Editions Terre Vivante – L’écologie pratique

Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris Envoyer à un ami

Faire sa peinture à la caséine

© Jean-Jacques Raynal
legende © Jean-Jacques Raynal
La caséine, une protéine du lait, était autrefois utilisée pour fabriquer des colles, pour améliorer l’adhérence des enduits et badigeons à la chaux, ainsi que pour la préparation de peintures. C’est cette dernière utilisation que je vous propose d’essayer.
Partager cet article :
|

© Antoine Bosse-Platière
La peinture à la caséine est bon marché, facile à préparer, très stable dans le temps et sans aucun produit toxique. Elle doit être stabilisée avec un produit alcalin, soit de la chaux aérienne, soit du borax (sel de bore). La chaux et le bore apportent leurs propriétés anti-bactériennes. La craie (ou blanc de Meudon) joue le rôle de charge opacifiante.

Blanche et mate, la peinture à la caséine se colore avec des pigments naturels, ocres et terres colorantes. Délaissée par les professionnels qui la trouvaient un peu grossière, elle revient au goût du jour avec l'engouement pour les peintures à l'ancienne, comme la peinture à l'argile ou la peinture à la colle. Pour Bruno Gouttry, qui s'est spécialisé dans les peintures naturelles, cet aspect mat, avec un léger grain, qui peut laisser transparaître les coups de pinceau, permet des effets de matière intéressants. Il la conseille pour les chambres, les grandes pièces - en raison de son faible coût - et pour les plafonds.

C'est une peinture perméable et non lavable, très stable et avec un bon pouvoir couvrant. Attention, elle ne devient opaque - avec sa teinte définitive - qu'après séchage et laisse voir le support par transparence au début. Ne vous alarmez pas, faites des essais de couleur avant de vous lancer.

Supports

La peinture à la caséine convient à tous supports minéraux (crépi, maçonnerie, béton), papier ingrain à peindre, plâtre et placoplâtre et anciennes peintures non laquées. Le support doit être sec, résistant, absorbant, dépoussiéré et dégraissé. Ne pas employer dans les endroits humides.

Sur peintures laquées, poncer ou utiliser une sous-couche d'accroche bio. Traiter les crépis très absorbants et farineux avec une sous-couche d'imprégnation. Colmater les fissures et les trous avec un mastic de rebouchage.

Caséine + borax

© D. Klecka© D. Klecka
Vous pouvez trouver chez certains distributeurs des kits prêts à l'emploi (Maison de l'écologie, Magellan) ou bien acheter les différents ingrédients chez des fournisseurs spécialisés (voir nos bonnes adresses ci-dessous) et faire votre propre mélange.

Quantités pour environ 10 litres de peinture couvrant entre 80 m2 et 100 m2.

  • Dans un petit seau ou une casserole verser 2 litres d'eau ; mélanger avec un fouet 300 g de caséine afin de bien dissoudre les grumeaux éventuels.
  • Ajouter en pluie 80g de poudre de borax en agitant vigoureusement avec la spatule. Le mélange va s'épaissir et devenir translucide ; le mettre de côté et le laisser reposer 2 h.
  • Pendant ce temps verser 2,50 litres d'eau dans un grand seau avec 6 kg de craie en poudre et mélanger (utilisez un mélangeur à peinture monté sur une perceuse), le mélange sera très épais ; ne pas rajouter d'eau.
  • Après les 2 heures versez le contenu du petit seau dans le grand et mélangez. Ajoutez les pigments préalablement mouillés à l'eau et mélangez pour obtenir une couleur bien homogène. Pour obtenir des couleurs plus soutenues, diminuez la dose de craie. Laissez reposer 1/2 heure. Le mélange est prêt à l'emploi. Appliquez 1 ou 2 couches au spalter (pinceau large) ou au rouleau.

Variantes

La caséine, légèrement acide, devient dure et collante par addition d'un produit alcalin : ce peuvent être les sels de bore mais aussi la chaux aérienne ou l'alun de potasse ou encore l'ammoniaque, dans les mêmes proportions.

La caséine est également utilisée traditionnellement comme adjuvant fixateur pour les peintures à la chaux dans la proportion de 5 à 10 % du poids de chaux. Elle assure une meilleure accroche. Elle permet également, en mélange avec de l'eau et des pigments (glacis), de fixer des couleurs assez franches sur un enduit ou une peinture à la chaux qui a déjà fait sa prise.

On peut aussi remplacer la caséine par du fromage blanc totalement écrémé, pour une peinture encore plus économique, mais il faut ajouter quelques gouttes d'essence de girofle pour supprimer tout risque de moisissures.

Antoine Bosse-Platière

En savoir plus - livres de Terre Vivante

Livre Peintures et enduits bio Peintures et enduits bio
Bruno Gouttry

Quand le magicien des couleurs partage ses secrets...
Feuilleter le catalogue

Sur le m�me sujet

© 2008 Terre vivante