Les meilleures races de poules (1/5)

Article publié le
Élever une poule de race traditionnelle permet de contribuer à sa sauvegarde, de respecter un savoir-faire historique… et de déguster une chair au goût incomparable. L'élevage familial est de surcroît parfaitement adapté pour héberger ces belles fermières. Pour vous aiguiller dans votre choix, voici le premier épisode d'une série de cinq articles qui présentent les meilleures races de poules anciennes.
Poule à la ferme

Des races de poules traditionnelles

Voici quelques raisons pour lesquelles l’élevage de races traditionnelles s’impose.

  • Les races récentes que vous trouverez sur les marchés ont été sélectionnées pour des conditions d’élevage professionnel. Avec tout ce que cela peut entraîner comme conséquences possibles en termes de pathologies particulières ! Les volailles traditionnelles (comme la Lyonnaise) sont les mieux adaptées, grâce à une patiente et longue sélection, à l’élevage fermier et donc aux conditions de votre élevage amateur.
  • Ces volailles seront, de ce fait, plus résistantes aux agressions diverses, ce qui est déterminant en élevage bio.
  • Elles ont, dans le contexte d’un élevage familial, des taux de ponte égaux aux obtentions récentes tandis que, d’un point de vue gustatif, elles sont la plupart du temps nettement meilleures.
  • Les volailles de races traditionnelles sont plus belles : cela comptait autrefois à la ferme bien plus qu’aujourd’hui dans l’industrie, ce qui se comprend !
  • Et puis, si les lecteurs de Terre vivante ne se mobilisent pas pour défendre la biodiversité des races domestiques traditionnelles – si riche en France et pourtant en danger -, qui le fera ?

La Sussex

Voici certainement la race traditionnelle la plus facile à trouver. Elle est restée assez présente dans les basses-cours et se trouve encore assez facilement sur certains marchés. La Sussex existe en de nombreux coloris : blanche, coucou, dorée ou brune, fauve herminé noir, gris argenté, rouge herminé noir, tricolore… Mais c’est en blanc herminé noir qu’elle est la plus courante.

Dessin d'une poule Sussex

Elle a la réputation de volaille “à deux fins” : à la fois bonne pondeuse et de bonne qualité de chair.

Mon expérience en la matière m’amène à confirmer la première assertion – même si ses œufs de 55 grammes sont un peu petits – mais à être plus dubitatif sur la seconde : bonne, certes, mais pas tout à fait comparable aux stars des grandes tables. Le coq affiche un poids de 3 à 4 kg alors que Madame, très bonne mère par ailleurs, promène son embonpoint entre 2,5 et 3 kg.

C’est la volaille rustique par excellence, ne craignant ni le froid, ni l’humidité. Comme toute Anglaise d’origine qui se respecte !

La Marans

Un peu comme dans la tradition de la vie des ports, la Marans est née des rencontres successives entre une poule du pays et quelques étrangers de passage, dont des Combattants, qui ont transmis parfois au coq, de 3,5 à 4 kg, un tempérament belliqueux. C’est une excellente poule pondeuse de 3 kg, la plus fameuse peut-être, avec ses gros œufs roux de 70 à 80 grammes. Cette couleur particulière est due à une enveloppe supplémentaire qui induit une meilleure conservation.

Dessin d'une poule Marans

C’est probablement la race pure qui possède le plus de variétés de couleurs. Mais elle est surtout connue dans sa “version” noire, avec des flammes cuivrées dans le camail. Ne vous laissez pas abuser par les hybrides du marché, par ailleurs bonnes poules mais nullement traditionnelles, de couleur avoisinante et aux œufs foncés. C’est à ses pattes emplumées que la Marans reste identifiable.

La Cou nu du Forez

Soyons franc, elle n’est pas jolie, jolie… Mais à l’adage populaire « La beauté ne se mange pas en salade », on ajoutera « en rôti non plus » ! C’est une bonne poule rustique, exclusivement blanche, d’obtention récente, au cou déplumé comme son nom l’indique, excepté un petit toupet bien isolé au-dessus du jabot. Les Cous nus d’autres couleurs n’ont pas la même origine (Forez) mais sont généralement de souches roumaines.

Dessin d'une poule Cou nu du Forez

Le coq débonnaire pèse entre 3 et 3,5 kg. Le poids de la poule adulte se situe entre 2,3 et 2,8 kg. C’est la volaille sans histoire par excellence. Bonne pondeuse même en hiver, chair excellente, active mais calme, elle gratifie son éleveur d’œufs de 65 à 70 grammes.

La Flèche

Cette Sarthoise de 3 kg (3,5 kg pour son coq) est une très vieille race française. C’est une bonne pondeuse d’œufs de 65 à 70 grammes, de belle prestance avec son port altier, ses oreillons blancs et sa curieuse crête à cornes.

Dessin d'une poule Flèche

La Flèche est une race adaptée à l’engraissement et sa croissance est lente, comme la plupart des races traditionnelles. Elle est aussi réputée pour son excellente chair et se décline en noir, blanc, coucou et bleu andalou. Belle à croquer, de gros œufs abondants, une chair exquise : que demander de plus… sinon une adresse où s’en procurer ?

La Gâtinaise

La Gâtinaise a trouvé sa place sur quelques bonnes tables françaises, notamment parisiennes. Un signe pour cette jolie poule blanche, presque banlieusarde (Seine-et-Marne, Loiret), d’un bon poids : 3,5 à 4 kg pour le coq et 2,5 à 3 kg pour la poule. Cette dernière est réputée bonne pondeuse (œufs de 60 grammes et plus) et elle est restée bonne couveuse.

Dessin d'une poule Gâtinaise

Très rustique, elle aime les grands espaces et mérite certainement plus que la discrétion dans laquelle elle s’est maintenue jusqu’à aujourd’hui. 

Maxime Chanteraine

Livres de terre vivante