La lutte biologique contre le puceron cendré du pommier

Article publié le
Dès le mois d’avril, les feuilles de votre pommier commencent à se gaufrer et s’enrouler, puis à jaunir, les fruits se déforment… L’un des plus terribles pucerons, celui du pommier, l’a infesté. Ne vous laissez pas prendre de vitesse ! Découvrez nos techniques de lutte biologique contre le puceron cendré du pommier.
Zoom sur le puceron

Symptômes et dégâts du puceron cendré

Les premières colonies se forment dès le mois d’avril et les dégâts ne tardent pas à apparaître : les feuilles se gaufrent, se déforment et s’enroulent avant de jaunir ; les jeunes rameaux et les fruits se déforment également ; ces derniers resteront petits et bosselés. En outre, ce puceron rejette un abondant miellat qui favorise le développement de fumagine (moisissures noirâtres), et qui intéresse beaucoup les fourmis. Celles-ci visitent régulièrement leurs “troupeaux”, stimulent la production de miellat, et protègent les pucerons de leurs ennemis naturels, favorisant ainsi leur prolifération.

Mode et cycle de vie de ce nuisible

La reproduction des pucerons est assez étonnante et elle explique la rapidité des pullulations. Le cycle commence avec les œufs d’hiver pondus sur l’hôte primaire (le pommier) après fécondation classique des femelles par des mâles. Les œufs noirs et ovales sont situés à la base des bourgeons ou sous les écorces. Ils résistent au froid et éclosent lors du gonflement des bourgeons, donnant naissance à des “fondatrices”.

Puceron cendré posé sur une branche

Ce puceron rejette un abondant miellat qui intéresse les fourmis.

Le cycle va alors connaître une fabuleuse accélération grâce à la parthénogenèse : il n’y a plus de perte de temps due à la rencontre des sexes, et ne naissent que des femelles. De plus, celles-ci sont vivipares (pas de stade œuf) et les larves deviennent adultes et se reproduisent très rapidement : on compte six à neuf générations par an, de mai à octobre, chaque femelle pouvant engendrer environ 70 larves. À ce rythme, la surpopulation guette. Les adultes s’adaptent alors en mettant au monde davantage d’individus ailés qui se disséminent sur d’autres pommiers.

À partir de juin commence la migration vers l’hôte secondaire, le plantain (parfois aussi le rumex ou le cerfeuil), où vont apparaître les formes sexuées qui reviendront à l’automne s’accoupler et pondre sur le pommier.

L’autre grande particularité des pucerons, c’est leur système buccal de type piqueur-suceur. Très sophistiqué, il leur permet d’accéder aux tissus qui transportent la sève élaborée à l’intérieur des végétaux. La piqûre s’accompagne parfois de sécrétion de salive qui peut transmettre des virus (notamment avec les pucerons des légumes).

Moyens de lutte biologiques

Toutes les variétés de pommiers n’ont pas la même sensibilité au puceron cendré. On évitera les plus sensibles : ‘Granny Smith’, ‘Baujade’, ‘Idared’, ‘Topaz’ ; il n’en existe que deux qui lui résistent : ‘Florina’ et ‘Goldrush’.

Les excès de fertilisation, notamment azotée, favorisent son développement ainsi que les gourmands très vigoureux, qu’il faut tailler.

L’important, c’est de ne pas se laisser prendre de vitesse, car les insecticides végétaux sont peu efficaces sur des colonies installées, surtout si les feuilles sont déjà enroulées. Ils sont également peu sélectifs, à un moment où les auxiliaires sont les seuls à pouvoir jouer un rôle régulateur. Dès que vous décelez la présence des pucerons, vous pouvez pulvériser du purin d’ortie ou de la décoction de tanaisie sur l’ensemble du sujet. Pensez à traiter également le dessous des feuilles. Également, vous avez la possibilité de traiter avec de l’eau savonneuse. Il vous suffit alors de mélanger 150 grammes de copeaux de savon dans 1 litre d’eau tiède, puis de pulvériser cette solution sur votre pommier.

 

Pavé essembio 594*164

 

La bonne stratégie consiste à :

  • empêcher l’arrivée des fourmis en posant des barrages englués (ou colliers anti-fourmis du commerce) sur le tronc avant le départ de la végétation ;
  • effectuer un traitement aux huiles blanches (paraffine) diluées à 1 ou 1,5 %, dès l’ouverture des bourgeons si la température est supérieure à 10 °C. L’objectif est de toucher les œufs en cours d’éclosion et les jeunes fondatrices ;
  • traiter une seconde fois, toujours avant la fleur, au moment où les feuilles s’écartent, en ajoutant un insecticide végétal (à base de pyrèthre et de roténone) afin d’atteindre également les fondatrices plus âgées

Dessin des 4 stades des boutons floraux

Les deux stades où il faut utiliser les huiles blanches.
© Christian Galinet

Enfin, il faut s’efforcer de favoriser au maximum la présence des insectes auxiliaires par des haies variées, des bandes florales diversifiées et un enherbement à fauches espacées. Pour cela, misez sur des essences mellifères comme la lavande, le fenouil, la sauge, le dahlia, le bleuet, etc. Les larves de syrphes sont les plus précoces et les plus voraces, puis viendront coccinelles, chrysopes, cécidomyies… si vous évitez tout traitement insecticide après la fleur. Ce dernier (avec pyrèthre et roténone) ne se justifie qu’en cas de fortes attaques sur de jeunes arbres qui risquent d’en pâtir durablement.

Antoine Bosse-Platière