Editions Terre Vivante – L’écologie pratique

Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris Envoyer à un ami

La flore sauvage au jardin

© Dominique Klecka
legende © Dominique Klecka
L’ortie, une "mauvaise herbe" ? Pas forcément… Grâce à elle, de merveilleux papillons tels le paon du jour viendront visiter votre jardin. Voici une sélection de sept plantes, parmi les plus communes et les plus intéressantes.
Partager cet article :
|

La nielle des blés

nielle des blés
© J. Valentin© J. Valentin
Chassée des champs à grandes rasades de désherbant, la nielle des blés (agrostemma githago) ne trouve refuge qu’au jardin.  Il faut la semer au printemps car elle se montre facile à vivre et apporte grâce et légèreté dans les massifs sans pour autant occuper beaucoup de place. Elle fleurira en juin pour accompagner les roses et opérer la transition entre la floraison des fleurs de printemps et celle des vivaces estivales. Pour vraiment aider à sa sauvegarde, choisissez la forme botanique plutôt que les sélections horticoles. A semer en place ou en godet à froid pour un repiquage en avril.

L'ortie

ortie
© Joël Valentin © Joël Valentin

 S'il n'y en avait qu'une au jardin, ce serait l'ortie, la meilleure des plantes sauvages, la coqueluche des jardiniers bio, des amateurs de soupes et des amoureux des papillons. Passons sur les recettes bien connues de purin d'ortie et de soupe, pour nous intéresser aux petites bêtes que l'ortie héberge. Nullement répulsive, elle nourrit un puceron noir qui ne vit que sur elle, phénomène très courant dans le règne végétal où de très nombreuses plantes ont "leur" puceron. Une aubaine pour les auxiliaires généralistes comme la coccinelle à sept points, qui s'en régale avant d'aller voir du côté des plantes cultivées si leur menu vaut le détour. L'ortie est aussi l'hôte exclusif de plusieurs papillons, parmi les plus beaux et les plus grands de nos jardins : paon du jour, vulcain, petite tortue, robert-le-diable. Elle peut même accueillir une centaine d'espèces d'insectes différentes : un véritable écosystème à elle toute seule !

L’achillée millefeuille

achillee
© Joël Valentin © Joël Valentin

Très commune, cette plante sauvage se fait remarquer par ses feuilles aromatiques finement découpées et sa longue floraison, de juin à septembre. Son inflorescence plate, blanche ou rosée, est constituée de dizaines de petites fleurs semblables à des asters, de la même famille. Cette miniaturisation des fleurs constitue son principal intérêt : elle peut être butinée par de petites abeilles et guêpes, utiles pour féconder les fleurs ou manger les ravageurs des cultures. Des coléoptères comme le lepture, les syrphes et des mouches profitent aussi de cette manne, tandis que les araignées exploitent les tiges solides pour y accrocher leur toile ou y déposer leurs cocons d'œufs. En hiver, ses graines sont appréciées des oiseaux, à condition de ne pas la couper avant. Cette vivace solide s'installe spontanément dans les prairies et les pelouses un peu sèches, sur les talus, et peut facilement être transplantée dans le jardin.

Le lotier

lotier
© Joël Valentin © Joël Valentin

Classé avec l’achillée parmi les meilleures plantes pour attirer les insectes auxiliaires dans les vergers et les potagers, le lotier corniculé éclate de lumière avec ses jolies fleurs jaunes tachées de rouge et ses touffes bien vertes qui se développent dans les pelouses et les prés pas trop secs. Riches en nectar, les fleurs épanouies de mai à octobre attirent de très nombreux insectes butineurs, bourdons, petites guêpes parasitoïdes, syrphes… Ses tiges et ses feuilles découpées comme le trèfle nourrissent les chenilles de bien jolis papillons dont la zygène de la filipendule, la zygène du trèfle et le lycène bleu. Vivace, il peut vivre très longtemps sur la pelouse et parmi des fleurs au soleil, à condition d’éviter les engrais azotés et de ne pas tondre trop court (moins de 6 cm).

Le lierre

lierre
© Joël Valentin © Joël Valentin

Contrairement aux idées reçues, le lierre n'étouffe pas les arbres. Il ne prend de l'embonpoint que lorsque ces derniers deviennent vieux ou malades, et que leur cime arborée s'éclaircit. Vous pouvez donc le laisser grimper sur quelques arbres de votre jardin ou couvrir la terre au pied des haies, autour du potager. Les chauves-souris y trouvent un site de repos idéal. Fin octobre, ses fleurs épanouies nourrissent les derniers insectes butineurs encore présents, en particulier les auxiliaires qui s'abritent dans ses lianes enchevêtrées et son feuillage persistant. En fin d'hiver, ses fruits noirs nourrissent de nombreux oiseaux. Et à terre, son feuillage couvrant empêche la prolifération des herbes indésirables.

Le lamier pourpre

lamier pourpre
© J. Valentin© J. Valentin

Ce proche cousin de l'ortie, qui ne pique pas, lui, vous offrira ses jolies inflorescences roses dès le début du printemps. Lors du grand nettoyage de printemps, en mars, gardez-en quelques touffes. Son pollen et son nectar sont très recherchés par les premiers butineurs : bourdons balourds encore engourdis, coccinelles et syrphes adultes en quête de protéines avant la ponte, d'où surgira une armée de petites larves mangeuses de pucerons. Vous les arracherez lorsque d'autres plantes prendront le relais, comme les pissenlits et les pâquerettes.

La véronique

veronique
© Joël Valentin© Joël Valentin

La véronique, avec ses délicieuses petites fleurs d'un bleu tirant sur le violet, est un excellent couvre-sol sauvage : elle occupe rapidement l'espace, ce qui permet d'éviter la prolifération de mauvaises herbes. Ainsi sous les haies. Comme tout bon jardinier, vous avez peut-être l'habitude d'entretenir le pied de vos haies pour éviter la concurrence et stimuler la végétation. Mais ne serait-ce point en pure perte ? La nature ayant horreur du vide, elle se dépêche d'y installer de nouvelles graines. Une solution consiste à désherber sélectivement pour conserver les couvre-sols sauvages, notamment la véronique, qui ne feront pas concurrence à la haie. En compagnie d'autres couvre-sols tels la germandrée petit-chêne, le lierre, les violettes et pulmonaires, l'origan et la linaire, elle composera un tapis varié et solide qui gardera le sol perméable. Et pour ne rien gâcher, ces plantes sont de bonnes mellifères, utiles aux insectes auxiliaires !

La cardère

cardere
© Joël Valentin© Joël Valentin

C'est une belle histoire que celle de la cardère des villes, un chardon autrefois cultivé : en 1989, La Hulotte, le célèbre « journal le plus lu dans les terriers » lançait un appel pour la sauver car elle disparaissait à toute vitesse de nos jardins. Les botanistes de la revue avaient retrouvé un sac de graines dans les tiroirs d'un vieux magasin de grainetier. Les jardiniers ont répondu en masse à l'appel pour en planter chez eux, puis distribuer les graines que leurs plants produisaient à leurs voisins et amis. Ce formidable élan a permis de créer 12 000 îlots conservatoires et de sauver l'espèce, qu'affectionnent particulièrement papillons et chardonnerets. Si vous souhaitez à votre tour "adopter" une cardère, http://www.lahulotte.fr/

Textes : Denis Pépin, Brigitte Lapouge-Déjean et Marie Arnould

© 2008 Terre vivante