Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris Envoyer à un ami

Actualités

6 résultats sur 10 - Page 1/2
1[2]

Terre vivante accueille Alternatiba Rhône-Alpes

18/07/17 - Mardi 25 juillet, Terre vivante reçoit les cyclistes d'Alternatiba qui font étape à Mens, dans le Trièves (38) durant leur "tour vélo à énergie positive". Initié par le collectif citoyen Alternatiba Rhône, ce tour est un "festival itinérant de la transition énergétique", qui sillonne les routes du Rhône, de la Loire, de l'Ardèche, de la Drôme et de l'Isère entre le 1er et le 27 juillet. Son objectif : renforcer la transition énergétique et citoyenne.

Les cyclistes du tour arriveront à Mens le lundi soir, où ils seront accueillis et hébergés par la mairie. Une conférence gesticulée de Gwennyn Tanguy est prévue à 20 heures sous la halle du village, intitulée “C'est pas la fin du monde ! Mais faut tout réinventer”. Après une bonne nuit de repos (ils auront tout de même franchi le col de Menée le lundi, qui n'est pas une mince affaire…), les cyclistes rencontreront des salariés de la Scop Terre vivante, qui les accompagneront jusqu'au centre à vélo depuis Mens… Certains salariés – les tricheurs… – en profiteront pour essayer des vélos électriques !

Au programme du matin, visite des bâtiments du centre Terre vivante, des jardins et de l'exposition habitat écologique, suivie par un déjeuner sur la terrasse... Le tour à vélo fera ensuite son retour à Mens pour un atelier sur la rénovation énergétique des bâtiments animé par Florin Malafosse, de la communauté de communes du Trièves, un forum “actions et solutions” mené par Alternatiba Rhône, toujours sous la halle. La soirée se poursuivra avec un repas partagé et un bal folk animé par le groupe les Coquecigrues de Mens.

Avec ses 15 étapes à vélo ponctuées de "fêtes à énergie positive", ce tour vise à rassembler un large public autour des enjeux locaux de transition énergétique, afin de renforcer les initiatives locales et de construire la suite ensemble pour adapter nos lieux de vie face au défi climatique. 

De nombreuses solutions locales se développent dans chaque territoire : elles ne demandent qu'à être soutenues, renforcées et reliées pour changer d'échelle. Venez nombreux nous rejoindre à Mens le 25 juillet !

Marie Arnould, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

Eoliennes : pas dans les zones protégées !

27/06/17 - La Ligue de protection des oiseaux (LPO) a publié le 20 juin dernier un bilan national des rapports de suivi de la mortalité des oiseaux imputables aux éoliennes effectués entre 1997 et 2015 sur 1065 éoliennes françaises. Le nombre total de cadavres d'oiseaux retrouvés  (1102) apparaît assez faible. Mais l'estimation de la mortalité réelle - prenant en compte la durée de persistance des cadavres et le taux de détection - varie selon les parcs éoliens de 0,3 à 18,3 oiseaux tués par éolienne et par an, ce qui n'est pas négligeable. Sur les 97 espèces retrouvées, 75 % bénéficient d'un statut protégé et 8,4 % figurent sur la liste rouge des espèces menacées en France comme le bruant jaune et le gobemouche noir. Les espèces les plus touchées sont les passereaux (roitelets, alouettes, moineaux) suivis des rapaces diurnes (faucon crécerellette, milan noir...), les mouettes rieuses (près des parcs éoliens du littoral) et les martinets noirs. Enfin, la mortalité des oiseaux est environ deux fois supérieure pour les éoliennes situées à moins de 1000 m de zones de protection spéciales (ZPS) intégrées au Réseau Natura 2000 en raison de leur intérêt pour la protection des oiseaux, alors que les parcs concernés n'accueillent que 11 % des éoliennes françaises. Pour la LPO, « il convient donc rejeter l'implantation d'éoliennes à l'intérieur et à proximité des ZPS » (zone tampon d'1 km). Elle souhaite également que les éoliennes des parcs les plus anciens précisément situés à proximité des ZPS ne soient pas remplacées. La LPO précise cependant qu'elle soutient le développement des énergies renouvelables, selon les objectifs du scénario Négawatt, et donc celui des éoliennes. Mais en dehors des ZPS, qui ne couvrent que 8 % du territoire métropolitain. www.lpo.fr

Antoine Bosse-Platière, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

Des meubles moins émissifs

étiquetage meubles

08/06/2017 - Le mobilier participe pour une part importante à la mauvaise qualité de l'air intérieur de nos habitations.

Le ministère de l'Écologie a publié le 18 janvier dernier un projet d'étiquetage des meubles en bois en fonction de leurs émissions de formaldéhyde. L'étiquette reprend le principe de celle mise en place en 2013 pour les composés organiques volatils (COV) des produits de construction et de décoration.

L'entrée en vigueur est prévue pour 2020. C'est positif, mais on se demande pourquoi attendre. D'autant plus que des recommandations de l'Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail) préconisaient déjà de prendre également en compte d'autres polluants parmi les plus nocifs...

Antoine Bosse-Platière, de la réadction des 4 Saisons du jardin bio

 

Pollution et chauffage au bois

26/04/2017 - Le chiffre est assez terrifiant : les particules fines seraient responsables de 45 000 morts par an en France selon la Commission européenne !

Dans les agglomérations, les deux principales sources de particules fines sont le résidentiel/tertiaire (chauffage essentiellement) et le trafic routier (véhicules, mais aussi abrasion des routes, de pneus et des freins), chacune pour un peu plus de 30 % (données Airparif). Il y a donc urgence à réduire tout à la fois le trafic automobile en ville et les modes de chauffage les plus émetteurs.

Rappelons aussi que les chaudières et poêles récents à granulés ou à bûches émettent jusqu'à 100 fois moins de poussières qu'un ancien appareil à bûches et jusqu'à 400 fois moins qu'une cheminée à foyer ouvert.

Antoine Bosse-Platière, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

 

 

Matériaux biosourcés : retours d'expérience

22/03/2017 - Face aux impératifs de la transition énergétique, le secteur du bâtiment s'engage peu à peu dans une mutation qui bouleverse les logiques et les habitudes du passé. Ces changements nécessitent une montée en compétence des différents acteurs et il est indispensable de les sensibiliser aux risques induits par cette mutation.

C'est ce qu'entend faire l'Agence Qualité Construction qui a mis en place depuis 2010 un dispositif REX Bâtiments performants pour identifier in situ les problèmes et sinistres ainsi que les bonnes pratiques. Elle vient par exemple de mettre à disposition de tous sur son site un rapport sur l'utilisation des matériaux biosourcés. Il présente 12 enseignements majeurs tirés des problèmes fréquemment rencontrés avec ces matériaux et propose des solutions simples d'amélioration.

Cela concerne notamment les ponts thermiques rencontrés avec l'isolation en ouate de cellulose insufflée ou avec les murs et planchers bois ou encore avec les bottes de paille entre montants d'ossature bois, le confort thermique et acoustique dans les constructions bois, les problèmes d'étanchéité à l'air avec les constructions bois ou les enduits terre, ceux liés au séchage des bétons de chanvre, etc. Une mine d'informations pratiques indispensables aux professionnels engagés dans cette voie.

À consulter sur www.qualiteconstruction.com ou sur www.energivie.pro/bonnes-pratiques


Antoine Bosse-Platière, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

L'Anah contre la précarité énergétique

25/01/2017 - A son lancement en 2011, le programme Habiter mieux de l'Agence nationale de l'habitat (Anah) a permis de rénover près de 7000 logements. A l'époque, les estimations du Grenelle 1 avaient identifié une cible prioritaire de 550 000 logements occupés par des ménages en situation de précarité énergétique. Pour tenter d'y faire face, le rythme des rénovations financées par l'Anah depuis 2014 est passé à 50 000 logements par an puis à 70 000 en 2016, avec un objectif de 100 000 en 2017. Si les objectifs prioritaires de 2011 sont à portée de main, la précarité énergétique ne cesse de s'étendre et ces efforts doivent être poursuivis. Mais les performances énergétiques sont-elles au rendez-vous avec ces rénovations ? Ne faudrait-il pas relever le niveau d'exigence de ces opérations ? Une évaluation portant sur 1200 bénéficiaires évalue le gain de performance énergétique moyen à environ 40 % par logement rénové, avec une économie réelle de 34 % sur la facture énergétique des ménages. Ce n'est pas rien, mais ces logements étaient des passoires énergétiques et, dans ces conditions, un gain de performance de 40 % reste assez modeste. De plus les logements ainsi rénovés ne feront pas l'objet de nouvelles rénovations avant très longtemps. Comment relever le niveau d'exigence  de ces rénovations à budget constant sans pour autant ralentir un programme prioritaire, tel est le défi que va devoir relever l'Anah.

Pour en savoir plus sur les aides de l'Anah : www.renovation-info-service.gouv.fr et www.anah.fr

Antoine Bosse-Platière, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

6 résultats sur 10 - Page 1/2
1[2]

Notre sélection de livres

L'isolation thermique écologique

Livre L'isolation thermique écologique
Conception, matériaux, mise en oeuvre - Neuf et réhabilitation.
Samuel Courgey Jean-Pierre Oliva

Un livre "référence" pour particulier et professionnel

256 pages; (20 x 26 cm); 35,50 €

Ajouter au panier

Voir le catalogue  >

© 2008 Terre vivante