Matériau de construction : le chanvre dans tous ses états

Article publié le
Associé à une ossature bois, le chanvre, sous forme de béton, de chanvre banché ou de briques à maçonner, est un matériau local chaleureux, pourvu de bonnes performances écologiques (énergétique, thermique et acoustique). C'est aussi une formidable ressource d'éco-construction. Oui, le chanvre est aussi résistant que renouvelable. Un produit biosourcé donc, qui fait de la France le leader européen en la matière, avec pas moins de 40 000 tonnes de chènevotte produite chaque année.
Gros plan sur des briques de chanvre avec une ossature bois

Chènevotte et fibre

Contrairement à d’autres matériaux écologiques, comme la terre crue, le bois, ou la paille, l’utilisation du chanvre dans la construction débute en France dans les années 1980. On utilise d’abord la chènevotte, résidu de la paille de chanvre après défibrage. Les petites paillettes de chènevotte sont  ensuite mélangées à de l’eau et à de la chaux dans une bétonnière, ou dans un mélangeur spécial. Une fois qu’elle a fait sa prise, la chaux assure une sorte de minéralisation de la chènevotte et lui apporte ses qualités fongicides et antiparasitaires.

Filasse (fibre) de chanvre et chènevotte

Le chanvre textile est une plante peu exigeante. Il est capable de produire une biomasse très importante dans des terres ingrates. C’est-à-dire avec très peu d’intrants et d’arrosage, sans protection phytosanitaire. Seule la transformation (défibrage et dépoussiérage) est un peu énergivore, mais un grand nombre de sous-produits peuvent être valorisés. Les fibres longues de la périphérie de la tige sont très résistantes et permettent d’obtenir d’excellents isolants en rouleaux ou en panneaux souples (laine de chanvre). Elles sont aussi utilisées par la filière textile (vêtements, sacs…), ou encore, pour fabriquer des papiers spéciaux. La chènevotte brute fournit aussi un isolant en vrac économique, de la litière pour l’élevage, ou un paillage couvre-sol pour le jardinage. Quant aux graines, on en tire une huile aux intéressantes propriétés diététiques et cosmétiques… Un bilan écologique très flatteur.

Béton allégé

En construction, la chènevotte fut d’abord utilisée pour le montage de murs en “béton allégé”. Un mélange de chanvre et de chaux utilisé comme matériau de remplissage, avec une ossature bois. Cette dernière peut alors rester apparente ou être noyée dans la maçonnerie. Le béton de chanvre est également recommandé pour la rénovation de maisons à colombages en remplacement des torchis traditionnels. Contrairement au béton de ciment classique, sa perméabilité à la vapeur d’eau lui permet d’assurer une très bonne gestion de l’hygrométrie, sans VMC.

Gros plan sur un remplissage en béton de chanvre banché

À partir de 25 cm d’épaisseur, le béton de chanvre constitue des murs à isolation répartie très performants, sans ponts thermiques et dotés d’une bonne inertie. Les dosages préconisés varient selon les fournisseurs. La chaux est en majorité aérienne mais toujours avec un complément de chaux hydraulique, parfois de pouzzolane. Le mélange est ensuite déposé entre des banches (planches de coffrage), d’où le nom de chanvre banché. Une fois le coffrage enlevé et le béton bien sec, on le protégera avec un enduit traditionnel : sable et chaux à l’extérieur. Il pourra toutefois être remplacé par du plâtre ou un enduit terre à l’intérieur.

Le béton de chanvre permet également de réaliser des chapes isolantes sur terre-plein. Elles doivent alors être protégées d’éventuelles remontées d’humidité par un drainage périphérique, et par un hérisson de gravier ventilé. Ce sujet est par ailleurs plus longuement étudié dans le livre de Jean-Pierre Oliva, L’isolation écologique (2010).

Béton de chanvre projeté

Le béton de chanvre projeté a acquis ses lettres de noblesse avec la parution des “Règles professionnelles d’exécution” (2012). Ces règles ont été mises au point par l’association Construire en chanvre et validées par les principales instances de la construction. Au-delà de sa seule résistance thermique, ses nombreux atouts en font l’un des matériaux les plus complets. Sans compromis, il assure une bonne correction acoustique, tout en étant perméable à la vapeur d’eau, résistant au feu et aux rongeurs. Tout cela, pour une masse volumique plutôt faible.

Celui-ci est obtenu à partir d’un mélange de chanvre et de chaux. Pour les volumes importants, l’application manuelle est fastidieuse. En effet, les mortiers et bétons de chanvre sont peu fluides et difficilement transportables avec les outils utilisés pour les bétons traditionnels. Il est donc préférable de s’équiper de machines adaptées, qui projettent un mélange sec de granulats de chanvre et de liant. L’eau est ensuite apportée par pulvérisation à la sortie du tuyau de transport pneumatique. De telle manière, le béton est projeté sur une banche provisoire (lorsque l’on construit) ou sur un mur existant (lorsque l’on rénove).

Blocs de chanvre

Le maniement du béton de chanvre ne s’improvise pas. C’est pourquoi une formation spécifique s’impose préalablement. L’association Construire en chanvre a établi de ce fait des règles professionnelles, en collaboration avec les ministères de l’Agriculture, de l’Équipement, et l’Agence Qualité Construction (AQC).

Gros plan sur un mur en blocs de chanvre maçonnés

La mise en œuvre du béton de chanvre pose parfois des problèmes de séchage si la construction se fait en période froide et humide. Rien de tel avec les blocs de chanvre, proposés par plusieurs fabricants. Pour n’en citer que quelques uns : BIOSYS en Bourgogne-Franche-Comté, CHANVRIBLOC en Isère, ou encore, ISOHEMP en Belgique.

L’automatisation de la fabrication et le séchage sur le lieu de production assurent une production homogène et bien sèche. Les blocs se montent à joints croisés avec un mortier de chaux et une truelle crantée spéciale. Là aussi il s’agit d’un remplissage d’une ossature bois. Les occupants de maisons en chanvre apprécient particulièrement le confort thermique, acoustique et hygrothermique qu’apporte ce matériau modulable, naturel, et recyclable.

Antoine Bosse-Platière

 

Brouillon auto
Livres de Terre vivante
Autopromo outils de taille