Editions Terre Vivante – L’écologie pratique

Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris Envoyer à un ami

Le ver des framboises

© Christian Galinet
legende © Christian Galinet
Détournez ce coléoptère des douces framboises en troublant son odorat avec l’infusion de tanaisie ou le purin d’ail… Vous éviterez ainsi les fruits déformés et desséchés, voire pourris !
Partager cet article :
|

Symptômes

© C. Galinet© C. Galinet

Il ne paie pas de mine, ce petit coléoptère ! Mais c'est lui qui ose s'attaquer au plus délicat de nos petits fruits, à cette savoureuse framboise qui fait nos délices en été.
Les fruits attaqués par ses larves sont déformés, bruns et durs, parfois desséchés. Les baies endommagées sont souvent une porte d’entrée pour la pourriture (botrytis). Sans parler des bourgeons et boutons floraux dévorés par l'adulte, heureusement en moins grand nombre. Les dégâts de ce ravageur sont assez fréquents, surtout sur les variétés non remontantes.

Carte d'identité

Son nom latin, Byturus tomentosus, peut prêter à sourire, mais c'est plutôt un triste sire, petit coléoptère brun jaunâtre, long de 4 ou 5 millimètres, couvert de poils très fins, sans rien pour retenir l'attention de l'observateur curieux. Les larves, qui causent les plus gros dégâts, mesurent 5 à 6 millimètres et ressemblent à tous ces détestables petits vers qui s'en prennent à nos fruits : une tête brune et un corps jaune pâle allongé, segmenté et parsemé de soies.

Mode de vie

Les premiers vols d'adultes apparaissent en avril-mai, peu avant la floraison des framboisiers. Ils se nourrissent de bourgeons, de très jeunes feuilles et surtout de pollen. On peut les voir s'activer dès que la température est supérieure à 16 voire 18 °C. Après l'accouplement, à la mi-mai, les femelles pondent dans les fleurs du framboisier ou sur les jeunes fruits, jusqu'à 120 œufs chacune, à raison de deux à trois par jour, de mai à juillet. Les vols se poursuivent en juin et juillet.
Les œufs deviennent larves en huit jours. Celles-ci commencent alors à ronger la base des organes floraux, puis creusent des galeries dans les futurs fruits. Souvent, elles s'attaquent à la chair des fruits qu'elles percent et vident de leur contenu. Elles peuvent même passer d'un fruit à l'autre. Au bout de cinq à six semaines, lorsque les framboises arrivent à maturité, le mal est fait et les larves, parvenues au terme de leur développement, se laissent tomber au sol. Elles s'y enfoncent de 2 à 10 centimètres et se confectionnent un cocon dans lequel elles vont se métamorphoser et passer l'hiver.

Antoine Bosse-Platière

 

Moyens de lutte

  • D'abord, la prévention. L'infusion de tanaisie (300 g pour 10 litres), pulvérisée dès le débourrement, éloignerait les adultes par son odeur tenace. L'ail serait également un bon répulsif, en purin ou en installant de l'ail vivace (rocambole ou autre) au pied des framboisiers.
  • Ensuite, le piégeage. Pour trouver les framboisiers lors des premiers vols, l'adulte est guidé par des signaux olfactifs - l'odeur des fleurs -, et visuels - leur couleur blanche. L'observation de ce phénomène a permis de mettre au point une méthode de piégeage à l'aide de plaques blanches engluées, que certains professionnels utilisent pour établir des courbes de vols et ajuster leurs traitements. À l'échelle d'un petit jardin, cette protection peut suffire en cas de faible infestation, avec quelques pièges disposés une semaine avant la floraison, entre les rangs, à 1 mètre ou 1,5 mètres du sol (voir bonnes adresses). Dommage que l'étude des composés olfactifs dégagés par les fleurs n'ait pas encore permis de mettre à disposition des attractifs pour améliorer l'efficacité de ces pièges.
  • Restent deux autres moyens de lutte directe :
- faire tomber les adultes dans un grand récipient en frappant sur les tiges, et les ébouillanter ;
- en cas de forte attaque, attestée par une dizaine de prises sur un piège dès le début de la floraison, effectuer un traitement à base de pyrèthre et/ou de roténone, de préférence le soir. Pour en garantir l'efficacité, utilisez de l'eau de pluie ou une eau dont le pH se situe entre 5,5 et 6,5.
  • Enfin, si vous avez réagi trop tard et que les vers ont gâché votre récolte, il vous reste la possibilité de faire picorer quelques poules dans votre carré de framboisiers après la récolte, afin qu'elles le nettoient de ses larves. Mais il vous faudra d'abord trouver des poules, puis faire en sorte qu'elles n'aillent pas picorer vos salades...
En savoir plus

Notre sélection de livres

Pucerons, mildiou, limaces...

Livre Pucerons, mildiou, limaces...
prévenir, identifier, soigner bio
Jean-Paul Thorez

Indispensable pour lutter efficacement contre ravageurs et maladies

350 pages; (15 x 21 cm); 27,40 €

Ajouter au panier

Voir le catalogue  >

© 2008 Terre vivante