Editions Terre Vivante – L’écologie pratique

Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris Envoyer à un ami

Eau trop calcaire, que faire ?

© Antoine Bosse-Platière
legende © Antoine Bosse-Platière
Il obstrue vos tuyaux et robinets, réduit l'efficacité de votre chauffe-eau et vous oblige à utiliser davantage de lessive. Qui donc ? Le tartre, bien sûr ! Il a la peau dure et il n’est pas facile de s’en débarrasser. Mais est-il si grave, finalement ?
Partager cet article :
|

Traces suspectes sur vos robinets, dépôts blanchâtres sur la résistance électrique de votre cafetière électrique, douchette régulièrement colmatée ? Pas de doute, votre eau est trop calcaire. Est-ce grave ? Tout dépend de sa dureté, c'est-à-dire sa teneur en sels dissous de carbonate de calcium et de magnésium, à l'origine de la formation du tartre.

Dure ou douce ?

La dureté de l'eau est indiquée sur la fiche "qualité des eaux" réalisée chaque année par la Ddass de votre département, qui est jointe à votre facture d'eau ou que vous pouvez consulter en mairie. La présence de calcaire dans l'eau se mesure chez nous en "degrés français" (° f ou ° Th). Un degré correspond à 10,3 mg de carbonate de calcium par litre (ou 4 mg de calcium). On peut distinguer schématiquement :

  • eaux douces : moins de 15 ° f
  • eaux moyennement dures : de 15 à 35 ° f
  • eaux très dures : plus de 35 ° f

Vous pouvez aussi mesurer la dureté de votre eau vous-même, avec des bandelettes-test que l'on trouve notamment chez les marchands d'aquariums. Elles sont graduées de 9 en 9°, jusqu'à 45 ° f et plus.

La dureté de l'eau est liée à la présence de calcaire dans le sous-sol. L'eau est très dure dans les massifs calcaires : Nord-Pas-de-Calais, Moselle, Hérault. Elle est douce en Bretagne, dans le Massif Central, les Vosges, les Ardennes et une partie du Sud-Ouest. Elle est généralement peu dure dans les autres régions, avec quelques exceptions.

Pour les eaux trop dures, préférer les appareils anticalcaires magnétiques plutôt que les adoucisseurs, qui rejettent beaucoup de sel et modifient la composition de l'eau.

Les dégâts du tartre

dégâts du tartre
Le tartre se dépose partout (parois, canalisations...) et peut occasionner de nombreux problèmes, de la perte d'énergie à la "mort" des appreils touchés ! © Antoine Bosse-Platière
Rappelons tout d'abord qu'il n'y a aucun danger pour la santé à boire une eau très calcaire. Cependant, la présence en excès de tartre présente certains inconvénients :
  • l'eau dure diminue les propriétés détergentes des lessives et des savons, d'où leur consommation accrue, avec des conséquences en matière de pollution de l'eau ;
  • le tartre peut se déposer sur les parois des canalisations, dans les chaudières, les tuyaux d'eau chaude ou les appareils électroménagers. On estime qu'une épaisseur de 3 mm de tartre sur un serpentin de chauffe-eau peut provoquer 18 % de perte d'énergie. La durée de vie des appareils peut également être affectée ;
  • les dépôts de tartre augmentent le risque de proliférations bactériennes - y compris la redoutable légionelle -, notamment lorsque les eaux stagnent à une température élevée. C'est rarement le cas dans les installations individuelles où l'eau se renouvelle rapidement, mais le risque est plus élevé en installations collectives ;
  • l'eau dure est peu agréable pour la peau, le linge est moins doux, et des traces de tartre se déposent sur l'émail des sanitaires.

La présence de calcaire dans l'eau ne suffit pas à elle seule à entraîner la production de tartre. A température ambiante, celui-ci ne se forme qu'avec des eaux extrêmement dures. Par contre, la chaleur joue un rôle déterminant en provoquant des dépôts sur les surfaces chaudes à partir de 55 °C. De plus, le tartre s'accumule particulièrement aux endroits où l'eau est mise à l'air (mousseurs, douchettes...).

Conseils pratiques

  • Le vinaigre d'alcool chaud est très efficace pour enlever les traces de tartre ou pour faire tremper des pièces entartrées ;
  • Réglez la température de vos lessives, chauffe-eau et eau de chauffage à moins de 55 °C ;
  • Déposez une coquille d'huitre dans la cafetière électrique : le tartre se déposera sur elle plutôt que sur la résistance ;
  • Pour les bricoleurs : utiliser l'eau de pluie, naturellement douce, notamment pour le lavage. Mais avec la citerne et la filtration, c'est un investissement lourd ;
  • Pour les eaux très dures, préférer les appareils anticalcaires magnétiques plutôt que les adoucisseurs (ils rejettent beaucoup de sel et modifient la composition de l'eau) ;
  • Toujours avec les eaux dures, envisager l'acquisition d'un dispositif anti-tartre. À réserver aux eaux très dures (plus de 35 °C) car les appareils sont coûteux et ne sont pas sans inconvénients : un adoucisseur, pour enlever le tartre, rajoute du sel à l'eau. Il est donc conseillé de ne pas boire une eau adoucie.
Antoine Bosse-Platière

  • Voir notre enquête sur les dispositifs anti-tartre dans l'article en archive "Eau trop calcaire, que faire ?" du n°135 (juillet-août 2002) des 4 Saisons du jardin bio.

Notre sélection de livres

J'économise l'eau à la maison

Livre J'économise l'eau à la maison
Sandrine Cabrit-Leclerc Pascal Greboval

Réduire sa consommation d'eau : gestes simples et installations plus élaborées, non seulement pour économiser et pour récupérer cette ressource si précieuse, mais aussi pour ne pas la polluer !

96 pages; (21 x 21 cm); 12,00 €

Ajouter au panier

Voir le catalogue  >

© 2008 Terre vivante