Fabriquer et cultiver un potager surélevé

Article publié le
Travailler sans se casser le dos ? Mettre ses plantes délicates à l’abri de certains ravageurs ? C’est ce que vous permettra cette table de culture. Découvrez comment fabriquer et cultiver un potager surélevé !
Fabriquer et cultiver un potager surélevé

Pourquoi cultiver hors-sol ?

Si vous pouvez récupérer une table de culture chez un horticulteur, c’est l’idéal. Mais on peut aussi tout simplement s’en inspirer. Faites le tour des décharges de ferraille : on trouve parfois des cadres en fer, avec des pieds, prêts à être recyclés. Sinon, un magasin de matériaux pour bâtiment fera l’affaire ! L’idée consiste à créer une structure en fer puis le fond et les parois en planches de bois. Veillez bien à caler la table à son emplacement définitif avant de la remplir de terre ! Un “jardin de cultures sur tables”, présente de nombreux avantages :

  • d’abord, on travaille à sa hauteur, ce qui évitera des maux de dos désagréables ;
  • en outre, les végétaux délicats seront sous meilleure surveillance et à l’abri de l’appétit des limaces ;
  • enfin, vous pourrez ainsi mettre en valeur un coin de jardin peu propice aux cultures, ou “rapprocher” votre jardin de la cuisine ;
  • il demande moins d’entretien qu’un potager au sol, car la pousse des adventices est limitée, surtout si vous appliquez un paillage ;
  • toutefois, il faudra arroser plus régulièrement qu’en pleine terre car le substrat sèche plus vite hors sol.

Matériel nécessaire

  • 2 cormières de 80/60 mm, d’une longueur de 2 mètres, coupées à 45°.
  • 2 cormières de 80/60 mm, d’une longueur de 80 cm, coupées à 45°.
  • 6 tubes de 30 mm de diamètre, pour les pieds de 80 cm de long.
  • 5 tubes de 30 mm de diamètre, pour les renforts de 80 cm de long.
  • 2 tubes de 30 mm de diamètre pour l’équerrage des pieds de 128 cm de long.

Fabriquer et cultiver un potager surélevé 1

Les tubes de fer sont soudés entre eux, les planches sont simplement posées sur les cormières : le poids du terreau, une fois installé, maintient le tout.

Où placer la table de culture ?

Au soleil de préférence ! La majorité des légumes apprécient plusieurs heures d’ensoleillement par jour. Si vous en avez deux, pourquoi ne pas en placer une à l’ombre ? Certains légumes comme les épinards, la menthe et les radis se plaisent à l’ombre. L’avantage du potager sur pieds, c’est qu’on le déplace facilement. Ainsi, vous pouvez tester différentes expositions, ou apporter de l’ombre si la chaleur est écrasante.

Avec quelle terre remplir le potager surélevé ?

Une fois la table construite, il ne vous reste plus qu’à la garnir ! Pour cela, vous pouvez mélanger de la bonne terre de jardin et du compost. Une autre recette est recommandée : 1/3 de vermiculite, 1/3 de fibre de coco et 1/3 de compost. En effet, la vermiculite favorise le drainage, la fibre de coco retient l’eau et le compost enrichit. Ce mélange est d’autant plus adapté si vous placez votre table de culture sur un balcon, une terrasse ou un toit, car il est léger.

Place à la plantation !

Que planter dans votre table de culture ? Quasiment tout ce que vous voulez : salades, quelques plants de tomates cerises, des courgettes, des carottes et, surtout, des herbes aromatiques à foison. Vous aurez l’embarras du choix, entre les annuelles ou bisannuelles comme persil, basilic, aneth, coriandre et cerfeuil, ou les vivaces : thym, romarin, ciboulette, sauge, fenouil, oseille, ache des montagnes (ou livèche), estragon, origan, sarriette… On évite des plantes potagères trop volumineuses comme le maïs. Pensez à planter à proximité des plantes qui ont les mêmes besoins en eau. C’est le cas de l’oignon et la pomme de terre qui ne sont pas très assoiffés.

Le paillage, étape indispensable

En hors sol, le sol sèche plus vite et est moins riche en nutriments. Le paillage est donc LA solution pour répondre à ces problèmes. Pour cela, vous pouvez appliquer du compost, qui va améliorer le sol. Un autre paillage conseillé est le BRF (bois raméal fragmenté), riche en humus. Il est idéal après le compost car il consomme beaucoup d’azote en se décomposant. Enfin, la paille aura quant à elle un rôle d’isolant thermique et évite aux adventices de pousser.

Josiane Goepfert

 

Brouillon auto