Editions Terre Vivante – L’écologie pratique

Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris Envoyer à un ami

Les mites des vêtements

© Antoine Bosse-Platière
legende © Antoine Bosse-Platière
Chaque printemps, c’est la même ritournelle : on range scrupuleusement pulls et manteaux au fond des placards, mais les mites y installent leur logis. Portrait d’une peste et conseils pour lui miter le moral.
Partager cet article :
|
Les mites appartiennent à la famille des teignes. Elles se présentent sous la forme de petits papillons, dont l'espérance de vie ne dépasse guère plus de 15 jours. Durant la nuit, la femelle s'accouple, puis va pondre ses œufs sur la laine ou les fourrures. Au bout d'une dizaine de jours, de petites chenilles blanches éclosent. Ce sont ces larves qui coupent les fibres textiles pour s'en faire un cocon et se nourrir. Les maisons chauffées favorisent l'apparition de plusieurs générations par an, donc la persistance d'adultes durant toute l'année. En revanche, les lieux non chauffés réduisent ce cycle à une seule génération qui apparaît en juillet.

Une vraie teigne

© Galinet© Galinet

La mite des vêtements, répondant aux noms scientifiques de Tinea pellionella (teigne à fourreau) ou Tineola bisselliella (teigne tapissière), bat des records de résistance dans le monde animal. Elle supporte sans problème une température de 35 °C et sait se développer en l'absence totale d'humidité. Malgré l'arsenal d'insecticides qui lui est consacré, elle continue à miter encore et toujours nos jolis pulls en laine.

Prévention d'abord

Existe-t-il des produits naturels qui permettent de lutter efficacement contre les mites ? Georges Chauvin, entomologiste spécialiste des insectes de nos maisons, répond que non. « Actuellement, aucune méthode scientifique et rationnelle de lutte biologique ne semble exister contre les teignes. » La solution efficace est préventive. Elle consiste d'abord à empêcher l'installation des mites dans nos placards en ne rangeant que du linge très propre. Car ces indomptables raffolent de l'odeur humaine et des endroits sombres et paisibles.

Elles n'aiment pas être dérangées : de temps en temps, sortez et secouez vos vêtements et brossez vos tapis de laine. Les vêtements fragiles peuvent être intercalés de papier de soie, puis enfermés dans des cartons ou dans des boites. Pour les tenues que vous ne mettrez plus avant plusieurs mois, utilisez des housses.

N'hésitez pas à tuer les mites adultes, sous forme de papillons, que vous trouvez dans la maison. Instaurez une trêve avec certaines araignées comme les folques, ces bestioles à quatre paires de pattes très longues qui vivent dans nos plafonds, et les petites fourmis ailées (chrémeau), qui se révèlent être de véritables alliés dans la lutte contre les teignes.

Pièges et recettes de grand-mère

Si vous ne voulez ni araignées ni fourmis dans votre maison, il vous reste la lavande, le cèdre, le camphre et le tabac, ou plus généralement toutes les recettes de grand-mère à base de substances très odorantes qui rendent plus difficile la détection des lainages par les teignes. Vous pouvez aussi vaporiser des huiles essentielles.

Un anti-mites d'origine végétale est disponible depuis peu : il s'agit d'un vaporisateur à base d'huile de neem. Extraits d'un arbre sauvage des régions tropicales, ses principes actifs attaquent l'hormone de croissance des insectes et freinent leurs capacités de reproduction, tout en ayant une action répulsive.

Reste encore la solution du piégeage, avec les pièges à phéromones qui attirent les mâles et empêchent la reproduction. Ou, comme le rappelle Georges Chauvin, avec un morceau de peau de lapin (au moins 10 cm2) que l'on pose dans une boîte sans couvercle sur le haut d'une armoire. Ce dispositif, très odorant pour les teignes, les attire et elles iront plus facilement y déposer leurs œufs que sur vos lainages. Le piège doit être placé en permanence et la peau de lapin renouvelée une ou deux fois par an.

Pas d'arme fatale donc, mais une assez large panoplie de conseils de prévention et d'astuces qui devraient vous éviter ce crève-cœur des pulls mités.

Nina Astruc

Perdre la boule

Les plaquettes insecticides et les boules de naphtaline ou de paradichlorobenzène sont à bannir impérativement ! Ils sont suspectés d'être cancérigènes.

En savoir plus 

-- PUBLICITE --
Notre éthique

Notre sélection de livres

Je fabrique mes produits ménagers

Livre Je fabrique mes produits ménagers
Laétitia Royant

Un recueil de débrouillardise et de simplicité volontaire...

96 pages; (21 x 21 cm); 12,00 €

Ajouter au panier

Voir le catalogue  >

© 2008 Terre vivante