Romarin : bienfaits et culture

Article publié le
Offrez-vous un “hammam facial” au romarin, pour respirer la Provence et assainir votre peau… et finissez par un bain antifatigue et stimulant la circulation.
Tiges de romarin

Culture

Le romarin (Rosmarinus officinalis) apprécie le plein soleil et un sol pauvre, même très calcaire, et bien drainé. Il ne supporte pas l’humidité mais tolère les embruns. En zone tempérée, plantez-le en pleine terre, où il peut atteindre deux mètres de hauteur. Dans les régions froides, cultivez-le en pot, pour le rentrer en hiver car il craint les grands froids.

Dessin d'un romarin

© Vincent Jeannerot

Semer et planter le romarin

Le semis

Semez le romarin à la fin du printemps, puis repiquez en godets à l’automne. Pensez à les espacer d’une dizaine de centimètres et de laisser la terre sécher entre deux arrosages. Le semis prend une année complète avant d’être prêt à être planté. Il faudra donc attendre le printemps suivant pour le planter en pleine terre, une fois le risque de gelées écarté.

Plantation

Si vous avez opté pour des plants en godet, privilégiez une plantation au printemps ou à l’automne, hors période de gel. Pour cela, creusez un trou deux fois plus large et plus profond que la motte. Si votre terre n’est pas très sèche, n’hésitez pas à la couper avec du sable et à placer une couche de billes d’argile au fond du trou. En pot, disposez systématiquement une couche de billes d’argiles ou de graviers au fond. Mettez la motte dans le trou, de manière à ce que le collet arrive au niveau du sol. Comblez les vides et tassez. Puis, arrosez légèrement, ensuite ce ne sera plus la peine.

N’hésitez pas à installer le romarin dans un substrat très pauvre et caillouteux, comme un talus ou le bord d’un muret, il s’en accommodera parfaitement !

Entretien du romarin

Très peu d’entretien est nécessaire à l’épanouissement du romarin. Il se contente de très peu d’eau, les eaux pluviales lui suffisent. Pour les sujets en pots, pensez à bien vider la soucoupe après les pluies. Il n’est pas non plus recommandé d’apporter des engrais car le romarin aime les sols pauvres. Dans les régions les plus fraîches, octroyez-lui une couche de paillage pour lui tenir chaud en hiver. La plupart des espèces tolèrent jusqu’à -10°C. Si votre romarin prend une forme qui ne vous satisfait pas, ou que vous souhaitez lui donner une belle silhouette de boule, vous pouvez le tailler à tout moment de l’année.

Récolte

On récolte le romarin au fur et à mesure, en fonction des besoins. Choisissez plutôt des rameaux jeunes, ils sont plus parfumés. Vous pouvez le consommer dans la foulée, en récupérant les feuilles ou bien le faire sécher. Pour cela, comme pour la lavande, deux possibilités :

  • réunir plusieurs tiges en bouquets en hauteur, tête en bas, durant 3-4 semaines ;
  • étaler les tiges sur un papier journal durant 3 semaines.

Dans tous les cas, les tiges devront être placées dans une pièce aérée, sèche et sans soleil direct. Ensuite, il ne vous reste qu’à les conserver dans une boite hermétique.

Multiplier le rosmarinus

La plupart du temps, on multiplie le romarin par bouturage à l’étouffée, une technique qui a fait ses preuves :

  • pour cela, coupez l’extrémité d’un jeune rameau à 15 cm ;
  • retirez toutes les feuilles de la moitié inférieure ;
  • coupez une bouteille en plastique en deux ;
  • remplissez le « cul de la bouteille » d’un mélange de sable et de terre de jardin ;
  • plantez les boutures de moitié, puis tassez avec les doigts ;
  • arrosez en pluie fine ;
  • formez une cloche avec pour recouvrir les boutures ;
  • placez-les à la lumière mais sans soleil direct ;
  • au bout d’un mois, repiquez les boutures.

Usages et propriétés

Les feuilles séchées de romarin confèrent leur arôme aux viandes (rôtis, ragoûts), jardinières, légumes vapeur… Tonique et digestif, le romarin stimule la fonction biliaire. Il soulage les maux de tête et les affections respiratoires. En cosmétique, il convient surtout aux peaux grasses, à tendance acnéique, et aux soins capillaires. En bain, il soulage fatigue et douleurs et stimule la circulation.

Hammam du visage au romarin

Portez à ébullition 1/2 litre d’eau, ajoutez 3 ou 4 brins de romarin et laissez bouillir encore 2 à 3 minutes. Posez la casserole sur une table et placez votre visage au-dessus. Sous une serviette, respirez pendant 5 minutes les vapeurs aromatiques. Ce “hammam facial” nettoie et assainit la peau, tout en prévenant ou soulageant les affections respiratoires.

Sylvie Hampikian

 

Pavé D - Route des comptoirs / Partenariat 2022