La saponaire : de la plante au savon

Article publié le
Avec ses petites fleurs roses que viennent butiner les papillons morosphinx avec leur longue trompe, la saponaire se remarque au bord des rivières, à la belle saison. C'est "l'herbe à savon”, qui lave vêtements, visage ou cheveux et qui soigne, à condition de rester prudent.
Fleur de saponaire

Usages et bienfaits

Le terme saponaire vient du latin sapo qui signifie savon. L’herbe à savon, comme on l’appelle parfois, était jadis la plante des lavandières et on la trouvait souvent aux abords des maisons. De fait, toute la plante est riche en saponine, un tensioactif naturel qui lui confère ses propriétés moussantes et lavantes. Sa mousse douce et fine est efficace sur le linge, notamment contre les taches de gras, mais également dans les soins cosmétiques. Pour laver les cheveux, on l’emploie en décoction de feuilles et tiges ou de racines fraîches : une poignée dans ½ litre d’eau, à faire bouillir environ 10 minutes. On peut employer cette lotion pour nettoyer le visage, mais elle ne se conserve que 48 heures au réfrigérateur, pas plus. En interne, la présence de saponine confère à la plante une certaine dangerosité car elle peut, à long terme, entraîner des signes de toxicité sanguine (hémolyse), suivis d’une atteinte rénale. Elle peut être irritante pour les voies digestives. On peut certes la prendre en décoction comme dépuratif, ou contre les troubles hépatiques et les affections respiratoires (en cas d’encombrement bronchique). Néanmoins, restons prudents : la consommation de saponaire à des fins médicinales devrait se faire de préférence sous surveillance médicale.

La saponaire est une vivace qui s’implante bien au jardin, de préférence au soleil (il vaut mieux éviter de la planter aux abords d’une berge ou d’un bassin, car elle peut s’avérer toxique pour la faune aquatique). Prévoyez de la place, car elle peut devenir envahissante, mais elle est bien jolie, avec ses fleurs mauve pâle qui évoquent celles des phlox.

Illustration d'une fleur de saponaire

© Joël Valentin

Où et quand planter la saponaire ?

Choisissez un emplacement ensoleillé, dans un sol légèrement riche, bien drainé, neutre à calcaire. Les espèces compactes comme la Saponaria caespitosa apprécient un sol pauvre, sec et caillouteux. On retrouve les saponaires au sein de rocailles, de massifs, en pot, mais aussi sur les bordures, les talus et les murets. On les plante au printemps ou à l’automne, hors périodes de gelées.

Comment planter la Saponaria ?

  • Placez la motte dans une bassine d’eau durant quelques minutes.
  • Creusez un trou de deux fois la largeur et la profondeur de la motte.
  • Si votre terre est un peu trop compacte, mélangez-la à du sable, si elle est très pauvre ; ajoutez une poignée de compost (sauf pour les essences compactes comme Saponaria caespitosa).
  • Disposez une couche de drainage au fond du trou (billes d’argile ou gravier).
  • Placez la motte, de manière à ce que le collet arrive au niveau du sol.
  • Rebouchez, tassez et arrosez.

Entretien en pleine terre

L’entretien est aussi faible que les exigences de cette vivace. On arrose régulièrement le premier été, afin de favoriser une bonne reprise. Toutefois, veiller à laisser sécher entre deux arrosages. Ensuite, ce n’est plus nécessaire. Pour booster l’apparition de nouvelles, fleurs, pensez à supprimer celles qui sont fanées. Enfin, à la fin de la floraison, en septembre, coupez la touffe à ras, elle repartira de plus belle au printemps.

Entretien en pot

Les variétés hautes apprécient un substrat frais, prévoyez donc des arrosages réguliers. En revanche, les variétés compactes n’en ont pas besoin. Arrosez occasionnellement et légèrement. Veillez à toujours bien retirer l’eau de la soucoupe. Pour les variétés hautes, surfacez tous les ans avec un peu de compost et rempotez tous les trois ans environ.

Multiplier la saponaire

Deux méthodes sont utilisées pour multiplier la saponaire : le bouturage et la division de touffe. C’est cette dernière qui est la plus répandue :

  • une fois la plante bien installée (au bout de 2-3 ans) sortez-la de terre au début du printemps ou de l’automne ;
  • divisez la touffe en deux parties avec une bêche, finissez de scinder les racines avec un sécateur ;
  • replantez les deux éclats séparément, en suivant les conseils de plantation ci-dessus.

Au moment de replanter les éclats, vous pouvez aussi choisir de n’en replanter qu’un et de prélever le deuxième pour la recette qui suit.

Shampoings à base de saponaire

Une fois la saponaire installée, vous pourrez employer les parties aériennes juste après la floraison (entre juin et août) et les racines à l’automne. En les faisant sécher sous forme de petits dés, vous pourrez ainsi prévoir vos shampoings de l’hiver. Mais il faudra alors faire tremper les racines sèches 12 heures dans l’eau froide avant de préparer votre décoction.

Sylvie Hampikian

 

Auto-promo Mangeoire à oiseaux