Editions Terre Vivante – L’écologie pratique

Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris Envoyer à un ami

Un châssis facile à construire

© Aourel Cabrera
legende © Aourel Cabrera
Rien de tel qu'un châssis pour donner un petit coup de pouce à vos plantes : il vous sera grandement utile à la fin de l'hiver.
Partager cet article :
|

Souvent cher et difficile à manier, le châssis est un peu tombé en désuétude. Il mérite pourtant qu'on lui consacre un petit coin tant les services qu'il rend sont importants – et ce, à moindres frais.
Il permet en effet d'avancer les premières cultures de printemps (salades, radis), de garder au chaud les plants à repiquer au jardin (cucurbitacées, tomates, choux) et de protéger certains plants des ravageurs. En ce qui me concerne, j'ai semé du maïs, des pois et des haricots sous châssis, pour protéger leurs racines des mulots. J'ai ensuite repiqué au stade vraies feuilles. Les ravageurs n'ont rien eu à se mettre sous la dent !

Le châssis va par ailleurs constituer un petit milieu tropical sec, où la culture sera intensive. Il faudra donc veiller tout particulièrement à la terre à la température et à l'arrosage. Installez d'abord une couche de cailloux assez grossiers (sur 10 cm environ), puis de la bonne terre de jardin sur environ 30 cm, pour finir par une couche épaisse de compost bien décomposée sur 20 cm.

Précautions d'usage

Le châssis a une inertie thermique minime : il monte très vite en température, mais descend aussi très vite. Une gelée tardive sera aussi catastrophique qu'un coup de chaud. Le châssis proposé est facile à ouvrir. Dans les régions au climat frais, on pourra simplement entrouvrir la fenêtre (à l'aide d'une petite cale). Mais un seul après-midi de chaleur suffit à griller vos tendres salades ou quelques beaux pieds de tomates... Si vous devez vous absenter, ouvrez tout. Si le gel menace, couvrez votre châssis avec des couvertures ou des cartons pendant la nuit.
Dernier point essentiel à la réussite sous châssis, l'arrosage. Il en faut ni trop ni trop peu. Les plantes, dans un climat si chaud, ont grand besoin d'eau. Il est plus utile d'en mettre plus souvent mais en moindre quantité pour éviter le pourrissement des racines et l'apparition de maladies.

Matériel

© Dominique Klecka© Dominique Klecka

La taille du châssis va évidemment varier selon la fenêtre récupérée. Pour cette réalisation, j'ai utilisé une fenêtre de 1 x 1,50 m avec deux vantaux.
• Un bloc fenêtre récupéré (chez un menuisier ou à la déchetterie par exemple).
• 4 chevrons 5 x 5 cm : 2 de 60 cm, 2 de 30 cm.
• 4 tasseaux 2,5 x 2,5 cm : 2 de 1, 50 m, 2 de 95 cm.
• Vieux parquet (pin ou autre récupéré) 5 cm de large, 2,5 m de long.
• Des planches de coffrage non traitées : 25 cm de largeur, 2 cm d'épaisseur.
• Une soixantaine de vis de 5 cm. On peut aussi utiliser des clous, moins chers et presque aussi solides.

Réalisation pas à pas

Avant de commencer, déterminez un emplacement : un endroit exposé plein sud, si possible protégé du froid par des haies ou des talus. Eloignez l'aire de jeu des enfants du châssis. Ils pourraient se blesser en tombant sur les vitres.

© Dominique Klecka© Dominique Klecka

Les côtés :

  • Avec une scie circulaire ou égoïne, coupez 5 planches de coffrage de 1,55 m de longueur. Une de ces planches sera coupée en diagonale (voir ci-contre)
  • Coupez 4 lamelles de parquets : 2 de 55 cm, 2 de 65 cm
  • Assemblez à plat les deux côtés (lames de parquet à l'extérieur).

L'arrière et l'avant :

  • Coupez pour l'arrière 3 planches de coffrage de 1,05 m de longueur.
  • Coupez 2 lamelles de parquet de 70 cm.
  • Assemblez à plat.
  • Coupez pour l'avant 2 planches de coffrage de 1,05 m de longueur.
  • Couper 2 lamelles de parquet de 50 cm chacune.
  • Assemblez à plat.

© Dominique Klecka© Dominique Klecka

L‘assemblage des 4 parties :

  • Coupez les chevrons : 2 de 40 cm, 2 de 60 cm
  • Fixez les chevrons sur les côtés à 2 cm du bord.
  • Vissez par l'extérieur pour que les planches de coffrage soient solidement fixées (dessin ci-contre).
  • Vissez l'arrière et l'avant aux pignons. Une fois que le caisson est monté, il reste le support de la fenêtre à fixer.
  • Coupez 2 tasseaux de 1,50 m et deux autres de 95 cm.
  • Fixez-les à l'intérieur à 5 cm du bord (épaisseur de la fenêtre)
  • Le caisson est prêt : il ne reste plus qu'à poser le bloc fenêtre sur les tasseaux !

Quelques petites finitions

Traitez intérieur et extérieur à l'huile de lin. On peut clouer un grillage anti-rongeur à mailles fines sous le châssis et le faire dépasser de quelques centimètres. Avant de mettre la terre, recouvrez les bords internes du châssis d'une bâche noire récupérée (clouée ou agrafée) pour préserver le châssis de l'humidité stagnante.

Aourel Cabrera
coauteure, avec Marianne Wroblewski, de Potager bio en Bretagne

En savoir plus - livres de Terre Vivante

Livre Aménagements écologiques au jardin Aménagements écologiques au jardin
Serge Lapouge
Brigitte Lapouge-Déjean

Parce que votre jardin, c'est votre jardin... et pas celui du voisin
Livre Le guide du potager bio en Bretagne Le guide du potager bio en Bretagne
Aourel Cabrera
Marianne Wroblewski

Jardiner bio c'est facile, même en Bretagne !
Feuilleter le catalogue

Stage Terre vivante

Jardiner sans dépenser

Recycler, multiplier, récupérer, conserver...
Tous les trucs et astuces pour un jardin économe... et qui peut offrir l'abondance !

Notre sélection de livres

Je construis un muret de pierres

Livre Je construis un muret de pierres
Serge Lapouge

Enfin réaliser, végétaliser et restaurer facilement son muret de pierres pas à pas ...

96 pages; (21 x 21 cm); 12,00 €

Ajouter au panier

Voir le catalogue  >

© 2008 Terre vivante