Se débarrasser d’une invasion de mites alimentaires

Article publié le
Aujourd’hui, c’est soirée crêpe ! Mais grosse déception à l’ouverture du pot de farine, une odeur désagréable s’en dégage. Des amas de soie mêlés de farine agglomérée et de crottes abritent de petites chenilles… Voilà le retour des mites alimentaires !
Une étagère à deux niveaux pour entreposer ses stocks de denrées périssables en bocaux

Pour protéger les provisions des mites alimentaires, il faut les placer dans des contenant hermétiques. 
Pexels |

De petits papillons gris volètent en été dans votre appartement ? Vos placards à provisions ont été visités ? Vous êtes sûrement victime d’une attaque de la teigne de la farine (Ephestia kuehniella), l’espèce la plus courante de mite alimentaire dans les placards européens.

D’autres chenilles s’attaquent à la farine, à la semoule, aux céréales en grain, mais également aux biscuits, aux fruits secs,  et au chocolat. La pyrale des fruits secs (Plodia interpunctella), la pyrale de la farine (Pyralis farinalis) et la teigne des semences (Hofmannophila pseudospretella) sont encore assez communes, la dernière appréciant aussi les tissus. Toutes ces chenilles donnent naissance à de petits papillons aux couleurs ternes, blanchâtres, grisâtres ou brunâtres, de 1 à 2 cm d’envergure. Crépus­culaires ou nocturnes, ils se tiennent immobiles durant la journée, ailes repliées sur le corps. Dérangés, ils fuient d’un vol assez lent pour se reposer un peu plus loin.

Venues des tropiques

Ces mites alimentaires peuvent poser de gros problèmes dans les silos, les entrepôts ou les placards à provisions. Mais elles ne survivent pas dans la nature sous nos climats. Originaires de régions tropicales de l’Ancien ou du Nouveau Monde, elles se sont répandues dans le monde entier grâce au commerce. À partir du XIXe siècle, l’apparition de modes de chauffage performants a permis leur survie même en hiver, en Europe.

Mite alimentaire

Les mites alimentaires se reproduisent très rapidement lorsque la température dépasse 25°C. 
A. Bosse-Platière |

Leur fécondité dépend des conditions qu’elles rencontrent. Chaque femelle de teigne de la farine peut pondre 200 à 300 œufs en quelques jours. À 30 °C, une génération peut se développer et se reproduire en un mois environ. À 10 °C, il lui faut 4 à 7 mois. Pas étonnant qu’un stock alimentaire laissé sans surveillance soit entièrement contaminé en une seule saison chaude.

Moyens de lutte…

Si vous détectez la présence de mites alimentaires, inspectez toutes les provisions. Sans attendre, jetez à la poubelle celles qui sont attaquées. Puis, évacuez immédiatement le sac, en le fermant hermétiquement pour éviter des évasions. En cas d’attaque faible, vous pouvez éventuellement tamiser pour éliminer les chenilles, et mettre le produit nettoyé quelques jours au congélateur. Cette action aura pour effet de tuer les œufs. Cela a peu d’intérêt pour les produits alimentaires qui ont contracté un mauvais goût, mais cela se justifie pour des graines à semer. La désinfection est aussi possible par exposition à la chaleur, dans un four ou une étuve à 55 °C. En revanche, les graines perdent alors leur pouvoir germinatif.

Dans une seconde étape, faites du grand nettoyage. Passez l’aspirateur dans les multiples recoins, puis nettoyez les poussières et saletés à l’aide d’une éponge savonneuse bien chaude. Utilisez du vinaigre blanc sur les surfaces et récipients. Quoi qu’il en soit, n’oubliez pas de bien essuyer l’ensemble de vos placards à la fin. Quelques gouttes d’huiles essentielles pourront également renforcer la protection. Privilégiez alors la citronnelle, la menthe poivrée, ou encore, le clou de girofle. 

Les chenilles quittent souvent la farine et autres produits pour tisser leur cocon. Notamment dans une anfractuosité d’un mur, d’une poutre ou d’un meuble. Des papillons peuvent donc apparaître quelques jours après le grand nettoyage. Pour éviter qu’ils ne pondent à nouveau dans les provisions, éliminez-les à la tapette à mouche quand ils volent le soir.

Autrement, pensez aux pièges à phéromones si l’invasion est conséquente. Ils sont efficacement écologiques. En effet, enduits de glu, ils émettent une odeur attirant les mâles. Ainsi piégés, ces derniers ne pourront plus féconder les femelles. Entre autres, deux produits de la société allemande ARIES, appelés “Mottlock” et “Mite-control”, utilisent cette hormone sexuelle. Ils sont disponibles dans de nombreux magasins bio et sur internet. Vous trouverez très facilement d’autres pièges du même type, comme : “Mit’Clac” de la société Protecta, ou encore le piège naturel pour mites alimentaires de la marque Étamine du Lys.

Autre alternative, la lutte biologique utilisant la micro-guêpe parasite (qui ne vole pas), appelée plus scientifiquement Trichogramma evanescens. Elle pond directement dans les œufs des mites (quasiment invisibles à l’œil nu), faisant apparaître de nouveaux trichogrammes à la place des larves. Le cycle se répète jusqu’à la disparition totale d’œufs de mites. Concernant les micro-guêpes, c’est à ce moment-là qu’elles meurent.

… et de prévention

La prévention est plus simple et exige moins d’efforts.

Les produits vendus en vrac dans le circuit bio sont plus sensibles que ceux empaquetés du circuit traditionnel. Mettez farine, semoule, boulgour, quinoa et autres grains dans un récipient hermétique dès l’achat. Tamisez pour détecter une éventuelle contamination.

Je dis “hermétique”, mais un pot en verre muni d’un bouchon à vis peut permettre à des chenilles de passer. Le bouchon doit être serré à fond. Précaution supplémentaire : ne mélangez pas ancien stock et nouvel arrivage.

Enfin, ces espèces tropicales diminuant grandement (ou suspendant) leur activité en atmosphère froide, conservez si vous en avez la possibilité, vos réserves dans un cellier frais ou une cave fraîche. Pour les grains à semer, vous pouvez les mettre au réfrigérateur ou même au congélateur dès la récolte. Vous ne les sortirez alors qu’au moment de leur utilisation.

 

Vincent Albouy

 

Pavé essembio 594*164

D'autres articles sur