Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris Envoyer à un ami

Rotations, à quoi ça sert ?

© Jean-Jacques Raynal
legende © Jean-Jacques Raynal
Comment organiser le potager ? Ayez le réflexe rotation : un excellent moyen de profiter au mieux des ressources de votre jardin. Et de prévenir nombre de pépins de santé chez vos légumes préférés.
Partager cet article :
|

Février a vu les premiers semis de salades et de petits pois. Une partie du potager a reçu une bonne dose de compost. Et le voici prêt à accueillir carottes, persil, poireaux... avant le coup de feu du mois de mai qui verra la mise en place des tomates, courgettes, haricots...

Mais où installer ces différentes cultures ? Vous avez vaguement entendu dire qu’il ne fallait pas remettre le même légume au même endroit d’une année à l’autre ; que l’oignon ne supporte pas une terre trop fertilisée ; ou que le haricot n’aime pas suivre une culture de pomme de terre et ne peut précéder un semis de carotte. Là, perplexe, vous vous grattez la tête... : « Mais que suis-je allé(e) faire dans cette galère ? »

Rotation des cultures : pourquoi ?

On appelle rotation cet "art" de faire se succéder des cultures sur une même parcelle. Les raisons d'une telle pratique sont faciles à comprendre.

  • Valoriser les apports de compost. Certaines espèces (pomme de terre, courgette, potiron...) sont gourmandes ; d'autres (salades, navet, radis...) sont frugales ; d'autres encore (carotte, ail, oignon...) redoutent trop de fumure organique, avec pour conséquence possible des racines fourchues (carotte), des maladies (oignon)... ;
  • Utiliser au mieux les ressources du sol : une salade (légume feuille) n'a pas les même besoins nutritifs qu'une betterave rouge (légume racine) ou qu'une tomate (légume fruit). L'enracinement, plus ou moins profond, permet d'en explorer les différentes couches : jusqu'à un mètre pour les racines d'une carotte !
  • Limiter le développement des ravageurs et des maladies propres à chaque culture.
  • Prévenir la « fatigue » du sol, provoquée notamment par l'installation et la multiplication de ravageurs et de maladies vivant dans le sol : nématodes, champignons... Ce phénomène est régulièrement mis en évidence chez les maraîchers ne cultivant que trois ou quatre espèces, revenant trop souvent sur une même parcelle.
Rémy Bacher

Sur le m�me sujet

En savoir plus - livres de Terre Vivante

Livre Le guide du jardin bio Le guide du jardin bio
Brigitte Lapouge-Déjean
Jean-Paul Thorez

Si vous n'en n'aviez qu'un dans votre cabane de jardin, ce serait celui-là !
Feuilleter le catalogue

Stage Terre vivante

Concevoir et mettre en place son potager

Venez mettre en place les jardins de Terre vivante avec les jardiniers et profitez-en pour apprendre à organiser, planter, semer, pailler et soigner tous les plantes du potager !

-- PUBLICITE --
Notre éthique

Notre sélection de livres

Une bonne terre pour un beau jardin

Livre Une bonne terre pour un beau jardin
Paillage, engrais verts, grelinette...
Rémy Bacher Blaise Leclerc

Indispensable pour démarrer son jardin sur de bonnes bases ...

160 pages; (15 x 21 cm); 19,30 €

Voir le catalogue  >

© 2008 Terre vivante