Editions Terre Vivante – L’écologie pratique

Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris Envoyer à un ami

De l'utilité des antioxydants

On les dit capables de protéger des maladies cardiovasculaires et de certains cancers. Les antioxydants sont-ils vraiment si utiles ? Comment agissent-ils ? Quels sont les aliments qui en fournissent le plus ? Tous les conseils de Sylvie Hampikian, notre spécialiste santé.
Partager cet article :
|

A quoi servent les antioxydants ?

Impossible de comprendre le rôle des antioxydants sans appréhender la notion de radicaux libres (espèces chimiques qui possèdent un électron périphérique non apparié).

Dans notre corps, ces produits instables et réactifs sont principalement des dérivés de l’oxygène, générés notamment par notre propre métabolisme. Ils sont capables d’initier un “stress oxydatif”, qui peut avoir des effets néfastes : anomalies cellulaires, altération des lipides sanguins, inactivation de certains enzymes, altérations des brins d’ADN. De plus, certaines molécules oxydées sont détruites, ce qui libère… des radicaux libres (d’où la notion de réaction en chaîne). Leur production est aggravée par certains facteurs : pollution, tabagisme, certains médicaments et toxiques, maladies infectieuses, stress, sport intensif, vieillissement…

Dans des conditions normales, nous sommes capables de lutter contre le stress oxydatif. Parfois, nos défenses naturelles sont débordées et l’excès d’oxydation contribue à un certain nombre de pathologies : athérosclérose, inflammations chroniques, maladies neurodégénératives (type Alzheimer)... C’est dans ce cas que les antioxydants apportés par l’alimentation trouvent leur intérêt.

D'un point de vue chimique, un antioxydant est un composé qui s’oppose à l'oxydation d'autres molécules. En raison de leur forte activité chimique, les plantes sont très exposées au stress oxydatif, d’où leur richesse en antioxydants : vitamine E, vitamine C, béta-carotène et caroténoïdes, polyphénols (flavonoïdes, anthocyanes…). Ces molécules agissent selon divers mécanismes, mais on peut dire que la plupart se “sacrifient” en étant elles-mêmes oxydées par les radicaux libres, sans que cette réaction n’ait de conséquence toxique.

Manger pour se protéger

De nombreuses études scientifiques ont confirmé les effets protecteurs des antioxydants sur la santé (notamment contre certains cancers et maladies cardiovasculaires). Or, beaucoup d’antioxydants végétaux, surtout polyphénols et caroténoïdes, sont faiblement absorbés : il faut en ingérer beaucoup pour que le corps dispose bien de la dose protectrice.

D’où la nécessité de consommer en grande quantité des sources qui en sont riches, notamment les fruits et légumes les plus colorés et les plus astringents. Parmi les grands classiques, persil, betterave rouge, persil, chou de Bruxelles, brocoli, artichaut, fruits rouges (fraise, myrtille, raisin, cerise noire, canneberge, grenade…), pommes rouges, mais aussi thé vert, ail et épices (curcuma). Les fruits doivent être autant que possible consommés avec la peau, surtout les pommes.

Ajoutez-leur de bonnes sources de vitamine C (kiwi, orange) et de vitamine E (avocat, huiles végétales bio), et vous bénéficierez d’une alimentation aussi protectrice que possible. Concrètement, privilégiez les crudités (bien lavées !), les potages aux légumes verts et carottes, les desserts et boissons à base de fruits frais, les huiles végétales bio non raffinées et les céréales complètes. Consommez (avec modération) du vin rouge et 1 ou 2 tasses de thé vert par jour. Aromatisez vos plats avec des herbes et des épices, notamment du curcuma, d’emploi très facile (1 cuiller à café par jour et par personne).

Sylvie Hampikian, expert en pharmaco-toxicologie

Les antioxydants chimiques

Employés comme conservateurs (“antioxygènes”), ils agissent surtout contre le rancissement des graisses. Hélas, ils n’exercent aucune action favorable connue sur la santé et certains sont même reconnus comme toxiques, notamment le BHA, le BHT et le BHQT. Présents dans les cosmétiques et les aliments (codes E320, E321 et E319), ils sont suspectés d’être cancérigènes et/ou perturbateurs endocriniens. Les gallates (E310 à E312) sont aussi douteux, mais peu employés. Les autres antioxydants alimentaires (E300 à E318) sont des molécules naturelles ou des homologues synthétiques (tocophérols, ascorbates…) sans danger connu pour la santé.

En savoir plus - livres de Terre Vivante

Livre Ces aliments qui nous protègent Ces aliments qui nous protègent
Kathi Dittrich
Claus Leitzmann

Parce qu'il vaut mieux prévenir que guérir.
Feuilleter le catalogue

Notre sélection de livres

Le nouveau régime méditerranéen

Livre Le nouveau régime méditerranéen
Protéger sa santé et la planète
Michel De Lorgeril

Comment améliorer sa santé avec des produits sains

512 pages; (15 x 21 cm); 24,00 €

Ajouter au panier

Voir le catalogue  >

© 2008 Terre vivante