Forêt-jardin : la strate des grands arbres fixateurs d’azote

Article publié le
Aussi appelée jardin-forêt, une forêt-jardin est une forêt nourricière. Elle se compose de plusieurs strates de végétaux comestibles, de la plus haute à la plus basse. Voici les espèces qui composent la strate la plus élevée : celle de la canopée et des grands arbres fixateurs d’azote.
Robinia pseudoacacia

Le robinier faux-acacia.
J.J Raynal |

L’aulne glutineux

Alnus glutinosa, les forestiers considèrent l’aulne comme un engrais vert : il croît rapidement jusqu’à 20 mètres environ et son feuillage riche en azote le rend au sol lorsqu’il tombe. Or, l’un des buts de la forêt-jardin, c’est qu’elle génère sa propre fertilité. Les arbres, par leur système racinaire profond, ont la capacité de faire remonter les minéraux du sous-sol et à les rendre à la litière lorsque leurs feuilles chutent au sol, au bénéfice des végétaux à enracinement moins profond.

Le robinier faux-acacia

Robinia pseudoacacia est l’arbre multifonctions par excellence : son bois dur convient pour faire des piquets durables, voire du mobilier de jardin pour les bricoleurs, et ses fleurs se distinguent en beignets, mais se consomment aussi en légume, avec des carottes ou des fèves. Fixateur d’azote et mellifère, il a une autre caractéristique intéressante, ses feuilles viennent très tardivement et ne portent donc pas d’ombrage aux cultures printanières. Il peut dépasser les 15 mètres. S’il devient trop grand, on peut le raser au niveau du sol et récupérer son bois, il repartira de la souche car il fait beaucoup de rejets. Ces nombreux rejets, surtout en sol pauvre et calcicole, peuvent être un réel inconvénient, mais il peut être contenu s’il est mis en concurrence avec d’autres essences à croissance rapide.

L’acajou ou cédrèle de Chine

Toona sinensis est un bel arbre rustique, au feuillage décoratif, qui peut atteindre 15 à 20 mètres et fleurit en grappes blanches odorantes. Il croît rapidement pour atteindre une taille respectable et apprécie le plein soleil ou la mi-ombre. Ses feuilles, au petit goût de cacahuète, sont intéressantes comme légume vert. C’est ainsi que le cuisinent les Chinois. Leur saveur unique, qui rappelle également l’oignon et l’ail, les rendent intéressantes comme herbe aromatique, par exemple pour une salade, en remplacement de la ciboulette. Du point de vue gastronomique, choisissez plutôt la variété à feuilles violettes, celle à feuilles vertes a un goût assez discret.

Plante d'acajou avec des perles d'eau sur les feuilles

L’acajou.
J.J Raynal |

Le kaki de Virginie ou plaqueminier

Haut de 4 à 25 mètres selon les variétés, le kaki (Diospyros virginiana) résiste à -25° C. Ses fruits orange restent sur l’arbre bien après la chute des feuilles, un vrai régal pour les yeux au début de l’hiver. Le kaki astringent se consomme blet, et le kaki pomme est plus croquant. Tous deux se greffent sur le kaki lotus, qui lui-même produit des petits fruits de bonne qualité à pleine maturité. Certaines variétés sont autofertiles, c’est-à-dire qu’on n’a pas besoin de deux sujets pour assurer la fructification.

Le hêtre

Le hêtre est présent naturellement dans nos forêts, au côté du chêne entre autres. Son écorce est grisée, son tronc est droit et il culmine à 30-40 mètres de haut. Riches en lipides, les faînes (fruits du hêtre) sont une excellente ressource alimentaire pour les animaux sauvages et les hommes ! On peut réaliser une huile que l’on consomme de la même manière que l’huile d’olive. Il est également possible d’en faire une farine, de les bouillir ou de les griller. Il faut toujours bien préparer les faînes car elles comprennent des tanins qui disparaissent avec plusieurs trempages dans l’eau. Il est nécessaire donc de les immerger avant de les cuire, puis de les consommer ensuite. Au-delà de ça, les hêtres font partie des arbres fourragers. On coupe alors des branches et des feuilles que l’on lie en fagots, avant de les donner aux chevaux. Ce fourrage ligneux, frais ou sec, est plus nutritif que le foin. De nombreuses autres essences sont données en fourrage aux chevaux : charme, frêne, cornouiller mâle, peuplier, micocoulier, etc.

 

Josiane Goepfert et Marie Arnould

 

Mon julo - 594*164
À lire aussi
Magazines
6,60
Outils de jardin
En été, semez des radis

D’autres articles sur