Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris Envoyer à un ami

Actualités Jardin bio

6 résultats sur 7 - Page 1/2
1[2]

Poules : la Cotentine renaît

Cotentine

© J. Valentin

29/06/2020 – C’est une poule noire aux reflets verts, à l'oeil orange et aux pattes gris plomb. Après avoir failli disparaître comme tant d’autres races locales, la Cotentine est en train de renaître, avec le soutien du Cotentine Club de France, qui la promeut activement depuis 2018 : plus de 500 naissances ont été enregistrées à ce jour.

Rustique et bien adaptée au climat pluvieux et venteux du Cotentin et, plus largement, de Normandie, c'est une poule à deux fins, chair et ponte, bonne couveuse de surcroît, ce qui se fait rare. Calme et peu farouche, y compris chez les coqs, c'est une race à découvrir et à remettre dans votre basse-cour !

Marie Arnould, de la rédaction des 4 saisons

Projet Univers potager de Sativa

Salades Sativa

19/05/2020 – Le semencier suisse Sativa explore de nouvelles voies de sélection participative, en sollicitant jardiniers amateurs et maraîchers pour tester de nouvelles variétés de salades tolérantes au bremia (mildiou des salades).

Si vous pouvez cultiver de la salade de juillet à septembre, si vous pouvez y consacrer 5 m2 ou, mieux, 15 m2 pour un nombre total de 40 à 140 plants, si vous disposez d'un accès à internet pour la saisie des données relevées, portez-vous volontaire !

Sativa vous fournira les graines et les instructions. Inscrivez-vous sur www.unis-vers-potager.org/#c169

Lire aussi l’article consacré au semencier Sativa dans le n°240 janvier-février 2020 des 4 saisons.

Marie Arnould, de la rédaction des 4 saisons

Tobamovirus

Tobamovirus

05/05/2020 - Observé pour la première fois en Israël en 2014, le tobamovirus a été détecté en février dans le Finistère. Ce virus, qui s'attaque aux tomates et aux poivrons, provoque des décolorations sur les fruits, avec des taches jaunes ou brunes, des déformations et parfois un aspect rugueux. Les feuilles peuvent être tachées, avec des nécroses des tissus.

Observé principalement dans les cultures sous serre, il peut y être redoutable car il se transmet par simple contact : mains, vêtements, outils, insectes... Par contre, les légumes restent consommables et le virus ne se transmet pas à l'homme. Soyez vigilants sur les graines que vous achetez : privilégiez les producteurs bio en lesquels vous avez confiance ; leurs semences font l'objet de contrôles phytosanitaires. Idem pour les plants.

Il n'existe pas de traitement ; en cas de foyer, il faut détruire les végétaux, désinfecter les outils et contacter la Direction régionale de l'alimentation, l'agriculture et la forêt (DRAAF).

Plus d'infos sur le site de Jardiner autrement.

Marie Arnould, de la rédaction des 4 saisons

Les jardins familiaux rouvrent dans certaines communes

verger Essen'ciel

© Marie Arnould

22/04/20. Depuis mardi 21 avril, le maire écologiste de Grenoble Eric Piolle a rouvert les jardins partagés et familiaux, fermés depuis le début du confinement. Même décision à Nantes, où la maire Johanna Rolland les a rouverts le 22 avril.

Des règles strictes ont été instaurées afin de limiter tout risque de propagation du virus : dans les deux villes, une seule personne est autorisée par parcelle individuelle. À Grenoble, où plusieurs jardins et vergers partagés sont gérés collectivement (pas de parcelles individuelles), les interventions sont possibles pour des opérations d'entretien, mais sans rassemblement de jardiniers et la présence dans le jardin ne doit pas dépasser une heure afin de permettre une rotation et qu'ainsi toute personne qui le souhaite puisse se rendre au jardin. Sont également interdits l'utilisation de matériel thermique afin d'éviter au maximum les risques d'accidents et le partage d'outils.

À Nantes, pour les jardins familiaux, l'accès est autorisé aux jardiniers un jour sur deux en alternant les parcelles paires et impaires, selon les jours pairs et impairs, entre 9 h et midi le matin, et 16 h et 19 h l'après midi. Pour les jardins partagés, l'accès est autorisé selon le planning établi par l'association gérante et, là encore, chaque jardinier ne doit pas venir plus d'une heure sur la parcelle. Dans tous les cas, les jardiniers doivent se munir de leur attestation de déplacement, en cochant soit déplacement bref (pour ceux habitant à moins d'un kilomètre du jardin), soit déplacement pour achat de produits de première nécessité.

La réouverture des jardins familiaux se fait en ordre dispersé, en fonction des mairies et des préfectures. Ainsi, les communes de Villeneuve-d'Ascq, dans le Nord, ou d'Annecy (74), les avait rouverts dès le début du mois d'avril. Dans la Drôme ou les Yvelines, des décisions préfectorales à a mi-avril ont aussi permis la réouverture des parcelles. Par contre, les grandes associations qui chapeautent les jardins familiaux – Jardinot et la fédération nationale des jardins familiaux et collectifs – hésitent à faire pression pour faire rouvrir ces jardins partout, de peur d'avoir du mal à faire respecter des règles sanitaires qui restent strictes.

Pourtant, la demande est forte, car pour de nombreux jardins familiaux, les parcelles représentent un apport en légumes qui compte énormément dans le budget familial. Et le printemps est une période évidemment cruciale pour les jardins. Une enquête réalisée par Anoucha Joubert pour son mémoire de fin d'études à AgroParisTech, avec le soutien de la SNHF (Société nationale d'horticulture française), a montré qu'un jardin peut permettre d'économiser environ 1500 € en achats de légumes par an. L'étude montre par ailleurs que, chez les jardiniers ayant répondu, 1 € investi rapporte en moyenne 15 €…

Marie Arnould, de la rédaction des 4 Saisons

Les apiculteurs ne sont pas confinés

essaim rucher

30/03/20 – Les apiculteurs, même amateurs, peuvent continuer à s'occuper de leurs ruches malgré le confinement. Une instruction de la DGAL (direction générale de l'alimentation), service centrale du ministère de l'agriculture, prévoit les modalités de continuité de certaines activités apicoles jugées essentielles. Les apiculteurs peuvent ainsi visiter leurs ruchers, contrôler l'état des colonies en termes sanitaires, opérer au nettoyage, au remplacement des cadres, récolter les produits de la ruche, faire des opérations de conditionnement de leur miel, constituer des essaims et faire l'élevage de reines. En clair, ils peuvent faire tout ce qu'ils jugent nécessaire pour le bon état de leurs ruches.

Une autorisation d'autant plus importante que le printemps est précoce et que les apiculteurs ont besoin de faire le point et d'intervenir dans leurs ruches car les abeilles sortent de leur hivernage et partent butiner et polliniser. Dans certaines régions, comme en Bretagne du sud, « c'est le printemps le plus avancé, du jamais vu depuis quarante ans ! » selon Loïc Leray, apiculteur professionnel en Loire-Atlantique et vice-président de l'UNAF (Union nationale des apiculteurs français).

Lors de ses déplacements, l'apiculteur doit se munir de son attestation de sortie et d'une copie de sa déclaration de ruche avec n° de NAPI (déclaration de ruche).

Marie Arnould, de la rédaction des 4 saisons

Les mal-aimés au jardin

Mal-aimes

20/03/2020 - Si vous avez la chance d'avoir un jardin, voici un projet dans lequel vous pouvez vous inscrire avec vos enfants. Une activité utile et facile à partager, à adapter aux bêtes du jardin ! La fédération des clubs CPN - Connaître et protéger la nature - a en effet lancé une campagne "Les mal-aimés, j'adore", pour réhabiliter ces bêtes gluantes, rampantes et piquantes, mais qui ont une utilité dans l'écosystème ! Car les guêpes sont des pollinisatrices, les moustiques constituent la base de l'alimentation des oiseaux et les limaces sont des détritivores (et oui, même si elles nous énervent à dévorer nos plants !)... L'idée de la campagne, qui s'adresse tout particulièrement aux enfants, est de se transformer en ambassadeurs des mal-aimés : il faut mener l'enquête et découvrir qui sont les mal-aimés dans son entourage. Ensuite, grâce au site "Les mal-aimés, j'adore !", on reçoit son kit d'ambassadeur, avec des outils pédagogiques pour sensibiliser autour de soi, voire programmer des petites actions de connaissance et de protection. Ludique !
lesmalaimesjadore.org

6 résultats sur 7 - Page 1/2
1[2]

Notre sélection de livres

Le guide Terre vivante du potager bio

Livre Le guide Terre vivante du potager bio
Cultiver, soigner, conserver

Des semis à la conservation, en passant par les soins, les conseils de culture, la récolte et la production de ses propres graines, cet ouvrage réunit toute l’expertise de Terre vivante pour réussir son potager bio.

(19,5 x 24 cm); 35,00 €

Ajouter au panier

Voir le catalogue  >

© 2008 Terre vivante