Comment cultiver le groseillier à maquereau ?

Article publié le
Moins courant que le groseillier à grappes, les fruits du Ribes uva crispa sont pourtant plus doux ! Le groseillier épineux est facile à cultiver. Découvrez quelle variété choisir, comment le planter, l’entretenir et le récolter.
Groseillier épineux

Le nom du groseillier à maquereau est originaire de la culture britannique où le petit fruit accompagne souvent des plats à base de poisson. 
|

Scandinavie, Asie, Amérique du nord… Le groseillier semble avoir de multiples origines. Ce petit fruitier est cultivé en France depuis le Moyen-Âge. Son nom groseillier à maquereau vient du fait que les britanniques associent le poisson éponyme à une sauce aux groseilles. L’arbrisseau mesure environ 1,50m et ressemble globalement au groseillier à grappes. Les feuilles trilobées, vert moyen et légèrement dentées sont un peu plus grandes que celles du Ribes rubrum. De petites fleurs pâles et pourprées et apparaissent en mars-avril et produisent des fruits en été dont la couleur va du blanc au jaune, en passant par le rouge. La réelle différence avec le groseillier à grappes est que le groseillier à maquereau n’a pas de fruits en grappes mais bien individuels. Également, les rameaux sont recouverts d’épines.

Variétés de Ribes uva crispa

Le groseillier à maquereau fait partie de la famille des grossulariacées, tout comme le groseillier à grappes. Il est aussi appelé groseillier épineux, Ribes uva crispa ou grossularia. Voici 4 variétés de Ribes uva crispa aux fruits de couleurs différentes.

  • Ribes rubrum ‘Pixwell’ : Variété productive aux fruits rouges sucrés et parfumés que l’on récolte fin juin.
  • Ribes rubrum ‘White Smith’ : Gros fruits blancs-verts parfumés à partir de début juillet. Arbuste rustique et productif d’environ 1m de haut.
  • Ribes rubrum ‘May Duke’ : Variété précoce que l’on récolte dès le mois de mai. Fruits jaunes parfumés.
  • Ribes rubrum ‘Winham’s Industry’ : fruits rouge foncé et duveteux mûrs en juillet. Cette variété est résistante à l’oïdium.

Plantation du groseillier épineux

Où et quand planter ?

Les exigences culturales du groseillier à maquereau sont sensiblement les mêmes que celles du groseillier à grappes. Cet arbuste rustique supporte des températures jusqu’à -20°C. Il peut donc être cultivé dans de nombreuses régions. En revanche, on évite une exposition en plein soleil, la mi-ombre lui convient mieux. Pour le sol, ce petit fruitier apprécie un substrat frais, riche et bien drainé. On évite de le placer en sol très sec. On privilégie une plantation en automne qui favorise un bon enracinement. Toutefois, la plantation printanière est possible.

Comment planter ?

  1. Si vous avez un plant en racines nues, recoupez le bout des racines d’un petit centimètre et pralinez-les.
  2. Creusez un trou de deux fois la taille de la motte. On laisse un petit mètre entre chaque plant.
  3. Mélangez votre terre de jardin à deux pelletées de compost et une poignée de corne broyée qui va libérer de l’azote petit à petit.
  4. Pour une meilleure fixation, placez le collet un peu en-dessous du niveau du sol. Vous pouvez aussi le laisser au niveau du sol et butter par la suite.
  5. Rebouchez avec le substrat.
  6. Arrosez copieusement.
  7. Faites un apport de potasse à l’aide de purin de consoude lors de l’arrosage.

Associations de culture

On place le groseillier épineux à proximité de la tomate qui ferait fuir ses nuisibles. Si vous avez planté des groseilliers dans le potager, vous pouvez utiliser l’espace entre les rangs pour planter des haricots nains, des carottes, des oignons et des navets.

Entretien du Ribes uva crispa

Chaque printemps, pensez à fertiliser votre groseillier en lui octroyant du compost bien mûr. Pour cela, binez le sol autour du pied avant d’appliquer le compost. Pour conserver la fraîcheur du sol, pensez à pailler pendant la belle saison. De même, arrosez régulièrement pour garder un sol frais et garantir de nombreux fruits.

Palissage

Certaines variétés de groseilliers ont besoin d’être palissées. C’est très simple à mettre en œuvre ! Plantez des piquets d’1,50m de haut entre les plants. Reliez-les avec du fil de fer que vous accrochez aux différents piquets. Vous pouvez laisser 20-30cm de haut entre chaque fil. Il ne vous reste plus qu’à faire passer vos branches entre les fils de fer afin qu’elles soient maintenues. Attachez-les sans trop serrer avec un lien en raphia. Si certains rameaux ne vont pas dans la bonne direction, vous pouvez les couper à la base. Gardez-en 4-5 seulement à palisser. Le palissage permet de gagner de l’espace et de faciliter la récolte, surtout avec cette espèce épineuse.

Taille

On procède à une taille légère chaque année au bout de la 4e année. L’objectif est de dégager le cœur de l’arbuste afin que la lumière y pénètre. On garde alors une silhouette harmonieuse et on favorise une bonne récolte. Pour cela, supprimez les bois morts et les branches qui se croisent.

 

Teropaipai - Autopromo

 

Maladies et nuisibles

 

Maladies et nuisibles

Symptômes

Prévention et traitements

Oïdium et gris du groseillier

Feutrage blanc ou gris sur les feuilles et les tiges

  • Ne pas mouiller le feuillage
  • Éliminer les parties concernées
  • Pulvérisation de décoction de prêle en prévention
  • Pulvérisation de souffre sur les parties concernées, hors temps chaud pour éviter de brûler le feuillage

Pucerons

Pucerons visibles sur le revers des feuilles et sur les tiges, feuilles qui s’enroulent

  • Pulvérisation d’une solution à base de savon noir
  • Prédateurs naturels

 

Récolte et conservation des groseilles

Selon les variétés plus ou moins tardives, on récolte les groseilles entre juin et août. On consomme plutôt les groseilles fraîches, mais elles se conservent quelques jours au réfrigérateur. Vous pouvez aussi les congeler, en les faisant prendre sur une plaque au congélateur avant de les mettre en sachet. Cela permet d’éviter que tous les fruits ne s’agglomèrent entre eux. La groseille est souvent préparée en gelée, afin d’en consommer toute l’année !

Multiplication du groseillier

On multiplie le groseillier par bouturage de novembre à février, lors du repos végétatif.

  1. Coupez le tronçon d’un rameau d’au moins un an, de 20cm.
  2. Retirez les feuilles sur la moitié inférieure.
  3. Creusez un trou de 30cm de profondeur en pépinière ombragée.
  4. Mettez la bouture en terre en laissant dépasser deux yeux, laissez une distance de 10cm entre chaque.
  5. Rebouchez le trou avec un mélange de terre de jardin, de sable et de tourbe.
  6. Tassez et arrosez.
  7. Maintenez le substrat frais et conservez votre bouture ainsi jusqu’à l’automne.
  8. Une fois l’automne arrivé, on repique les boutures garnies de feuilles en pleine terre.

 

Audrey Chéritel