Détoxifier son corps avec des cures

Article publié le
Dans la plupart des médecines traditionnelles, la période qui suit l’équinoxe de printemps est le moment idéal pour procéder au traditionnel nettoyage de son organisme, engourdi par l'hiver et marqué par une vie plus sédentaire et une alimentation plus riche. Pour cela, il existe plusieurs méthodes bienfaisantes pour détoxifier son corps.
Cure de fraises

Légumes nouveaux et fruits frais, plantes et compléments alimentaires drainants ou encore monodiètes peuvent être utilisés pour détoxifier son corps.

Les monodiètes

La monodiète est une mesure naturopathique qui consiste à ne consommer qu’un seul aliment pendant un certain temps. Il en existe plusieurs :

La monodiète de riz complet

Issue du régime macrobiotique, est réputée pour détoxifier l’organisme, sans créer de carence, car le riz complet est riche en protéines (il contient les douze acides aminés essentiels), en vitamines, minéraux et fibres. Bien éliminé par l’organisme, il sollicite peu les reins. La cure consiste à consommer du riz complet cuit aux trois repas principaux – et en cas de petite faim. Pour les personnes qui n’y sont pas habituées, il est conseillé de ne pas dépasser un à deux jours, au risque de se lasser, voire de dérégler son métabolisme. C’est une monodiète qui est compatible avec une activité sportive.

La monodiète de fraises

Arrivant à maturité en mai, les fraises peuvent prendre le relais des diètes de début de printemps. En cure de deux à trois jours (300 à 350 g par repas, avec une alimentation légère, potages ou crudités, en complément), elles ont l’avantage d’être très diurétiques et de drainer plus spécialement les articulations, notamment chez les personnes sujettes à la goutte ou aux rhumatismes. Bien que les fraises soient peu sucrées (IG = 25), cette cure doit rester de courte durée en cas de diabète, et elle est bien entendu contre-indiquée si vous êtes allergique aux fruits rouges !

La monodiète de pommes

Moins fraîches qu’à l’automne, les pommes sont cependant encore disponibles au printemps. En cure de deux à trois jours consécutifs ou à un rythme hebdomadaire (un jour par semaine pendant un ou deux mois), la pomme draine l‘organisme tout en améliorant l’équilibre intestinal et nerveux. Plus d’infos ici.

Plantes et compléments alimentaires drainants

Les tisanes sont certainement l’un des meilleurs supports pour les plantes dépuratives, car elles tendent à augmenter la consommation d’eau, ce qui contribue grandement au drainage de l’organisme. La nature est généreuse et nous offre un large choix de plantes “détox”. En voici quelques championnes, qui agissent autant sur le foie que sur le système rénal :

  • Feuilles d’artichaut, d’ortie, de frêne, de bouleau et de cassis
  • Racines de pissenlit et de radis noir
  • Fumeterre et fucus vésiculeux (plantes entières)

Recherchez en magasin de produits naturels des mélanges pour tisane dépurative contenant ces plantes, ou faites-les préparer en herboristerie. Vous pourrez alors en faire une cure de trois à quatre semaines à raison d’une tasse matin, midi et soir (1 dosette ou 1 cuillère à café par tasse, à laisser infuser 5 minutes, voire à préparer en décoction si cela est indiqué par le fabriquant).

Sans oublier la sève de bouleau, déjà appréciée par les anciens en Europe et Amérique du Nord. Sa cure est toujours d’actualité : elle draine les toxines accumulées pendant l’hiver tout en ayant un effet tonique et reconstituant. L’avantage, c’est que son goût peu prononcé n’est pas contraignant, on dirait presque de l’eau ! Vous pouvez en trouver en boutique bio ou, si vous avez la chance d’avoir un bouleau chez vous, prélevez-la vous-même, ce qui est beaucoup moins cher !

Passez à l’alimentation “détox ”

Le printemps est le moment idéal pour passer à une alimentation plus légère et profiter des légumes nouveaux et des fruits frais, dont la plupart auront un effet détoxifiant. Parmi les champions, dont beaucoup se consomment crus : endives, jeunes laitues, petites asperges vertes (crues ou al dente), radis rose, carottes primeurs. Et pour les fruits : fraises, cerises, ananas, citron.

Sans oublier les sauvageonnes : chicorée ou asperges sauvages, jeunes pousses de plantain (majeur ou lancéolé). Ou encore le tamier (herbe aux femmes battues) dont les pousses, appelées reponchons, ou “respounchous” en occitan, se cueillent en avril-mai.

 

Sylvie Hampikian 

 

Mon julo - 594*164
À lire aussi