Editions Terre Vivante – L’écologie pratique

Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris Envoyer à un ami

Installer un chauffe-eau solaire

© Antoine Bosse-Platière
legende © Antoine Bosse-Platière
La technologie des chauffe-eau solaires est arrivée à maturité, les économies d’énergie et le crédit d’impôt permettent d’envisager un amortissement en une dizaine d’années. Quelques conseils pour s’équiper.
Partager cet article :
|

© D. Klecka© D. Klecka
Le principe est simple : un capteur thermique bien orienté (généralement sur le toit) qui chauffe l'eau, un ballon d'eau chaude bien isolé et une régulation qui permet à la chaudière d'apporter le complément nécessaire lors de journées sans soleil. Le capteur est composé d'une tôle de couleur sombre sur laquelle est soudé un serpentin de cuivre, le dessus recouvert d'une vitre, et le reste, enfermé dans un caisson isolé. Il y a deux circuits d'eau séparés. L'eau qui circule dans le capteur (circuit primaire) vient céder ses calories à l'eau sanitaire dans le ballon de stockage (circuit secondaire) grâce à un serpentin.

Des équipements performants et fiables

© D. Klecka© D. Klecka
Le ballon d'eau chaude solaire doit généralement être relié à la chaudière pour les journées peu ensoleillées de la saison froide. Cet appoint est géré par un système de régulation - avec des sondes de température - qui laisse la priorité à l'eau chaude provenant des capteurs. Plusieurs options sont possibles, selon le système de chauffage existant (bois, gaz, fioul ou électrique), depuis le chauffe-eau solaire monobloc (capteur surmonté d'un ballon), assez rustique et très répandu dans les pays méditerranéens, jusqu'aux appareils les plus sophistiqués, aux performances optimisées, surtout présents sur le marché des pays d'Europe du nord.

En neuf, il est même possible de prévoir, avec une surface de capteurs un peu plus conséquente, un "plancher solaire direct", qui alimente un chauffage basse température par le sol en plus du ballon d'eau chaude. Cette technique a notamment été développée par la société Clipsol.

A moins d'avoir de solide compétences, les pionniers du solaire ne bricolent plus comme au siècle dernier. Place aux professionnels qualifiés et aux équipements certifiés, seuls à pouvoir garantir une bonne fiabilité... et l'accès aux différentes aides. Il est conseillé d'acquérir un système complet certifié auprès d'un seul fournisseur et de le faire installer par un professionnel adhérent à Qualisol, label désormais doté d'exigences renforcées et géré par les professionnels des énergies renouvelables.

Un investissement rentable

© D. Klecka© D. Klecka
Le jeu en vaut-il la chandelle ? Oui, bien qu'il ne couvre généralement qu'entre 50 et 70 % des besoins en eau chaude (selon les zones climatiques) et malgré l'augmentation des coûts : de 4000 à 6000 € TTC pose comprise, pour 3 à 5 m² de capteurs et un ballon d'eau chaude de 2 à 300 litres pour 3 à 4 personnes. Le soleil n'envoie pas de facture! Vous économiserez donc 2000 à 3000 KWh par an, soit 200 à 300 € de gaz, de fioul, ou d'électricité. De quoi amortir votre investissement en 7 à 12 ans, selon le matériel choisi et en tenant compte des aides. Sans oublier la réduction de vos émissions de CO2 : de 400 à 600 kg par an. C'est le moment de s'équiper.

Antoine Bosse-Platière

Des aides à l'installation

Comme d'autres produits de rénovation énergétique, le chauffe-eau solaire est elligible au nouveau crédit d'impôt Cite (Crédit d'impôt pour la transition énergétique). Pour l'installation de votre chauffe-eau solaire dans votre résidence principale, le crédit d'impôt donne droit à 30% de réduction d'impôt.

Pour plus d'informations consulter le site www.renovation-info-service.gouv.fr.

 

Notre sélection de livres

Rénovation basse consommation

Livre Rénovation basse consommation
Chronique d'un chantier écologique
Roland Dutrey

Il l'a fait pourquoi pas vous ?

160 pages; (15 x 21 cm); 19,30 €

Voir le catalogue  >

© 2008 Terre vivante