Soulager les courbatures naturellement

Article publié le
Le jardinage met parfois notre corps à rude épreuve. Des soins adaptés, avant l’effort ou juste après, peuvent vous aider à prévenir douleurs musculaires ou articulaires et soulager les courbatures naturellement.
Huile de massage

Prévenir les courbatures

  • Adoptez les bons gestes : évitez les extensions trop importantes pouvant occasionner des étirements musculaires, pliez les genoux pour travailler en position basse (plutôt que de courber le dos), faites des pauses si vous pratiquez un travail long et répétitif ou alternez les tâches.
  • Portez une ceinture de maintien ou un protège-poignet lors des gros travaux, comme le faisaient jadis les agriculteurs et les travailleurs de force. Ces précautions pourraient prévenir bien des douleurs lombaires et même certains troubles musculo-squelettiques professionnels.
  • Couvrez-vous suffisamment lorsque vous travaillez au froid.
  • Buvez de l’eau fréquemment, pour réhydrater et rafraîchir l’organisme, mais aussi faciliter l’élimination des toxines.
  • Bêchage ? Attention à vos mouvements ! Le bêchage fait partie des activités les plus éprouvantes au jardin. En effet, si vous vous courbez, vous allez rapidement abîmer votre dos. Il convient alors de garder le dos droit et d’utiliser sa cuisse pour faire un effet levier. Pour cela, plantez votre bêche, en donnant un petit coup de pied sur l’outil. Puis, posez le manche sur votre cuisse, les jambes sont légèrement fléchies. Abaissez le manche vers le bas en l’appuyant sur votre cuisse, tout en gardant le dos droit. Si besoin, tendez les jambes pour donner de l’élan au mouvement sans faire travailler le dos.

Même discrètes, les douleurs engendrées par des mouvements répétitifs ne sont jamais anodines. Elles traduisent un état inflammatoire qui peut à terme évoluer vers des pathologies plus sévères (tendinite, arthrose, calcification…).

Soulager naturellement

Bains antidouleur

L’eau chaude (37-38 °C) a des effets antalgiques reconnus sur les contractures, crampes et douleurs articulaires.

Bain aux sels : l’ajout de sels (en particulier sels de magnésium) augmente encore les effets antalgiques de l’eau chaude : dans la baignoire remplie d’eau tiède, versez 2 bonnes poignées de sel marin, de sels de magnésium (mer Morte, Epsom, chlorure de magnésium) ou de bicarbonate de soude.

Bain aux plantes : préparez un mélange de marjolaine, sauge et serpolet (si possible 100 grammes de chaque). Faites infuser dans environ 2 litres d’eau bouillante et ajoutez à l’eau du bain. Avec leurs propriétés calmantes, relaxantes et décontractantes, ces plantes vont soulager vos douleurs musculaires et favoriser une bonne récupération. Vous pouvez aussi opter pour ces mêmes plantes sous forme d’huiles essentielles. Toutefois, elles ne se diluent pas dans l’eau ! Il faut donc utiliser un diluant comme du sel de mer. Mélangez les huiles à 50 grammes de sel de mer que vous insérez ensuite dans votre bain. Comptez environ 10 gouttes d’huile en tout. Pas fan du sel ? Vous pouvez aussi mélanger vos huiles à du miel, du savon liquide ou du lait.

Huiles de massage

Les huiles essentielles contiennent des actifs anti-inflammatoires, mais également des substances myorelaxantes, qui détendent et décontractent les muscles.

Huile aromatique antidouleur (à 2 % d’huiles essentielles) : 50 ml d’huile sèche (colza, macadamia, sésame, tournesol…), 20 gouttes d’huiles essentielles antidouleur.

  • Douleurs articulaires : ajowan, cajeput, citronnelle de Java, copahu, eucalyptus citronné, gaulthérie couchée, géranium rosat, lavande fine, lavande aspic, lavandin super, petit grain bigaradier, pin sylvestre.
  • Courbatures, douleurs musculaires : ajowan, cajeput, copahu, eucalyptus citronné, estragon, gaulthérie couchée, genévrier, laurier noble, lavande fine, menthe poivrée.

Versez l’huile dans un flacon opaque fermant hermétiquement, ajoutez les huiles essentielles et agitez pour bien mélanger. Appliquez en massage, juste après l’effort physique, en insistant sur les zones les plus sollicitées (muscles des bras, des jambes, genoux, région lombaire…).

Phytothérapie

Plantes dépuratives : les douleurs corporelles, et notamment les douleurs musculaires, sont dues en grande partie à l’accumulation de toxines (déchets du métabolisme énergétique) dans les tissus. Boire suffisamment d’eau facilite l’élimination de ces toxines, mais c’est encore mieux si on y ajoute, sous forme de tisanes, des plantes dépuratives : bardane, bouleau blanc, cassis (feuilles), frêne, fumeterre, pissenlit, prêle.

En gélule, on peut recommander les mêmes plantes, mais également l’ashwagandha (Withania somnifera). Les nombreuses propriétés de cette plante indienne ont été confirmées par des études scientifiques. Suivez la posologie indiquée par le fabricant.

Plantes antalgiques : certaines plantes en tisanes ou en gélules peuvent aider à soulager. Mais attention, toute douleur chronique doit amener à une consultation médicale.

Plantes recommandées : cassis (feuilles), fraisier (racines, feuilles), frêne (feuilles), harpagophytum, ortie, pourpier, prêle, reine-des-prés, saule blanc, verge d’or, yerba maté (maté).

Sylvie Hampikian

 

1% pour la planète - 728*90 1