Noix : bienfaits et culture

Article publié le
Anti-cholestérol, anti-stress, bourrées d'oméga-3, les noix, consommées fraîches ou sèches, n’ont presque que des avantages. Découvrez les bienfaits des noix et la culture du noyer !
Cerneaux de noix

Les bienfaits des noix

Qu’y a-t-il à l’intérieur d’une noix ? N’ayant pas l’imagination fertile de Charles Trenet, nous n’y verrons ni montagne, ni vallon, mais quantité de nutriments utiles à la santé. À commencer par une grande richesse en acides gras insaturés oméga-3, dont l’acide alpha-linolénique, un acide gras essentiel (un nutriment est dit “essentiel” lorsque l’organisme est incapable de le synthétiser et doit absolument le trouver dans l’alimentation). Ces “bonnes graisses” contribuent à abaisser le mauvais cholestérol. La noix contient aussi un taux élevé de tannins antioxydants (on a identifié une dizaine de polyphénols). Enfin, elle est riche en mélatonine, antioxydante et régulatrice de l’équilibre nerveux. Tous ces composés agissent en synergie et contribuent à prévenir les effets du stress, les déséquilibres métaboliques, les maladies cardiovasculaires et certains cancers. Enfin, les noix sont riches en protéines de haute qualité, minéraux (potassium, phosphore, magnésium), vitamines B et fibres, qui viennent compléter ses vertus nutritionnelles.

Illustration de noix fermées et ouvertes

Risque d’aphtes

Le profil santé des noix, fraîches ou sèches, est donc excellent. On estime qu’une dose de 25 grammes par jour de noix ou de mélange de fruits oléagineux (noix, noisette, amande) constitue un très bon apport alimentaire. Le seul souci est leur tendance à donner des aphtes chez certains, un mécanisme allergique qu’on ne peut que soulager, en appliquant un clou de girofle, un peu d’argile, ou en pratiquant un bain de bouche à la sauge ou au citron (mélangez une cuillère à café de feuilles séchées de sauge avec un verre d’eau chaude ou le jus d’un citron avec 1/2 verre d’eau tiède), en gargarisme deux fois par jour.

Cultiver le noyer

Où et quand planter ?

On plante le noyer dans un endroit spacieux, prévoyez un diamètre de 15-20 mètres de large une fois le sujet adulte. Privilégiez un emplacement lumineux et à l’abri des vents forts. Cet arbre apprécie un sol profond, riche et drainé. Il supporte aussi bien le calcaire qu’un sol argileux. Certes le noyer est rustique (jusqu’à -20°C) mais ses jeunes rameaux souffrent des gelées printanières. D’où l’intérêt de le placer au soleil et à l’abri du vent. On plante un sujet à racines nues à l’automne et en container, à l’automne ou au printemps !

Comment planter ?

  • Quelques semaines avant la plantation, creusez un trou d’un mètre de côté et de profondeur (le gel et dégel vont ameublir la terre avant de planter la motte).
  • Faites tremper la motte dans une bassine d’eau ou le sujet à racines nues, après avoir coupé ses racines de quelques centimètres.
  • Disposez une couche d’engrais pour arbres fruitiers au fond du trou, puis recouvrez d’une couche de terre de jardin.
  • Positionnez le tuteur simple ou double.
  • Mettez l’arbre en terre, de manière à ce que le collet arrive au niveau du sol et que les racines soient bien étalées.
  • Rebouchez le trou, tassez et formez une cuvette.
  • Accrochez le tuteur avec des liens que vous isolez du tronc avec une mousse protectrice.
  • Arrosez copieusement, comptez une dizaine de litres.

Entretien

Le noyer une fois adulte n’a pas besoin de soins. En revanche, les premières années suivant sa plantation, il faut lui accorder une attention toute particulière. Durant les trois premières années, arrosez régulièrement pendant la belle saison, le sol doit rester frais mais pas détrempé. À ce titre, n’hésitez pas à garnir le pied de l’arbre d’une couche de paillis. Les cinq premiers printemps, faites-lui un apport d’engrais organique. Pour cela, griffez légèrement autour du pied et épandez un peu de compost.

Taille du noyer

On ne taille pas le noyer car c’est un arbre sensible aux maladies. C’est pourquoi il est primordial de lui réserver une place importante lors de la plantation.

Récolte des noix

C’est bien l’objectif ! Bien que le noyer offre de belles fleurs au printemps, c’est surtout pour les noix que ce fruitier nous intéresse. Lorsque la chair du fruit (brou) éclate et que la coque tombe sur le sol, c’est qu’il est temps de récolter. La plupart du temps, cela correspond de la fin du mois de septembre à la fin du mois d’octobre. Vous pouvez les consommer immédiatement ou les conserver durant 1 à 2 ans. Pour cela, retirez le brou et ne gardez que les cerneaux de noix. Mettez-les dans des cagettes, dans un endroit frais et aéré.

Idée recette : une salade de betterave aux noix qui réveille les papilles.

Sylvie Hampikian

 

Mon julo - 594*164