Editions Terre Vivante – L’écologie pratique

Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris Envoyer à un ami

Les tenthrèdes : fausses chenilles mais vraies pestes

© Vincent Jeannerot
legende © Vincent Jeannerot
Voraces, grégaires, hyper fécondes, les tenthrèdes sont un vrai fléau pour vos jardins. Et comme elles font tout pour ressembler à des chenilles, vous risquez de vous tromper quand il s’agira de les combattre.
Partager cet article :
|

Quand la gloutonnerie des insectes s’exerce de façon grégaire, le spectacle est assez fascinant. C’est ce qui se passe avec les larves de tenthrèdes lorsqu’un groupe s’attaque au feuillage de votre rosier ou de votre groseillier : les larves se répartissent en rang serré sur le bord d’une feuille et, malgré une position qui semble assez instable, commencent à la dévorer. Elles le font avec un tel entrain qu’en peu de temps, vous voyez la surface foliaire se réduire comme peau de chagrin jusqu’à ce qu’il ne reste que la nervure. Ce faisant, les larves adoptent des postures de contorsionnistes : elles s’accrochent à la feuille par leurs trois paires de pattes antérieures et le reste de l’abdomen pend dans le vide ou se relève en “S“ en signe de défense. Etonnant !

Mais ne restez tout de même pas trop longtemps à les contempler, votre rosier ou votre groseillier pourrait vous poursuivre pour non-assistance à végétal en danger… Car le danger est réel. Certaines tenthrèdes dévorent en 24 heures le double de leur poids initial et elles peuvent être très nombreuses : chez la tenthrède de la rave, l’une des plus prolifiques, inféodée aux crucifères, la fécondité d’une femelle adulte est d’environ 300 œufs et il peut y avoir trois générations par an.

Vraies et fausses chenilles

© Vincent Jeannerot

La grande famille des tenthredinidae compte, en Europe, plus de 1000 espèces dont les formes adultes ne sont pas toujours faciles à distinguer les unes des autres. Rattachées à l’ordre des hyménoptères, elles sont plus proches des guêpes – sans vraiment leur ressembler – que des papillons (lépidoptères) bien que leurs larves ressemblent beaucoup à des chenilles de papillons. Ce sont en réalité de “fausses chenilles”. Elles se distinguent des vraies par deux détails importants :

  • contrairement aux chenilles de papillons qui comptent au plus cinq paires de fausses pattes abdominales, les larves de tenthrèdes en ont six à neuf paires (en plus des trois paires de vraies pattes thoraciques, communes aux deux espèces) ;
  • les larves de tenthrèdes n’ont qu’une ocelle (œil simple qui ne permet de percevoir que les variations de luminosité) de chaque côté de la tête alors que les larves de papillons en ont plusieurs. En résumé, les “fausses chenilles“ ont plus de fausses pattes que les vraies (chenilles) mais elles ont moins de faux yeux ! Les tenthrèdes sont généralement inféodées à une essence particulière.

Les jardiniers peuvent surtout être confrontés aux tenthrèdes du rosier et du groseillier, inféodées au saule, dont les pontes provoquent des gales rouges sur les feuilles, ainsi qu’à une curieuse “tenthrède limace”, dont les larves ressemblent à de petites limaces et se nourrissent de feuilles de poirier, de cerisier ou de prunier.

Antoine Bosse-Platière

Moyens de lutte

Surveillez les feuilles de vos groseilliers dès le mois d’avril et celles des rosiers surtout durant l’été. En cas d’attaque ponctuelle, vous pouvez prélever délicatement les feuilles attaquées avec les larves qui s’en nourrissent, puis les écraser sur une surface dure… en ayant soin de ne pas en perdre en route. S’il y a plusieurs groupes en action, ne cédez pas au réflexe anti-chenilles : le BT (Bacillus Thuringiensis) ne leur fera rien puisque nous avons vu que ce ne sont pas de vraies chenilles. Utilisez plutôt un insecticide à base de pyrèthre. Enfin, comme les larves se laissent tomber au sol à la fin de leur développement pour tisser un cocon dans lequel elles hiverneront, vous pouvez interrompre le cycle en binant le sol au pied des rosiers ou des groseilliers fin septembre, puis de nouveau au printemps.

En savoir plus - livres de Terre Vivante

Livre Pucerons, mildiou, limaces... Pucerons, mildiou, limaces...
Jean-Paul Thorez

Indispensable pour lutter efficacement contre ravageurs et maladies
Feuilleter le catalogue

Notre sélection de livres

Pucerons, mildiou, limaces...

Livre Pucerons, mildiou, limaces...
prévenir, identifier, soigner bio
Jean-Paul Thorez

Indispensable pour lutter efficacement contre ravageurs et maladies

350 pages; (15 x 21 cm); 27,40 €

Ajouter au panier

Voir le catalogue  >

© 2008 Terre vivante