Editions Terre Vivante – L’écologie pratique

  • Vous êtes ici :
  • Accueil > 
  • Ravageurs et maladies de A à Z
Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris Envoyer à un ami

Ravageurs et maladies de A à Z

  • A
  • B
  • C
  • D
  • E
  • F
  • G
  • H
  • I
  • J
  • K
  • L
  • M
  • N
  • O
  • P
  • Q
  • R
  • S
  • T
  • U
  • V
  • W
  • X
  • Y
  • Z

B

Le brun du pélargonium
Archive payante du numéro 132 des 4 Saisons du jardin bio

Quand reviendront les beaux jours, un petit papillon marron pourrait bien voltiger autour des premiers boutons récemment éclos de vos géraniums de jardins. Proche des cuivrés et des argus, il s'en distingue par le dessin du dessous de ses ailes. Sa chenille, jaune à verte, souvent ornée d'une ligne rose sur chaque flanc se développe, en Afrique australe - sa terre d'origine - sur les pélargoniums sauvages qui y abondent. En Europe, elle se satisfait des géraniums lierre, qui sont des pélargoniums africains, souvent hybrides.

C

Gare aux campagnols
Page de www.terrevivante.org

Vos légumes, mais aussi vos arbres fruitiers sont attaqués par les racines ? Et vous avec trouvé quelques monticules de terre ça et là dans le potager et le verger… Un campagnol s’est invité dans votre jardin !

Le carpocapse de la pomme et de la poire
Page de www.terrevivante.org

Papillon discret, le carpocapse est pourtant l’ennemi des producteurs et amateurs de pommes et poires. Ses vers creusent des galeries dans les fruits et dévorent jusqu’aux pépins.

La cloque du pêcher
Page de www.terrevivante.org

Feuilles déformées, boursouflures… La cloque du pêcher peut réduire considérablement la production de fruits… et à terme faire mourir l’arbre. Entretenez la vigueur de vos pêchers pour les aider à résister !

La chrysomèle de l'oseille
Archive payante du numéro 127 des 4 Saisons du jardin bio

Si vous rêvez d'un bon velouté ou d'une alose à l'oseille, soyez vigilant au potager : de petits gloutons se préparent à partager sans conditions votre légume, voire à le faire disparaître avant que vous n'ayez ferré le poisson. Au mieux il ne vous restera que les nervures...

E

L'escargot petit-gris
Archive payante du numéro 134 des 4 Saisons du jardin bio

Notre banal escargot serait-il responsable d'une dangereuse dépravation des mœurs des hérissons ? Il se plaît, comme ses cousines les limaces, dans des jardins des partisans du mulch et du compostage en surface, et les jardiniers bio tentent de le contrôler par l'emploi de pièges à bière, qui fournissent ainsi des proies abondantes et faciles au hérissons qui s'en gobergent. Une étude anglaise a montré que ces derniers, pouvaient, à force de consommer ces mets délicatement aromatisés, devenir alcooliques !

H

Le hanneton
Page de www.terrevivante.org

Blanches et dodues, les larves de hanneton, néfastes pour les cultures, sont parfois confondues avec celles de la cétoine dorée, inoffensives.

Huiles essentielles au jardin
Archive payante du numéro 199 des 4 Saisons du jardin bio

Bine connues sur leur efficacité sur la santé humaine, les huiles essentielles restent peu utilisées au jardin. Nos conseils pour faire vos propres essais.

L

La louvette
Page de www.terrevivante.org

Vos salades affichent une triste mine ? Leurs racines sont peut-être grignotées par une chenille de couleur blanchâtre, à la tête brun rouge. Hyperactive, elle passe très facilement de plant en plant. À surveiller !

La limace
Page de www.terrevivante.org

Rien de plus rageant que de voir ses jeunes plants de salades dévastés par les limaces. Barrages de cendre, piègages avec appâts, nématodes, n’hésitez pas à combiner plusieurs méthodes pour les repousser.

Limaces : on a tout essayé
Archive payante du numéro 190 des 4 Saisons du jardin bio

Attention l'automne arrive. Et avec lui son cortège de limaces. Nous avons fait le point avec nos lecteurs sur les méthodes à préconiser.

M

La mouche mineuse du poireau
Page de www.terrevivante.org

Apparue il y a une dizaine d'années en France, cette mouche étend peu à peu son territoire depuis le Nord-Est. Apprenez à reconnaître les symptômes et à protéger vos chers poireaux.

La mouche du chou
Page de www.terrevivante.org

Des astuces et conseils de jardiniers expérimentés pour éviter que les racines de vos choux soient dévorées par les larves de cette minuscule mouche.

Le mildiou de la laitue
Archive payante du numéro 187 des 4 Saisons du jardin bio

Redouté pour sa capacité à se disséminer très rapidement dans de nombreuses cultures, le mildiou attaque aussi les laitues.

Accusé mulot levez-vous !
Archive payante du numéro 193 des 4 Saisons du jardin bio

Poireaux, navets ou carottes dévorés, jardin transformaé en gruyère... Le coupable ne peut être que le mulot, pensez-vous ? Pas si sûr.
Enquête avec Elisabeth Leciak.

Le mildiou de la tomate et de la pomme de terre
Archive payante du numéro 207 des 4 Saisons du jardin bio

Le mildiou attend qu'une combinaison de pluies, d'humidité et de chaleur lui permette de faire son apparition au jardin. Le jardinier, conscient du danger une fois la maladie déclarée, aura pris les devants en protégeant ses plants.

O

L’oïdium des cucurbitacées
Page de www.terrevivante.org

Les feuilles de vos plants de courge ou de melon se ratatinent et se dessèchent ? Attention aux dégâts causés par les oïdiums : les attaques précoces de ces champignons affaiblissent le plant et nuisent à la récolte.

P

Le psylle du poirier
Page de www.terrevivante.org

Taches noires sur les fruits, chute de feuilles dès le mois d’août ? Votre poirier est peut-être attaqué par le psylle, qui l’affaiblit considérablement.

La punaise verte
Page de www.terrevivante.org

Ravageur du riz, la punaise verte est de plus en plus présente dans nos jardins, où ses piqûres touchent aubergines, poivrons et tomates.

Le puceron cendré du pommier
Page de www.terrevivante.org

Dès le mois d’avril, les feuilles de votre pommier commencent à se gaufrer et s’enrouler, puis à jaunir, les fruits se déforment… L’un des plus terribles pucerons, celui du pommier, l’a infesté. Ne vous laissez pas prendre de vitesse !

Le puceron vert du pêcher
Page de www.terrevivante.org

C’est le puceron le plus dangereux pour le pêcher, notamment parce qu’il véhicule de nombreux virus. Pensez aux coccinelles et autres syrphes, pour une régulation naturelle.

Les auxiliaires contre les pucerons
Archive payante du numéro 146 des 4 Saisons du jardin bio

L'agriculteur et le jardinier ont toutes les raisons de ne pas aimer les pucerons. Heureusement que certains insectes les aiment pour eux, au point de s'en régaler toute leur vie ou presque. Ces insectes sont de véritable auxiliaires des plantes cultivées, à accueillir au jardin sans modération.

Des alliés méconnus contre les pucerons
Archive payante du numéro 160 des 4 Saisons du jardin bio

Vous connaissez les larves de coccinelles, de syrphes ou de chrysopes et leur rôle prépondérant dans la régulation des populations de pucerons. Mais il existe bien d'autres antagonistes des pucerons, qui méritent l'intérêt du jardinier.

Fougère aigle 1 pucerons 0
Archive payante du numéro 177 des 4 Saisons du jardin bio

Découvrez les propriétés du purin de fougère aigle, votre nouvel allié dans la lutte contre les pucerons !

R

Les rouilles
Page de www.terrevivante.org

Premiers signes de rouille ? Pour éviter la propagation de la maladie, le ramassage et le brûlage des feuilles, ou encore le recours à la bouillie bordelaise sont les meilleures solutions.

Rongeurs sans gêne : souris, loirs, lérots
Page de www.terrevivante.org

Pour limiter l’intrusion dans vos réserves de ces hôtes gourmands et indésirables, colmatez le plus possible les interstices et protégez vos aliments dans des bocaux.

T

Les taches noires du rosier
Page de www.terrevivante.org

Ces taches noires provoquent la chute des feuilles et affaiblissent à terme les rosiers. Des moyens permettent d’inhiber le développement de la maladie.

En finir avec la tavelure du pommier
Archive payante du numéro 151 des 4 Saisons du jardin bio

La tavelure est une maladie due à un champignon microscopique, dont les pommiers de nos jardins sortent rarement indemnes. Les dégâts sont parfois bénins, mais trop souvent arbres et fruits sont fortement attaqués. Et s'il existait des arbres résistants à cet embarrassant champignon ?

Six mois de traitements bio
Archive payante du numéro 200 des 4 Saisons du jardin bio

Le printemps est là, nous revoilà partis pour une saison au jardin, avec ses réussites et ses joies mais aussi les inévitables soucis, plus ou moins importants. Tous les conseils pour anticiper et, s'il le faut, guérir.

V

Le ver des framboises
Page de www.terrevivante.org

Détournez ce coléoptère des douces framboises en troublant son odorat avec l’infusion de tanaisie ou le purin d’ail… Vous éviterez ainsi les fruits déformés et desséchés, voire pourris !

Les vers gris, noctuelles terricoles
Page de www.terrevivante.org

Voraces, ces chenilles blanches et dodues sont actives sur et dans le sol. Elles ont de nombreux ennemis, mais il vous faudra aussi les traquer, couteau à la main.

Maîtriser le varroa dans les ruches
Archive payante du numéro 129 des 4 Saisons du jardin bio

Pauvres abeilles ! Menacées par une nouvelle génération d'insecticides agricoles, elles continuent d'être la proie du varroa, un parasite dont aucun traitement ne vient à bout. Les conseils d'un apiculteur bio pour maîtriser l'infestation sans produits chimiques.

Lutter contre les vers des fruits
Archive payante du numéro 176 des 4 Saisons du jardin bio

Ils s'empiffrent de nos fruits et mettent en périls notre potager. Comment empêcher les vers des fruits de commettre de telles indélicatesses ?

© 2008 Terre vivante