Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris Envoyer à un ami

Actualités

6 résultats sur 10 - Page 1/2
1[2]

Economies d’énergie à l’école

2/08/2019 - Très impliqués depuis le début de l'année dans les manifestations pour le climat, lycéens et collégiens vont avoir une possibilité de passer concrètement à l'action : le Challenge CUBE.S, pour Climat usage établissements d'enseignement supérieur, met en effet en lice dès la rentrée scolaire leurs établissements scolaires sur les économies d'énergie et d'émissions de gaz à effets de serre. Elles seront mesurées pendant un an et comparées à celles émises durant les trois dernières années... puis suivies pendant quatre ans.
Ce concours, organisé par l'IFPEB et le CEREMA, avec le soutien des ministères de la Transition écologique et de l'Education nationale, pourra également s'articuler avec les enseignements ; du matériel pédagogique sera en effet fourni, afin de faire des élèves des ambassadeurs du climat chez eux. 
1 000 places sont ouvertes pour les établissements qui souhaitent rejoindre le mouvement CUBE.S, inscriptions jusqu'à la fin du mois avec possibilité de mise en place au premier trimestre scolaire.
Au-delà des différents projets liés au développement durable menés dans les établissements - installation de nichoirs et de mangeoires avec la LPO, potagers participatifs, etc. -, cette action touche les jeunes dans leurs gestes au quotidien, tout en modifiant leur regard sur leur établissement. Intéressant !

www.cube-s.org/concours-developpement-durable/inscription-concours

Recherche échantillons de broyat de bois

11/07/2019 - Dans le cadre d'une étude en contexte d'assainissement non collectif (ANC) sur le traitement des eaux ménagères, Florent Brun, ingénieur, souhaite collecter du broyat de bois produit par des particuliers. Il s'intéresse en effet à un dispositif de traitement filtrant organique, fonctionnant avec du broyat de bois.
Les échantillons nécessaires à son étude doivent être constitués de 500 à 900 g de broyat.
Pour être représentatif, il est important que les prélèvements soient réalisés selon la méthode des quartas, permettant d'obtenir un échantillon homogène et représentatif du broyat. Voici quelques explications :
• la totalité des matières est répartie en 4 tas de mêmes volumes ;
• deux de ces tas sont rassemblés et homogénéisés pour former un nouveau tas, lequel est à nouveau réparti en 4 tas de mêmes volumes ;
• cette opération est répétée 4 fois avant d'obtenir le tas final dans lequel est prélevé l'échantillon à analyser (2l environ, en fonction de la densité). 

Il est également nécessaire d'indiquer
- marque et modèle du broyeur, 
- essences du ou des arbres broyés, 
- date de coupe des branches, 
- date du broyage, 
- mode de stockage du broyat (intérieur, extérieur, en cuve, en sac, etc.),
- section moyenne des branches.

Selon les lieux d'habitation, les échantillons pourront être récupérés directement.
Contact : Florent Brun, IRSTEA - Unité Reversaal, 5 Rue de la Doua, 69100 Villeurbanne, florent.brun@irstea.fr, tél. 04 72 20 87 83.

Recherche échantillons de broyat de bois

11/07/2019 - Dans le cadre d'une étude en contexte d'assainissement non collectif (ANC) sur le traitement des eaux ménagères, Florent Brun, ingénieur, souhaite collecter du broyat de bois produit par des particuliers. Il s'intéresse en effet à un dispositif de traitement filtrant organique, fonctionnant avec du broyat de bois.
Les échantillons nécessaires à son étude doivent être constitués de 500 à 900 g de broyat.
Pour être représentatif, il est important que les prélèvements soient réalisés selon la méthode des quartas, permettant d'obtenir un échantillon homogène et représentatif du broyat. Voici quelques explications :

  • la totalité des matières est répartie en 4 tas de mêmes volumes ;
  • deux de ces tas sont rassemblés et homogénéisés pour former un nouveau tas, lequel est à nouveau réparti en 4 tas de mêmes volumes ;
  • cette opération est répétée 4 fois avant d'obtenir le tas final dans lequel est prélevé l'échantillon à analyser (2l environ, en fonction de la densité).

Il est également nécessaire d'indiquer
- marque et modèle du broyeur, 
- essences du ou des arbres broyés, 
- date de coupe des branches, 
- date du broyage, 
- mode de stockage du broyat (intérieur, extérieur, en cuve, en sac, etc.),
- section moyenne des branches.

Selon les lieux d'habitation, les échantillons pourront être récupérés directement.
Contact : Florent Brun, IRSTEA - Unité Reversaal, 5 Rue de la Doua, 69100 Villeurbanne, florent.brun@irstea.fr, tél. 04 72 20 87 83.

Polyuréthane, le retour

30/04/2019 - Les mousses de polyuréthane détiennent encore 10 % du marché de l'isolation mais leur production a souffert d'un grave incident début 2017 dans une usine de production d'un de ses composants très dangereux, le méthyl-di-isocyanate (MDI).

La période de pénurie ayant pris fin, les industriels du secteur comptent bien renouer avec la croissance et vantent les qualités technologiques de leur isolant : légèreté, performance thermique et résistance mécanique. En oubliant de dire qu'il est très peu perspirant, avec un bilan carbone calamiteux et surtout qu'il dégage des gaz mortels en cas d'incendie.

Ces mousses, qui sont aussi très présentes dans l'ameublement et les produits de décoration, sont incompatibles avec l'éco-construction.

Antoine Bosse-Platière, de la rédaction des 4 saisons

Moins d'une batterie sur deux collectée

Alors que l'usage des appareils et des véhicules à batteries ne cesse de se développer, il est bon de savoir qu'en Europe, seules 45 % des batteries usagées rejoignent une filière de collecte spécifique.
Douze ans après l'entrée en vigueur de la réglementation européenne sur la collecte et le recyclage des piles et accumulateurs, ces résultats sont très insuffisants et accroissent les risques pour l'environnement.

Antoine Bosse-Platière, de la rédaction des 4 saisons

Chauffage au bois : les fabricants sous le feu des critiques

Chauffage bois 19

F.-D. Richards/CC

28/02/2019 - Peut-on se fier aux performances énergétiques et environnementales annoncées par les fabricants d'appareils de chauffage au bois ? Non, répond l'Institut national de l'environnement industriel et des risques (Ineris) qui a réalisé une synthèse des études sur les émissions du bois-énergie. Les tests sont assez éloignés des conditions réelles : ils sous-estiment beaucoup les émissions et surestiment le rendement. Les quinze premières minutes de la combustion et les rechargements de bois ne sont jamais mesurés et sont les plus émissifs. L'humidité du bois, les résineux, les allures très réduites ou encore le vieillissement des appareils peuvent considérablement augmenter les émissions de composés organiques volatiles (COV) et de particules.

Il faut retravailler sur les normes et mieux informer les utilisateurs.


Antoine Bosse-Platière, de la rédaction des 4 saisons

6 résultats sur 10 - Page 1/2
1[2]

Notre sélection de livres

L'isolation thermique écologique

Livre L'isolation thermique écologique
Conception, matériaux, mise en oeuvre - Neuf et réhabilitation.

Un livre "référence" pour particulier et professionnel

(20 x 26 cm); 35,50 €

Ajouter au panier

Voir le catalogue  >

© 2008 Terre vivante