmentés, appelés aussi BRF), ou en fin d’hiver quand la terre s’est abreuvée des pluies.
  • Pour les cultures annuelles, paillez après leur plantation ou quand les semis sont bien levés, de préférence après une pluie. Si la terre est sèche, paillez puis arrosez copieusement, l’eau sera filtrée par le paillis sans ruisseler. Paillez toujours sur un sol nivelé, nettoyé des herbes et de leurs racines.
  • Couvrez bien le sol autour des plantations mais n’enfouissez pas les plantes sous le paillis : le collet doit être bien dégagé
  • L’épaisseur du paillis dépend de sa vitesse de dégradation et de la durée de sa présence : pour des cultures courtes, l’idéal est que le paillis soit largement décomposé en fin de récolte. Sinon, raclez-le avant une remise en culture. N’enfouissez pas le paillis. En effet, les micro-organismes vont avoir à se mobiliser pour le décomposer, ce qui consomme de l’azote qui ne sera plus disponible pour les plantes. D’où une “faim d’azote” de celles-ci.
Denis Pépin, collaborateur des 4 Saisons du jardin bio

En savoir plus - livres de Terre Vivante

Livre Je paille mes cultures Je paille mes cultures
Blaise Leclerc
Jean-Jacques Raynal

Quand pailler rime avec économiser... Les bâches ou toiles ne sont pas les uniques moyens de paillage, il existe de nombreux types de paillis naturels qu'il faut savoir choisir et utiliser !
Feuilleter le catalogue

Connaître son solStage Terre vivante

Connaître et soigner son sol

Argileux, limoneux, sableux : à chaque sol ses pratiques ! Venez apprendre à identifier votre type de sol pour l‘améliorer et le nourrir, clé de la réussite.

-- PUBLICITE --
Notre éthique

Notre sélection de livres

Je paille mes cultures

Livre Je paille mes cultures
Moins d'arrosage, moins d'herbes indésirables, des légumes tout propres
Blaise Leclerc Jean-Jacques Raynal

Quand pailler rime avec économiser... Les bâches ou toiles ne sont pas les uniques moyens de paillage, il existe de nombreux types de paillis naturels qu'il faut savoir choisir et utiliser !

96 pages; (21 x 21 cm); 12,00 €

Ajouter au panier

Voir le catalogue  >

© 2008 Terre vivante