Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris Envoyer à un ami

Le procès

Cette nouvelle a remporté le 3è Prix du concours "Crayon, planète et grelinette" !
Bravo à Tanakas (Marseille).

En cette année 1511, les quelques quarante âmes du village de Saint-Michel, sis entre le bas des Alpes et la Haute-Provence, se plaignaient d'une misère qui les tourmentait et ne cessait de croitre. Les insectes étaient partout et de l'avis général, il y en avait beaucoup trop.

Les villageois passaient leur temps à gesticuler pour éloigner les mouches, à chasser les moucherons de leur cuisine, les mites de leurs armoires et les termites de leurs meubles. Les champs grouillaient de criquets, les vergers pullulaient de zeuzères et des rivières, les moustiques avaient fait leur domaine. Et tout cela les chatouillait, les picotait, les démangeait, les grattait et même, les gratouillait.

Ils avaient tout essayé pour se débarrasser de ce qu'ils considéraient désormais comme un fléau, mais rien n'avait marché.

Lassés de cette situation, ils en appelèrent au vicomte, seigneur des terres sur lesquelles ils vivaient. Ce dernier délégua nombre de ses vassaux pour régler le problème, mais ce fut sans succès et faisant face à la gronde montante de ses gens, il résolut de se déplacer lui-même. Il arriva un beau jour escorté de sa troupe et fit son entrée dans le village sous les hourras. Il inspecta les lieux, fit état des dégâts et la journée passée, déclara que tous ces insectes étaient en effet un fléau et qu'il fallait les chasser.

Le vicomte se retira en son château et commença à réfléchir à la situation.

« Ce fléau est perfide et ravageur, pensa-t-il tout haut, il s'introduit partout, il esquive les coups et même mort, il revient toujours et en plus grand nombre ».

Cette réflexion faite, il convoqua son barbier-chirurgien pour l'instruire de l'affaire et quérir près de lui l'aide de la science.

- Ô maitre barbier, lui dit-il, tu es la science de cette vicomté, tu ouvres les corps des Hommes pour les soigner, tu soulages les douleurs de tes onguents, tu connais les plantes, les fleurs et les arbres. Tu as ouï dire du fléau qui tourmente mes gens, quelle est ta suggestion ?

- Et bien simplement, lui répondit le barbier, si ce fléau est en masse et ne craint point ta brave épée, si quand tu le touches il revient de plus belle et s'il attaque à la surprise de tous, alors, il faut lui tendre un piège garni de poison.

Le barbier passa plusieurs jours à préparer des potions empoisonnées, enfermé dans son cabinet. Un beau matin, il fit atteler son équipage, et, suivi de ses aides et de ses domestiques, arriva à Saint-Michel, transportant avec lui de lourds tonneaux, placés sur des charrettes. Il distribua le poison à tous les villageois et leur indiqua de le répartir à la tombée de la nuit. Les villageois s'exécutèrent et, le crépuscule arrivant, tous se mirent à la tâche de répandre le poison dans les champs, dans les étables, dans l'eau de la rivière et en leur propre logis.

Aux premiers rayons de l'astre solaire, les cigales se mirent à chanter comme si de rien n'était, les sauterelles à s'ébattre sans peine et les mouches à titiller les narines et les oreilles de tous. Rien n'avait changé. Les villageois poursuivant leur vie quotidienne mangèrent leurs fruits et leurs légumes, burent l'eau de la rivière et firent usage de leur vaisselle habituelle. En quelques heures, ils furent tous pris de terribles maux d'estomac qui durèrent plusieurs jours. Le poison avait eu l'effet escompté, mais pas sur la juste cible.

Cette mésaventure irrita les villageois, le vicomte en fut fort contrarié et le maitre-barbier, tout à son embarras, offrit pour se faire pardonner, de les soigner tous gracieusement et quel que soit leur mal, jusqu'à la prochaine lune.

Le vicomte se retira en son donjon pour à nouveau réfléchir à la situation.

« Non seulement, cet ennemi est perfide et ravageur, songea-t-il tout haut, il s'introduit partout comme le ferait un asticot, il esquive les coups et même mort, il revient toujours en nombre. Mais en plus, il ne craint point le poison ».

Cette réflexion faite, il convoqua son enchanteresse pour l'instruire de l'affaire et quérir près d'elle l'aide de la magie.

- Ô éminente enchanteresse, lui dit-il, tu es la magicienne la plus puissante de cette vicomté. Tu détiens les pouvoirs du charme et de la divination, tu évoques les esprits et tu commandes au tonnerre. Tu as ouï dire du fléau qui tourmente mes gens, quelle est ta suggestion ?

- Et bien simplement, répondit l'enchanteresse, si ce fléau est perfide et insaisissable, s'il résiste à l'épée comme au poison, alors, la seule solution est de lui jeter sortilège.

- Et quel sortilège jetteras-tu ? demanda le vicomte.

- Je jetterai un sortilège qui les plongera dans un profond sommeil, ainsi, nous n'aurons plus qu'à les ramasser un à un, à les mettre dans des sacs et à les rejeter loin de notre belle vicomté.

L'enchanteresse passa plusieurs jours dans son antre à chercher les bonnes formules magiques. Un soir de nouvelle lune, vêtue de sa houppelande la plus sombre, elle sortit de chez elle par une porte dérobée. Elle prit le chemin de Saint-Michel accompagnée de son disciple, un garçonnet haut comme trois pommes habillé comme elle. Ils se placèrent à l'entrée sud du village et à minuit pile l'enchanteresse récita son incantation, cependant que le disciple tapait la terre à fréquences régulières avec un bâton. Cela dura une heure.

- Voilà, murmura-t-elle en partant, demain matin, tous dormiront.

L'enchanteresse ne s'était point trompée. Mais le lendemain matin, ce n'étaient pas les insectes qui dormaient, ce sont les villageois qui ne se levèrent point. Les insectes, eux, dès les premières lueurs, s'en donnèrent à coeur joie, alors que les villageois dormirent jusqu'au jour suivant.

Cette mésaventure les irrita, le vicomte en fut fort contrarié et l'enchanteresse, toute à son embarras, offrit pour se faire pardonner de réveiller les villageois, personnellement, un par un et chaque matin, pendant toute une saison.

Lorsque le vicomte rentra dans sa chambrée, il n'y réfléchit plus et se dit que dans une telle situation, il n'y a plus qu'une seule solution : en appeler à Dieu.

Il convoqua le prieur de l'abbaye voisine, sur lequel il avait autorité, pour l'instruire de l'affaire et quérir près de lui l'aide divine.

- Ô bon père abbé, lui dit-il, tu es homme de foi et tu connais la loi de Dieu. Tu mènes tes brebis et ton abbaye, tu es respectable et respecté. Tu as ouï dire du fléau qui tourmente mes gens, quelle est ta suggestion ?

- Quel que soit ce fléau, répondit l'abbé, quelles que soient sa force et sa puissance, il n'est rien sans l'aide de Dieu. Nous allons le juger devant Dieu et les Hommes et s'il refuse de se soumettre, alors nous prononcerons une excommunication et nous le condamnerons à l'exil.

- Tu vas faire procès à des insectes ? demanda le vicomte un peu perplexe.

- Cela s'est déjà vu avec d'autres formes de vie, messire vicomte. Les chevaux et les boeufs peuvent être condamnés s'ils blessent des Hommes. Nombre de truies et de porcs ont par le passé été jugés dans les Alpes helvétiques par exemple, ou en pays normand. Les procès d'animaux sont fréquents et je te le dis ainsi : tous se soumettront à la décision divine.

Dans les semaines qui suivirent, arrivèrent à Saint-Michel cinq profès parmi les plus érudits, que l'on avait fait venir de Manosque, de Digne, de Gap, d'Aix et de Marseille. Sur la petite place, face à la chapelle, on installa une grande estrade où se placèrent les cinq juges et l'on fit porter le trône du
vicomte au-dessus d'eux. Le père abbé s'institua accusateur public et une vieille ermite des environs, à qui d'aucuns prêtaient la faculté de communiquer avec les animaux et les plantes, fut désignée comme

défenseuse des insectes. Les villageois cessèrent leur labeur pour venir assister au procès. Les débats furent houleux et les deux litigants s'opposèrent dans des joutes verbales sans repos. Tant leurs plaidoiries étaient justes et bien ciblées, qu'ils arrivaient à capter l'attention du public, des juges et du vicomte, les convaincant chacun leur tour. Ainsi, pour une minute tous pensaient qu'il fallait chasser les insectes et la minute suivante, tous pensaient qu'il fallait les garder. Quand le père abbé terminait de déclamer, tous avaient envie d'écraser tous les insectes qui se trouveraient à portée de leurs mains, mais quand terminait la vieille ermite, tous se sentaient l'âme pleine de tendresse envers chacun de ces petits êtres. Ils rivalisaient de bons mots et de nouvelles idées et leur force de persuasion augmentait à mesure qu'allaient les discussions. Cela aurait pu durer longtemps, mais à la fin de la journée, le juge gapençais, qui présidait l'audience au privilège de son âge, déclara la clôture des débats et informa l'assistance que la cour rendrait sa décision le lendemain, à midi.

À l'apparition des juges, tout le monde retint son souffle, curieux de connaitre le verdict. Celui-ci ne se fit point attendre : la cour déclara les insectes coupables de « fléau » et les condamna à l'exil.

L'énoncé du verdict provoqua une vague d'émotion et alors que la rumeur se répandait, une petite voix se fit entendre dans la foule. Le vicomte, les juges, l'abbé et les villageois cherchaient d'où pouvait bien venir cette voix si fine et pourtant si claire et si audible. La vieille ermite pointa du doigt une coccinelle, qui prit son envol et vint se poser à la barre.

- Nous en avons assez, déclara-t-elle, votre justice peut bien être celle de Dieu, elle n'est point celle de notre mère la Nature. Vous avez tenté de nous empoisonner, vous avez essayé de nous jeter des sorts et voilà maintenant que vous voulez nous expulser d'un lieu que nous occupons depuis la création du monde, déniant le fait que nous sommes, tout comme vous, l'essence même de ces terres. Alors soit, continua-t-elle, si tel est votre désir, nous partirons. Nous partirons tous et vous verrez bien ce qu'il adviendra.

Un bourdonnement sourd et grave se fit alors entendre dans les alentours.

Soudainement, on vit un gigantesque nuage noir d'insectes prendre son envol. Le nuage se leva au-dessus du village et en un rien de temps, il se mut vers le ciel et disparut.

À partir de cet instant, aucun insecte ne demeura plus au pays de Saint-Michel.

Les villageois se réjouirent de s'être débarrassés de ce fléau, le vicomte avait le sentiment d'avoir accompli son devoir et la vie reprit son cours. Les saisons se succédèrent et tous les habitants du lieu, du plus modeste paysan jusqu'aux dames d'atours de la vicomtesse, commencèrent à comprendre les paroles de la coccinelle. On voyait les poissons mourir en masse, leurs ventres argentés donnant de tristes reflets aux eaux de la rivière, qui devenaient de plus en plus tourbes. On n'entendait plus aucun chant d'oiseau dans les environs et on les voyait partir par colonies entières. Les fleurs n'éclosaient plus et les céréales restaient à l'état de tiges chétives. Dans la forêt, dans les ruelles du village, dans les étables, sur les chemins, dans les maisons et les granges, exhalait la puanteur des matières organiques et des restes de nourriture qui ne se dégradaient plus. Tous, sans exception, tombèrent malades. La famine fit son apparition. La mort, inexpugnable détentrice des âmes, s'abattit sur la vicomté qui était fuie par les étrangers et dont les habitants étaient vus comme des maudits.

Le pays de Saint-Michel devint une terre inculte.
Les villageois s'affolèrent de la situation, le vicomte tremblait de voir ainsi ses terres, la rumeur de la malédiction qui touchait Saint-Michel se propagea et c'est le roi en personne qui ordonna au vicomte de trouver un dénouement rapide, sous peine d'être déposé.

Le vicomte pria la vieille ermite en son château et lui parla ainsi :

- Ô vénérable ermite, tu as la sagesse des druides et l'amitié des animaux, tu connais plus que tout autre la forêt et tu as montré que les insectes t'écoutaient. Vois notre misère, par notre arrogance et notre ignorance, nous mourons de faim et notre belle vicomté est soumise aux sept plaies d'Égypte. Tu es née et a toujours vécu sur ces terres, elles sont tiennes autant que nôtres, tu es fille de cette vicomté. Viens-nous en aide, il faut défaire cette malédiction.

- Il n'y a aucune malédiction sur cette vicomté, déclara la vieille ermite.

Simplement, en chassant les insectes de ces terres, vous avez rompu le cycle de la nature. Les poissons se nourrissent des insectes ; privés ainsi de leur nourriture, ils sont morts de faim. Les oiseaux sont partis, car ils se nourrissent des poissons et des insectes, n'en trouvant plus ici, ils ont migré vers des terres plus généreuses. Privés d'insectes, de poissons, d'oiseaux et de leurs oeufs, dont ils se nourrissent, les animaux de la forêt ont dû partir vers d'autres contrées. Les fleurs, les plantes et les arbres n'ont pu être fertilisés, car il n'y a plus ni insectes ni oiseaux pour les butiner. Ainsi privés de toutes les bontés de la nature, les Hommes ont crié famine et la mort s'est installée sur notre vicomté naguère si belle. Car vois-tu ô noble vicomte, les insectes sont aussi importants que tous les autres animaux, les animaux tout aussi essentiels que les végétaux ; les végétaux que les minéraux et les minéraux que l'Homme. Etcétéra et vice-versa. Je leur parlerai et ils reviendront, conclut-elle, car ils savent où est leur place. Mais que tous, présents et à venir, se souviennent qu'ainsi est la nature faite ; chaque espèce y a sa charge et son importance, si l'une est anéantie, alors, toutes les autres seront en péril.

Tanakas
© 2008 Terre vivante