Editions Terre Vivante – L’écologie pratique

Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris Envoyer à un ami

Actualités Jardin bio

5 résultats sur 5 - Page 1/1

Un barrage d'un autre temps

09/09/14 - A l'heure où l'irrigation et le maïs intensifs ont largement montré leurs limites (assèchement des nappes, pollution des sols...), on construit encore des ouvrages destinés à 70% à l'irrigation intensive pour le maïs dans le Sud-Ouest !

Dans le Tarn, le barrage de Sivens va noyer la rivière Tescou, magnifique petite rivière classée en zone naturelle protégée, avec des zones humides importantes pour la biodiversité. Les opposants au barrage, le Collectif pour la sauvegarde de la zone humide du Testet, ont demandé des études complémentaires mais les pouvoirs publics passent en force sur le terrain, comme ils l'ont déjà tenté à Notre-Dame-des-Landes.

Selon la Confédération paysanne, le barrage de Sivens est une caricature de ce qu'il ne faut pas faire :

  • destruction d'un biotope exceptionnel, en totale contradiction avec les discours des ministres de l'écologie et de l'agriculture ;
  • énormité des sommes engagées au bénéfice d'une poignée d'irrigants ;
  • conflit d'intérêt dans les décisions : le maître d'ouvrage a produit la seule expertise justifiant le barrage ; les experts indépendants n'ont pas étés écoutés ;
  • absence complète de dialogue avec les citoyens et les organisations concernées (pêcheurs, environnement, Conf, etc.) ;
  • refus d'attendre (contrairement au cas de Notre-Dame-des-Landes) les décisions de justice susceptibles de rendre le projet légitime démocratiquement ;
  • précipitation dans la mise en route du chantier, obligeant le CG à recourir aux forces de l'ordre, entraînant des débordements violents des deux côté.

Marie Arnould, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

 

 

Opération Aurore

09/09/14 – Connaissez-vous la julienne des dames (Hesperis matronalis) ? C'est une jolie plante ornementale à fleurs pourpres, parfois blanches, agréablement parfumée, de la famille des brassicacées. C'est surtout une plante hôte de la chenille du papillon aurore (Anthocharis cardamines), un fort joli papillon crème dont le bout des ailes est orange vif.

Dans son jardin de Villeneuve-d'Ascq, la Ferme du Sens, Bruno Kania – “Bruno le jardinier” – laisse s'exprimer sa sensibilité pour les « fleurs des jardins de nos grand-mères ». Des fleurs qu'il a rebaptisées “fleurs fidèles”, aussi intéressantes esthétiquement que pour attirer la faune auxiliaire... Bleuet des moissons, nielle des blés, mais aussi coquelicots, valériane rouge, achillée millefeuille, mélisse citronnelle ou fenouil attirent  papillons, insectes et coccinelles. Un bel exemple de jardin plein de vie !

Ces graines sont à semer de la fin de l'été à l'automne. Pour recevoir un sachet de graines, adressez à Bruno une enveloppe timbrée avec vos coordonnées ) Bruno le jardinier - 32 Grand Rue - 59830 Cobrieux. Bruno Kania - Brunolejard@aol.com.

C'est un grand carré de 1 000 m2 de superficie, situé dans une ancienne ferme de Villeneuve-d'Ascq. La ferme, abandonnée peu à peu ces trente dernières années, est devenue un "lieu de vie" - rebaptisé Ferme du Sens -, rassemblant une biocoop, une brasserie artisanale, un restaurant et une association cultivant des parcelles dans le cadre d'activités de résinsertion.

Là, au cœur de ces activités différentes mais reliées par des valeurs communes, le jardin naturel a grandi depuis septembre 1998. Bruno Kania, son créateur, l'a voulu « original, atypique et généreux, foisonnant pour ne pas laisser place à l'ennui ». Pas de rangs tirés au cordeau, mais du mouvement grâce aux plantes qui voyagent d'un massif à l'autre au fil des saisons, selon l'humeur du vent et des oiseaux qui transportent les graines. « Mon projet est de laisser libre cours à ma fantaisie et à mon amour pour la nature, en lui donnant un coup de pouce sans jamais vouloir la dominer ! », résume le jardinier autodidacte, chauffeur de bus à mi-temps.

Une sensibilité particulière pour les "fleurs des jardins de nos grand-mères" a poussé "Bruno le jardinier" à réaliser un massif sur ce thème. Des fleurs qu'il a rebaptisées "fleurs fidèles", aussi intéressantes esthétiquement que pour attirer la faune auxiliaire... Bleuet des moissons, nielle des blés, mais aussi coquelicots, valériane rouge, achillée millefeuille, mélisse citronnelle ou fenouil attirent  papillons, insectes et coccinelles. Un bel exemple de jardin plein de vie !Ces graines sont à semer de la fin de l'été à l'automne. Pour recevoir un sachet de graines, adressez à Bruno une enveloppe timbrée avec vos coordonnées ) Bruno le jardinier - 32 Grand Rue - 59830 Cobrieux. Bruno Kania - Brunolejard@aol.com.

Le jardinage naturel y est donc pratiqué avec l'objectif d'une grande diversité végétale, la recherche d'une biodiversité permettant de prévenir les maladies, une plantation dense visant à limiter les arrosages. Une sensibilité particulière pour les "fleurs des jardins de nos grand-mères" a poussé "Bruno le jardinier" à réaliser un massif sur ce thème. Des fleurs qu'il a rebaptisées "fleurs fidèles", aussi intéressantes esthétiquement que pour attirer la faune auxiliaire... Bleuet des moissons, nielle des blés, mais aussi coquelicots, valériane rouge, achillée millefeuille, mélisse citronnelle ou fenouil attirent  papillons, insectes et coccinelles. Un bel exemple de jardin plein de vie !

 

 

Mais ce jardin naturel est avant tout un jardin pédagogique. Comme le souligne le petit potager, l'objectif est de montrer au public et aux consommateurs bio que l'on peut réaliser un jardin avec très peu de moyens, et à partir de nombreuses plantes « banales ». L'association "Jardinons nature", née autour de ce projet, s'affaire à favoriser la multiplication de ce type de jardins... comme les graines transportées par le vent.

Son but est aussi d'enrichir la collection de plantes anciennes, qui deviennent de plus en plus rares. Afin de développer les échanges, l'association organise deux trocs annuels, et a monté une opération originale de parrainage des fleurs fidèles : ancolie commune, angélique des jardins, julienne des dames, monnaie du pape... La liste des fleurs à parrainer comprend une trentaine de variétés. Il suffit de passer au jardin pour obtenir quelques graines à semer dans son jardin. « En croyant à des fleurs, souvent on les fait naître... » estime le jardinier-poète.

Les purins enfin reconnus ?

purins et décoctions, quelles plantes

© Jean-Jacques Raynal

25/07/14 - Il semblerait qu'au bout de huit ans de bagarre, la nouvelle loi d'orientation agricole règle enfin l'épineuse question des purins – ortie, prêle, consoude… – et autres PNPP (Préparations naturelles peu préoccupantes) !

La nouvelle loi, votée en juillet, distingue deux catégories de PNPP : celles qui ne revendiquent pas d'action phytopharmaceutique (combattre directement un pathogène, une maladie, un ravageur...) sont reconnues comme “biostimulants”. Celles qui revendiquent une action phyto devront faire l'objet d'un agrément sur la base d'un dossier simplifié et pourront être commercialisées sans autorisation de mise sur le marché, l'une des grandes revendications de l'association Aspro-PNPP.

« Il n'aura pas fallu moins de huit ans, plusieurs auditions au ministère de l'Agriculture, au Sénat et à l'Assemblée Nationale et, dernièrement, quelques actions médiatiques (type caravanes), la mobilisation de nombreux élus, notamment d'EELV mais aussi d'autres partis politiques toutes tendances confondues, pour que le rapporteur de la [loi] à l'Assemblée Nationale, Germinal Peiro, se penche véritablement sur ce dossier avec une réelle volonté que nous saluons, pour aboutir à une solution digne de bon sens qui prend en compte la réalité de terrain. Le ministre [de l'Agriculture] a appuyé ce vote qui a recueilli l'unanimité en commission économique sans être contesté en séance plénière », se réjouit Aspro-PNPP dans un communiqué.

L'association restera néanmoins vigilante, échaudée par les nombreux revirements qui ont émaillé cette longue guerre de tranchées. Ainsi, la loi sur l'eau de 2006 avait déjà exclu les PNPP de la catégorie des phyto, ce qui n'avait pas empêché la Direction Générale de l'Alimentation (DGAL) du ministère de l'Agriculture de les y réintégrer. Et la liste des PNPP entrant dans la catégorie des biostimulants doit être définie par ledit ministère, qui les a bloquées pendant huit ans… Affaire à suivre !

Marie Arnould, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

Devine qui vient nicher chez moi

10/07/14 - Pour la troisième année, la LPO invite le grand public à participer à la grande enquête participative baptisée "Devine qui vient nicher chez moi ?" Cette enquête s'adresse aux personnes ayant installé un nichoir (acheté ou fabriqué), afin de mieux connaître leur occupation et de développer les nichoirs les mieux adaptés aux espèces en déclin. Elle concerne à la fois les oiseaux communs des jardins (mésanges, rouges-gorges, rouges-queues...), mais aussi les espèces faisant l'objet de programmes de conservation par la pose de nichoirs adaptés, comme la chouette chevêche, le petit-duc ou la huppe fasciée.

En 2013, 1 018 contributeurs ont participé et renseigné sur la reproduction de 27 espèces, dans 92 départements. Les données recueillies montrent notamment que le rouge-queue noir semble affectionner les nids artificiels d'hirondelles rustiques. Vous pouvez participer jusqu'au 30 septembre 2014.

Marie Arnould, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

Portes ouvertes pour les jardins de soins

13/05/14 – Pour stimuler et soutenir la création de jardins de soins (jardins thérapeutiques dans une structure médicale), l'association JAS coordonne l'ouverture au public de 190 jardins – potagers, vergers, jardins d'agrément… – à différentes dates, jusqu'en octobre, dans 15 régions françaises ainsi qu'en Belgique.

Ainsi, les 17 et 18 mai, vous pourrez visiter des jardins dans les Alpes-Maritimes, la Sarthe, Ardèche et la Drôme. Et les 24 et 25 mai, d'autres jardins ouvriront dans le Haut-Rhin, l'Allier, la Côte d'Or, la Nièvre, les Côtes d'Armor, le Morbihan, l'Essonne, l'Aisne, l'Oise, la Loire et le Rhône.

En reversant les droits d'entrée à JAS, les propriétaires de ces jardins contribuent à rendre possible la création de jardins de soins qui s'ouvrent dans des Ehpad (Etablissements d'hébergement pour les personnes âgées dépendantes), les maisons de retraite, les hôpitaux. De plus en plus se créent, et l'association Jardin, Art et Soin (JAS) soutient de nombreux projets

Pour connaître un jardin à visiter près de chez vous, consultez le guide sur le site de JAS.

Marie Arnould, des 4 Saisons du jardin bio

5 résultats sur 5 - Page 1/1

Notre sélection de livres

Le Guide Terre vivante du potager bio

Livre Le Guide Terre vivante du potager bio
Cultiver, soigner, conserver
Christian Boué Jean-Paul Thorez

Des semis à la conservation, en passant par les soins, les conseils de culture, la récolte et la production de ses propres graines, cet ouvrage réunit toute l’expertise de Terre vivante pour réussir son potager bio.

512 pages; (19.5 x 24 cm); 35,00 €

Ajouter au panier

Voir le catalogue  >

© 2008 Terre vivante