Le citron : bienfaits et culture

Article publié le
Antiseptique de premier ordre, le citron est à ne pas négliger dans la pharmacopée naturelle. Surtout en fin d'hiver, lorsque les résistances commencent à fatiguer face aux virus de tous poils !
Citrons sur un arbre

Usages et bienfaits

On ne présente plus le citron, ses atouts culinaires et ses vertus thérapeutiques : il est par excellence un fruit à consommer sans modération, dans la limite, bien sûr, de votre tolérance digestive ! S’il n’est pas la meilleure source de vitamine C, battu notamment par le kiwi, il préserve néanmoins celle-ci grâce à sa peau épaisse et son suc acide. Ainsi, la vitamine est retrouvée en presque totalité plusieurs semaines après la récolte du fruit. Ne serait-ce que pour cela, le citron contribue à la santé et au tonus.

Le citron est également source d’antioxydants qui protègent la paroi des vaisseaux et l’on peut le recommander en cas de fragilité vasculaire (jambes lourdes, varices). On le prescrit aussi pour ses propriétés antiseptiques, dans la prévention et le traitement des affections respiratoires (rhumes, grippe…). Le citron s’emploie simplement en jus, pur ou dilué dans un peu d’eau, éventuellement sucré au miel pour en atténuer l’acidité. On peut l’utiliser en gargarisme, en cas d’aphtes ou de maux de gorge. En lotion, il est particulièrement recommandé aux peaux grasses, sensibles aux imperfections. Enfin, le zeste frotté sur les mains les nettoie et les embellit.

Son huile essentielle – ou plutôt son essence, puisqu’elle est extraite par simple pression à froid des zestes – est surtout employée pour ses effets digestifs et antiseptiques. En externe, elle nécessite des précautions d’usage car elle est irritante et photosensibilisante : ne l’appliquez jamais pure et ne vous exposez pas au soleil pendant 24 heures après son emploi.

De l’huile essentielle dans les recettes

En cuisine, l’huile essentielle de citron est toute simple à utiliser. Ajoutez-en quelques gouttes à vos sauces (poissons et viandes blanches), vos vinaigrettes, vos desserts lactés, vos biscuits. Comptez environ une goutte par personne pour les préparations froides, un peu plus en cas de cuisson car son arôme tend à s’estomper à la chaleur.

Cultiver le citronnier

Le citronnier est un arbre peu rustique, tolérant jusqu’à -5°C. Ainsi, il n’est planté en pleine terre que dans les régions aux hivers doux comme le pourtour de la Méditerranée ou la côte Atlantique. La plupart du temps en France, on le cultive en pot, afin de pouvoir le mettre à l’abri. En pleine terre ou en pot, il convient de lui octroyer une exposition ensoleillée et à l’abri du vent. On plante en général au printemps, afin qu’il ait le temps de bien s’enraciner avant l’hiver.

Planter le citronnier en pot

  • Choisissez un contenant de grande taille, disposant de trous au fond pour l’évacuation de l’eau, type caisse à oranger.
  • Disposez une couche de drainage au fond (billes d’argile ou graviers).
  • Recouvrez d’une couche de terreau spécial agrumes.
  • Placez la motte de manière à ce que le collet arrive presque en haut du pot.
  • Rebouchez avec du terreau, tassez et arrosez copieusement.

Entretien

Au printemps, dès que les gelées sont finies, sortez votre citronnier et placez-le en plein soleil, à l’abri du vent. En été, l’arrosage doit être régulier, mais les racines ne doivent jamais stagner dans l’eau. Pour cela, videz systématiquement la soucoupe après l’arrosage. À l’automne, rentrez les citronniers dans une pièce aérée, lumineuse, à une température d’environ 10°C. En effet, le citronnier n’est pas une plante d’intérieur, il ne supporterait pas une pièce chauffée à 20°C. Espacez les arrosages jusqu’au printemps suivant. Laissez alors sécher le substrat entre deux arrosages et faites un apport d’eau léger.

Récolte des citrons

La récolte s’effectue quasiment toute l’année, même en hiver pour la variété 4 saisons. Sinon, la période de récolte s’étend de l’hiver au printemps. Une fois bien mûrs, les fruits se détachent tout seuls. Une fois cueilli, le citron se conserve trois semaines au réfrigérateur et plus d’un mois sur la branche.

Taille du fruitier

Au bout de la troisième année, on commence à tailler le citronnier. Deux à trois fois par an, il faut le pincer, c’est-à-dire retirer l’extrémité des rameaux en les pinçant avec ses doigts. On réduit donc le feuillage afin qu’il ait un port compact et arrondi. On procède durant la période de végétation, ce qui correspond du printemps à l’automne.

Syvie Hampikian

 

Brouillon auto