Céleri : culture, semis, entretien et récolte

Article publié le
Céleri-rave ou Céleri-branche, ce légume nous régale de ses vitamines et de sa saveur raffinée. Du semis à la récolte, découvrez comment réussir la culture du céleri !
Céleri-branche

Origine : de l’ache au céleri

Le céleri est issu de l’ache des marais, un légume provenant des zones humides d’Asie et d’Europe méridionale. Cet ancêtre était réputé pour ses vertus aromatiques, médicinales et aphrodisiaques. En effet, ses feuilles et racines sont dépuratives, diurétiques et toniques. Un travail de sélection botanique a permis d’obtenir le céleri que l’on déguste aujourd’hui.

Variétés d’Apium graveolens

Le travail des botanistes a engendré deux variétés :

  • Le céleri-branche, dont on consomme les côtes et les feuilles
  • Le céleri-rave, dont on consomme la racine et les graines

D’un côté c’est la racine qui a été hypertrophié (céleri-rave) de l’autre ce sont les pétioles (céleri-branche). Le céleri-branche se distingue par des côtes lisses ou cotelées, vertes à blanches. Elles sont tendres une fois cuites et croquantes si elles sont crues. Le céleri-rave quant à lui, dispose d’une racine arrondie jaune crème, légèrement verte à certains endroits. Voici une sélection de variétés résistantes et gouteuses :

Céleri-branche (Apium graveolens ‘Dulce’)

  • ‘D’Elne’ : variété intéressante pour ses côtes rondes, charnues et lisses. Tolère bien l’humidité et les premiers froids automnaux. Très bonne qualité gustative. Récolte : août à novembre.
  • ‘Plein blanc Pascal’ : cultivar vigoureux aux longues côtes légèrement cannelées et au feuillage foncé, bonne production, rustique. Récolte : août à novembre.
  • ‘Plein blanc doré’ : longues côtes épaisses et lisses d’une couleur jaune pâle. Blanchit naturellement. Récolte : août à novembre.

Céleri-rave (Apium graveolens ‘Rapaceum’)

  • ‘Géant de Prague’ : Racine ronde et généreuse à la chair tendre. Récolte : octobre et décembre.
  • ‘Monarch’ : cultivar rustique en terre jusqu’aux premières gelées. Récolte : septembre à novembre.
  • ‘Cobra’ : grosse racine à la chair blanche qui se conserve bien. Récolte : octobre à novembre.

Semis du céleri

Où semer ?

Le céleri apprécie une terre riche, fraiche mais drainée. Privilégiez une exposition ensoleillée au sein d’une terre déjà réchauffée. Si votre terre est pauvre, vous pouvez l’enrichir en y ajoutant du compost bien mûr avant la plantation.

Quand et comment semer ?

Semez sous abri en février mars pour récolter en août-septembre ou en pleine terre d’avril à juin pour des récoltes en octobre-novembre.

  1. Remplissez des godets d’un mélange de terre et de sable.
  2. Mettez la graine dans le godet et recouvrez à peine avec un peu de substrat.
  3. Arrosez en pluie fine et maintenez humide jusqu’à la levée.
  4. Deux mois plus tard, lorsque la plantule a 3-4 feuilles, repiquez en pleine terre. Il faut impérativement que les gelées soient passées. Pour les régions les plus fraîches, on mise sur fin mai, début juin minimum.
  5. Respectez un espacement de 30cm entre les céleris.

Associations culturales

Il est recommandé de planter le céleri proche du poireau (dont il repousse la teigne), des choux (il éloigne la piéride et la mouche du chou). Le poireau et le chou sont aussi bénéfiques pour le céleri car ils repoussent la rouille, la septoriose et la mouche du céleri.

Entretien et soins

Pensez bien à enrichir votre terre avant la culture du céleri. Vous pouvez procédez à l’automne précédant la plantation. À ce titre, faites un apport généreux en compost. Une fois le céleri en terre, une fois par mois, faites un apport de purin d’ortie dilué à 10%, lors de l’arrosage. Le céleri est également exigeant en ce qui concerne les apports d’eau. En effet, il est important que le sol reste frais ! Pour cela, arrosez régulièrement et étalez un paillage. 15 jours avant la récolte, il est temps de penser au blanchiment. Réunissez alors les feuilles entre elles sans les abîmer en laissant un peu d’espace (elles ne doivent pas être compressées), à l’aide d’un lien en raphia. Puis, ramenez la terre au niveau du pied pour couvrir le bas des branches et former une butte.

 

Pavé B - Autopromo Négoce 1

 

Maladies et nuisibles

 

Maladies et nuisibles

Symptômes

Prévention et traitements

Rouille

Des tâches orange caractéristiques de la rouille se développent sur les tiges alors que le feuillage jaunit

  • Décoction de prêle en prévention
  • Bouillie bordelaise en traitement

Mouche du céleri

Les larves creusent des galeries et les feuilles qui finissent par être boursoufflées et se dessèchent

  • Le marc de café éloigne la mouche
  • Filet à insecte dès le début de la culture
  • Nématode prédateur : Steinernema

Septoriose

Maladie cryptogamique qui se manifeste par des taches sur les feuilles, brun-orangé avec des petits points noirs.

  • Arroser le matin plutôt que le soir
  • Éviter une atmosphère chaude et humide
  • Décoction de prêle en prévention

Escargots et limaces

Mollusques qui viennent dévorer les jeunes plantules

  • Barrières infranchissables
  • Pièges

 

Récolte et conservation du céleri

La récolte s’étend d’août, pour les variétés précoces, à fin octobre, pour les variétés les plus tardives. Vous pouvez continuer de cultiver et récolter les céleris après octobre, à condition de mettre les pieds à l’abri du froid. Vous pouvez conserver les céleris dans du sable en prenant garde à ce qu’ils ne se touchent pas. Ainsi, vous les conserverez durant 4 à 6 mois. Autrement, gardez votre céleri une semaine au réfrigérateur ou optez pour la congélation. Il faut d’abord le blanchir, avant de le mettre dans un sachet congélation et pouvoir alors le garder un an.

Multiplication par semis

Comme la carotte, le céleri est une plante bisannuelle qui produit des graines la deuxième année.

  1. La première année, sélectionnez quelques plants à reproduire. Retirez les feuilles et les pétioles du céleri-branche et conservez seulement le cœur. Pour le céleri-rave, on garde uniquement sa racine et quelques centimètres des tiges. Entreposez-les dans du sable, dans une pièce aérée, sèche et fraiche.
  2. L’année suivante, en avril, replantez ces racines en pleine terre, en laissant 70cm entre chaque.
  3. Un nouveau feuillage va se développer, laissez-le fleurir et monter en graines.
  4. En août, coupez les fleurs.
  5. Faites des bouquets que vous suspendez tête dans bas, à l’abri du soleil, dans une pièce fraiche, aérée et sèche.
  6. Pensez à placer un carton en-dessous des bouquets, ou tout autre élément susceptible de recueillir les graines qui pourraient tomber.
  7. Au bout de 3 semaines, récupérez les graines sèches et placez-les dans une enveloppe ou un sachet.
  8. N’oubliez pas d’étiqueter en indiquant la date et la variété.
  9. La durée germinative est de 6 à 8 ans.

 

AUTEUR :

Audrey Chéritel