Editions Terre Vivante – L’écologie pratique

Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris Envoyer à un ami

Ouate de cellulose : l’isolant papier

© Antoine Bosse-Platière
legende © Antoine Bosse-Platière
C’est aujourd’hui en Europe l’isolant le plus utilisé en écoconstruction. Un succès dû à la fois à ses performances thermiques et phoniques, à son écobilan et à un tarif compétitif.

Partager cet article :
|
De quoi s'agit-il ? D'un déchet transformé en isolant : la ouate de cellulose est fabriquée à partir de vieux papier défibré et broyé ou même de boues de papeterie. Elle est largement utilisée depuis les années 1930 aux Etats-Unis et en Scandinavie. On y ajoute certains additifs, généralement des sels de bore, un produit minéral sans risque pour la santé, qui apporte résistance au feu, aux insectes et aux moisissures. Les performances de la ouate de cellulose la classent parmi les meilleurs isolants, que ce soit pour protéger du froid, de l'excès de chaleur ou du bruit. En outre, elle s'avère être un excellent régulateur de l'humidité. Quant au prix, c'est un des plus bas du marché des isolants écologiques. Elle est commercialisée en vrac dans des sacs de 12 à 14 kg ou bien sous forme de panneaux souples d'épaisseurs diverses. Dans ce dernier cas, la ouate est associée à un liant sans nocivité et parfois à des fibres végétales (lin, jute).

En vrac, à insuffler

Machine à insuffler la ouate de cellulose - © Antoine Bosse-PlatièreMachine à insuffler la ouate de cellulose - © Antoine Bosse-Platière
La mise en œuvre est très différente dans les deux cas. La ouate en panneaux, plus chère, est surtout utilisée en rénovation pour isoler une toiture entre des chevrons, pour des murs ou des cloisons et recouverte de plaques de plâtre. En vrac, elle est généralement insufflée entre deux parois, ce qui nécessite l'intervention d'une entreprise spécialisée. Pour un sol à plat, le simple épandage manuel de ouate non tassée est suffisant (on en trouve aussi sous forme de granulés). Mais pour des murs ou des toitures assez pentues, il faut recourir à une machine à insuffler permettant un contrôle de la densité de l'isolant, afin d'éviter tout problème de tassement ultérieur. La densité doit être comprise entre 50 et 65 kg par mètre cube (selon la pente), sinon le haut de vos murs et le faîtage de votre toit risquent de se dégarnir et adieu les économie d'énergie...

Mise en œuvre, attention aux poussières !

Principal inconvénient, la mise en œuvre de la ouate de cellulose produit beaucoup de poussières, y compris la manipulation et la découpe des plaques. Même si les encres d'imprimerie ne contiennent plus de métaux lourds, la poussière de papier recyclé n'est pas très bonne pour les poumons. Il faut donc porter un masque à poussières pendant le chantier et prévoir des parois bien étanches de part et d'autre (éventuellement avec un film pare-poussière). Comme la plupart des isolants, il craint l'humidité : sous vos tuiles n'oubliez pas de prévoir un film pare-pluie ou des plaques de fibre de bois rendues imperméables par la présence de latex ou de bitume.

Malgré le passage à l'ère numérique, notre boulimie de papier ne faiblit guère. Voilà donc un isolant économique, écologique et performant qui a de beaux jours devant lui.

Antoine Bosse-Platière

En savoir plus - livres de Terre Vivante

Livre L'isolation thermique écologique L'isolation thermique écologique
Samuel Courgey
Jean-Pierre Oliva

Un livre "référence" pour particulier et professionnel
Feuilleter le catalogue
-- PUBLICITE --
Notre éthique

Notre sélection de livres

La construction écologique

Livre La construction écologique
Matériaux et techniques
Jean-Claude Mengoni

Toutes les bases qu'il vous faut pour démarrer votre chantier d'habitat écologique !

256 pages; (16.7 x 24.5 cm); 28,40 €

Ajouter au panier

Voir le catalogue  >

© 2008 Terre vivante