Un restaurant-jardin-atelier de transformation alimentaire à Grenoble

Article publié le
Une maison de l’alimentation saine nommée le Bar radis va bientôt ouvrir ses portes dans l’écoquartier Flaubert à Grenoble. Restaurant, bar, serre et jardin maraîcher s’étendront sur les 2000 m2 de la terrasse d’un parking silo. Un laboratoire de transformation alimentaire avec de l'équipement est d’ores et déjà disponible pour les professionnels, tandis que des ateliers de cuisine sont ouverts au grand public.
Un restaurant-jardin-atelier de transformation alimentaire à Grenoble

L’entrée de l’atelier du Bar radis lors de son inauguration le 7/10/21. 
M. Goujon | Terre vivante  

Faire ses propres conserves, déshydrater ses fruits, faire ses jus de légumes, ses propres pâtes ou glaces… L’envie de tout faire soi-même – et potentiellement de commercialiser ses produits – se heurte souvent à la nécessité de s’équiper en matériel onéreux. L’atelier du Bar radis, situé dans l’écoquartier Flaubert à Grenoble, offre désormais une solution à celles et ceux qui se lancent : une cuisine tout équipée pour ne pas avoir à investir dans des locaux ou du matériel. « C’est un très bon entre-deux, j’ai commencé chez moi et ici, ça permet de mettre un cadre plus sérieux, de voir ce qui est vraiment possible de faire sans s’endetter », explique Klaus Gbenou qui réalise des boissons à l’hibiscus.

L’atelier, installé au rez-de-chaussée de l’immeuble Salammbô, héberge cinq porteurs et porteuses de projet. « Aujourd’hui, c’est la préfiguration de ce que sera le Bar radis », précise César Lechémia, de l’association Cultivons nos toits, l’un des cofondateurs du projet. Car pour le moment, seuls la cuisine professionnelle et l’espace de travail partagé ont ouvert. Le restaurant, le bar, l’autre atelier de transformation, la serre et le jardin maraîcher doivent éclore sur le toit-terrasse de 2000 m2 d’un parking silo voisin en 2022. Les trois structures à l’initiative du projet – la microbrasserie locale Maltobar et le restaurant La tête à l’envers, en plus de Cultivons nos toits – entendent créer un lieu de vie dédié à la transition et l’alimentation saine. L’idée : lier locavorisme, saisonnalité, agriculture urbaine, “bien boire” et “bien manger” en un espace, « rapprocher les consommateurs et producteurs » en produisant sur place les fruits et légumes qu’utilisera le restaurant, et « rendre accessible une alimentation saine et durable », dans le respect de l’environnement.

D’ici l’ouverture complète des locaux sur le toit, le grand public peut dès à présent participer à des ateliers pédagogiques de fabrication de pâtes, de conserves ou de burgers aux légumineuses, un mardi sur deux jusqu’à décembre. Vous pouvez également contribuer à leur cagnotte en ligne pour leur permettre notamment d’étoffer leur programmation culturelle et d’aménager la future terrasse.  

 

Madeleine Goujon

À lire aussi
Partenariat route des comptoirs 2022