Editions Terre Vivante – L’écologie pratique

Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris Envoyer à un ami

Réaliser un enduit chaux-chanvre

legende
Cet enduit léger et isolant améliorera considérablement le confort de votre maison ancienne, aux épais murs de pierre qui restent toujours froids. Un gros chantier, pour bricoleurs avertis, ou à faire réaliser par un artisan.
Partager cet article :
|

Le principal intérêt de l'enduit chaux-chanvre, c'est la correction thermique des murs épais maçonnés, en pierre ou en brique, très inconfortables en hiver. Pourquoi parler de correction thermique et pas d'isolation ? Parce que l'épaisseur nécessaire pour une véritable isolation ne pourrait tenir avec un simple enduit, et parce qu'une épaisse couche d'isolant annulerait les effets bénéfiques de l'inertie des murs. Une couche de 4 à 6 cm d'enduit intérieur chaux-chanvre est donc le compromis idéal pour supprimer l'effet de paroi froide de ce type de mur, sans perturber son équilibre hygrométrique et tout en continuant à bénéficier de son inertie. Une autre solution possible dans ce cas pourrait aussi être la pose de lambris ou de panneaux de fibre de bois, avec ou sans lame d'air ventilée (selon présence d'humidité).

Matériaux et outils

Vous pouvez utiliser de la chaux aérienne pure (CL) (voir la page Les différents types de chaux) qui fait sa prise lentement au contact de l'air et dont la porosité assure une bonne gestion de l'hygrométrie. Mais il est conseillé, pour une meilleure tenue de cet enduit épais, d'y ajouter 15 à 30 % de chaux hydraulique naturelle (NHL) ou bien d'utiliser un mélange spécial type Tradichanvre ou Batichanvre. En effet, il faut savoir que les chaux hydrauliques naturelles (NHL 2, NHL 3,5 et NHL 5) contiennent un pourcentage croissant d'argile et/ou de silice qui les rendent plus résistantes mais réduisent leur perméabilité à la vapeur d'eau. Evitez d'utiliser les chaux hydrauliques (HL), encore moins "respirantes", et qui peuvent contenir des ciments.

Pour ce type d'enduit, on utilise de la chènevotte (l'intérieur de la tige, constitué de cellulose), vendue en sacs de 100 ou 200 litres.

Vous aurez besoin d'une bétonnière (à louer ou à se faire prêter), d'un seau de 10 litres pour les dosages, d'une taloche, d'une truelle et d'une lisseuse.

Préparation du support et précautions

Le mur de pierre ou de brique doit être nettoyé, débarrassé des vieux enduits et humidifié. En régions froides et avec des murs en pierres peu poreuses (granit), évitez la chaux aérienne pure et augmentez un peu le pourcentage de chaux hydraulique. La température ambiante doit être supérieure à 5°C.

Attention, en raison du caractère légèrement corrosif et irritant de la chaux, utilisez des gants, des lunettes et évitez de faire de la poussière.

Première couche d'accroche, le gobetis

© D. Klecka
Vous pouvez appliquer à la truelle un gobetis traditionnel avec un mélange assez liquide de chaux hydraulique et de sable (0 - 5 mm) : 10 volumes de sable pour 5 à 7 volumes de chaux (respectivement pour NHL ou CL). Sur un support bien poreux, vous pouvez aussi utiliser dès le départ le mélange chaux-chanvre. Le gobetis est une couche peu épaisse (5 à 7 mm) qui doit rester rugueuse pour assurer une bonne accroche aux couches suivantes.

 

 

 

Préparation du mélange

© D. Klecka
Chaque fabricant indique les proportions à utiliser qui varient selon les caractéristiques de la chaux qu'il propose (de 40 à 70 kg de chaux pour 100 litres de chanvre et 50 à 60 l. d'eau). Il vous faudra préparer au total environ 1,5m³ d'enduit pour couvrir 30 m² de murs d'une couche de 5 cm d'épaisseur. Introduisez dans la bétonnière les trois quarts de l'eau et la chaux. Laissez tourner quelques minutes pour obtenir un lait de chaux. Ajoutez progressivement le chanvre par saupoudrage. Faites tourner 3 à 5 minutes en ajoutant le reste d'eau afin d'obtenir un mélange homogène.

 

 

Application du corps d'enduit

© D. Klecka
Le gobetis doit être encore frais quand vous attaquerez la couche suivante, la plus épaisse, appelée "corps d'enduit". Si vous avez utilisé un mélange avec de la chaux hydraulique, commencez le jour même ou le lendemain car le gobetis sèche en 48 heures. Avec de la chaux aérienne pure, vous disposez de quelques jours de délai.

Appliquez l'enduit en une première passe de 2,5 à 3 cm d'épaisseur, à la taloche ou à la truelle, en commençant par le bas et en serrant légèrement. La seconde passe, épaisse de 2 cm sera effectuée quelques jours plus tard, avant séchage complet de la précédente.

Si le mur a des irrégularités, le corps d'enduit permet de les rattraper sans risques de fissures.

Finitions

© D. Klecka© D. Klecka
© D. Klecka© D. Klecka
Vous pouvez talocher et laisser apparaître la chènevotte, surtout si vous avez ajouté des ocres dans la deuxième passe. Vous pouvez aussi serrer l'enduit à la lisseuse pour un aspect plus fin. Mais il vous reste également toute la palette des superbes couches de finition à base de chaux, colorées avec des ocres : badigeon, eau forte ou stuc...

Pensez à bien ventiler la pièce et au besoin à la chauffer un peu, car le séchage complet peut prendre plusieurs semaines.

Antoine Bosse-Platière


© 2008 Terre vivante