Editions Terre Vivante – L’écologie pratique

Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris Envoyer à un ami

Actualités Jardin bio

6 résultats sur 8 - Page 1/2
1[2]

L'Atelier paysan

outils indispensables dessin

© Dominique Klecka

02/03/2015 - Depuis 2009, l'Atelier paysan développe une démarche innovante de réappropriation des savoirs paysans et d'autonomisation pour la fabrication d'outils agricoles adaptés à l'agriculture bio. Il regroupe des paysans, des salariés et des structures de développement agricole dans une SCIC, société coopérative d'intérêt collectif.

Basé en Isère, avec une antenne dans le Grand Ouest, il propose des formations partout en France avec un camion atelier. Ces formations de 1 à 5 jours, dont le coût pédagogique peut être pris en charge par un fonds de formation agricole, permettent de s'initier au travail des métaux, de découvrir des outils auto-construits adaptés à l'agriculture bio, avec même la possibilité de réaliser un outil et de repartir avec, pour un investissement très raisonnable. Les plans de tous ces outils sont publiés dans une encyclopédie libre et participative accessible sur le site internet. En 2014, l'Atelier paysan a animé un stage de fabrication d'outils de jardin au centre Terre vivante.

Pour faire face à une demande croissante, l'Atelier paysan lance une campagne de financement participatif afin de rassembler les 20 000 € nécessaires à l'achat d'un deuxième camion atelier d'occasion ainsi que du matériel pédagogique : poste à souder, perceuses à colonne, meuleuses, accessoires, etc. La collecte se fait par l'intermédiaire de la plateforme de dons Blue Bees. L'appel est en cours jusqu'au 31 mars.

Pour en savoir plus : www.latelierpaysan.org

Antoine Bosse-Platière, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

Pulvérisons les pesticides !

02/03/15 – L'enseigne de jardineries Botanic, qui a cessé de vendre des pesticides et engrais chimiques depuis 2008, relance sa campagne “Pulvérisons les pesticides”. Lors de ses deux premières éditions au printemps et à l'automne 2014, l'opération avait permis de récolter 9 tonnes de produits, rapportés par plus de 2 700 personnes dans les différents magasins de la chaîne.

Ce printemps, la collecte sera organisée les 20-21 et 27-28 mars. Elle englobe tous les produits phytosanitaires autorisés dans les jardins, hors engrais et produits professionnels. Les produits, qu'ils soient entamés ou non utilisés, devront être rapportés dans leur emballage d'origine. Ils seront ensuite pris en charge par Clikeco, spécialiste de la gestion des déchets, pour être acheminés vers les centres de traitement agréés en vue de leur élimination.

Botanic compte 65 points de vente en France, principalement situés dans la moitié est de la France.

Marie Arnould, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio


Le lierre, indispensable en hiver !

© Joël Valentin09/02/15 - En cette période de l'année, s'il y a bien une plante importante à garder au jardin, c'est le lierre. En effet, c'est à la fin de l'hiver qu'il fructifie, et l'on va bientôt pouvoir voir ses baies noires nourrir de nombreux oiseaux. C'est une manne pour eux, à une époque où il n'y a pas grand chose à se mettre sous le bec ! Par ailleurs, son feuillage persistant offre également, à la mauvaise saison, un havre à divers insectes auxiliaires et même aux chauves-souris, qui peuvent s'y abriter lorsqu'il fait froid.

Son cycle étant inversé par rapport aux autres végétaux, il fleurira à l'automne et ses fleurs seront butinées par tous les insectes auxiliaires qui auront besoin de faire des réserves en septembre-octobre en prévision des mauvais jours. La fleur de lierre est une excellente plante mellifère, au point qu'il existe une "abeille du lierre", Colletes hederae pour les intimes. C'est une petite abeille solitaire assez rare, qui n'a été élevée au rang d'espèce qu'en 1993, nous apprend Lisa Garnier sur son passionnant blog.

Notre petite collette n'est pas la seule à venir butiner sur le lierre : mouches, syrphes, abeilles mellifères, papillons, bourdons, guêpes... tous fréquentent assidûment les fleurs de lierre à l'automne. Les chercheurs ont montré que leur nectar est extrêmement riche en sucre, ce qui le rend particulièrement attractif lorsqu'approche la mauvaise saison.

Conclusion ? Il faut garder le lierre au jardin ! Contrairement aux idées reçues, il n'étouffe pas les arbres. Ce n'est pas un parasite, comme le gui ; c'est une liane qui vit de ses propres ressources, avec ses propres racines. Il ne devient envahissant sur les arbres que lorsque ces derniers deviennent vieux ou malades. Pour les murs, c'est un peu pareil : si votre mur est en mauvaise condition, fissuré par exemple, mieux vaut enlever le lierre. Mais il n'abîme pas un mur sain ; mieux, il le protège des variations de températures et filtre les particules liées à la pollution...

Marie Arnould, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

Graines de vie

Produire ses graines

DR

13/01/15 - Depuis 1940, la France a perdu entre 60 et 70% de ses variétés anciennes de légumes et de fruits, selon l'ethnobotaniste Stéphane Crozat du CRBA (Centre de ressources de botanique appliquée). D'où une standardisation des cultures, qui engendre une inquiétante perte de diversité génétique et d'apport nutritionnel. Selon le rapport “Still No Free Lunch” de Brian Halweil, du World Watch Institute aux Etats-Unis, les variétés de pommes d'autrefois contenaient jusqu'à 100 fois plus de vitamines que certaines variétés modernes.

L'initiative Graines de Vie vise à lancer un mouvement citoyen de libéralisation et démocratisation des savoir-faire liés à la reproduction et à la conservation des semences. Initiée par Philippe Desbrosses, l'un des pionniers du bio en France, fondateur du Conservatoire de Sainte-Marthe et d'Intelligence Verte, elle a réussi à collecter 65 025 € auprès de 1654 contributeurs via un appel sur le site Kiss Kiss Bank Bank. L'objectif de 54 000 € a même été dépassé !

Le projet vise à :

- former des ambassadeurs de la biodiversité à la reproduction et de la conservation des graines au Conservatoire de Sainte-Marthe et d'Intelligence Verte. Ces ambassadeurs s'engageront à leur tour à transmettre ce savoir à 50 personnes dans l'année, soit très vite 10 000 personnes qualifiées ;

- créer un programme pédagogique vidéo en ligne, accessible à tous gratuitement, en partenariat avec Sikana, un étonnant site internet de partage des savoirs qui publie déjà un milier de vidéos sur diverses pratiques (cuisine, musique…). Toutes les méthodes de reproduction et conservation des semences seront illustrées afin de démocratiser ce savoir-faire au plus grand nombre ;

- sauvegarder et multiplier 150 variétés anciennes en danger de disparition, qui seront distribuées aux ambassadeurs Graines de Vie.

Plus d'infos sur le site de Graines de vie.

Marie Arnould, des 4 Saisons du jardin bio

Sur la thématique des variétés anciennes de fruits et de légumes, ainsi que les races domestiques en danger, les 4 Saisons ont édité un hors-série en octobre 2014, à commander dans la boutique.

Sauver Prommata

© Prommata© Prommata
16/12/14 - La traction animale peut être résolument moderne. C'est ce que tente de montrer l'association Prommata depuis 1991 en créant des outils spécifiques pour les maraîchers et les jardiniers qui ont de grandes surfaces. Elle a ainsi créé la Kassine, un petit porte-outils ingénieux auquel il est possible d'accrocher une gamme d'outils qui permettent d'accomplir l'ensemble des travaux de maraîchage. Le tout pour des coûts finalement très modiques par rapport aux coûts exorbitants des engins motorisés classiques.

Depuis deux ans, l'association est en difficulté. Manque de soutien politique, baisse des commandes... l'association a dû licencier, passant de 9 salariés à 3 aujourd'hui. « Nous avons investi beaucoup d'argent dans la recherche, explique Guillaume Kedryna, membre du conseil d'administration élargi, et nous avons tenté à tout prix de garder nos salariés, mais aujourd'hui, la situation est vraiment difficile et nous lançons un appel à l'aide. » La philosophie de Prommata – essayer au maximum que les installations de maraîchers en traction animale soient réussies en les formant, plutôt que de leur vendre à tout prix du matériel – n'a pas non plus aidé à trouver la rentabilité.

L'association a lancé une collecte sur le site le Pot commun, pour réunir 50 000 € afin de continuer à « défendre l'agriculture biologique, aider les petits paysans oubliés dans le monde et développer de nouveaux outils modernes à traction animale ». Il y a une quinzaine d'années, les lecteurs des 4 Saisons avaient largement contribué au succès de Prommata. Gageons qu'ils sauront à nouveau aider ce beau projet à se poursuivre !

Marie Arnould, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

www.prommata.org

Mieux protéger les arbres remarquables

21/11/14 – Chêne d'Allouville en Normandie, tilleul de Réaumont en Isère, olivier de Roquebrune-Cap-Martin dans les Alpes-Maritime… les arbres d'exception sont parfois vieux de 2000 ans, comme c'est le cas de l'olivier de Roquebrune. Liés aux hommes de manière indéfectible, symboles de l'histoire ou d'une légende, ils constituent un  patrimoine naturel et culturel qui doit pouvoir être transmis aux générations futures.

Pour mieux les faire connaître et les sauvegarder, l'association Arbres a créé en l'an 2000 le label national “Arbre remarquable de France” et tenu, en 2014, le premier Congrès National consacré aux Arbres Remarquables. A ce jour, 350 arbres ont bénéficié de ce label, qui est désormais reconnu et apprécié comme élément de protection, mais qui n'a toujours qu'une valeur symbolique.

L'association lance donc une pétition pour demander la reconnaissance de ces arbres remarquables comme partie intégrante du patrimoine national, impliquant ainsi leur sauvegarde, leur protection. Vous aussi, signez-la !

Marie Arnould, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

6 résultats sur 8 - Page 1/2
1[2]

Notre sélection de livres

Le Guide Terre vivante du potager bio

Livre Le Guide Terre vivante du potager bio
Cultiver, soigner, conserver
Christian Boué Jean-Paul Thorez

Des semis à la conservation, en passant par les soins, les conseils de culture, la récolte et la production de ses propres graines, cet ouvrage réunit toute l’expertise de Terre vivante pour réussir son potager bio.

512 pages; (19.5 x 24 cm); 35,00 €

Ajouter au panier

Voir le catalogue  >

© 2008 Terre vivante