Editions Terre Vivante – L’écologie pratique

Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris Envoyer à un ami

La verticilliose de la tomate

© C. Galinet
legende © C. Galinet
Pénétrant les racines des tomates – en particulier les tomates anciennes –, ainsi que celles des aubergines, des champignons microscopiques bloquent la circulation de la sève. Surveillez les feuilles qui se ramollissent !
Partager cet article :
|

Carte d'identité

Feuille jaunie, signe de verticilliose
Une partie des feuilles commence à jaunir, symptôme de la verticilliose. ©C. Galinet
Comme nous, les plantes ont leurs maladies vasculaires : certains vaisseaux se bouchent avec des conséquences rapides et parfois graves. Pas de cholestérol chez elles, mais des champignons microscopiques qui envahissent les vaisseaux, notamment ceux qui conduisent la sève vers les feuilles. L'obstruction de ces vaisseaux provoque des flétrissements rapides. Chez les légumes, deux familles de champignons sont en cause : les fusarioses et la verticilliose. Pour cette dernière, le coupable est Verticillium dahlia, qui s'en prend surtout aux solanées : tomates, aubergines et parfois poivrons. La verticilliose peut aussi s'attaquer aux artichauts et aux melons, à quelques arbres et arbustes ainsi qu'aux asters, phlox, pieds d'alouette... et même aux mauvaises herbes !

Symptômes

Tache brune sur feuille aubergine
Deuxième étape : les parties touchées deviennent brunes et se nécrosent. ©C. Galinet

Les premiers signes qui apparaissent sont des parties de feuilles qui se ramollissent et deviennent plus mates, généralement au moment du grossissement des fruits du premier bouquet. Rapidement, ces parties commencent à jaunir, puis à brunir en se nécrosant. L'aspect caractéristique est la dissymétrie des symptômes : beaucoup de feuilles ne sont atteintes que sur une moitié, certains vaisseaux étant encore irrigués. La maladie progresse du bas vers le haut de la plante et les pertes de récolte peuvent être importantes. Les aubergines sont les plus sensibles et il n'existe aucune variété tolérante. Chez les tomates, par contre, la plupart des variétés modernes utilisées par les maraîchers sont tolérantes à la verticilliose. Ce sont donc surtout les jardiniers qui plantent des variétés de tomates anciennes qui sont concernés.

Mode de vie

Plant de tomate se desséchant
La maladie progresse du bas vers le haut de la plante. ©C. Galinet

Les champignons sont présents dans le sol sous forme de microsclérotes, qui leur permettent de survivre plusieurs années même si les conditions leur sont défavorables. Au contact des racines de tomates ou d'aubergines, ces microsclérotes germent en émettant des filaments mycéliens. Ces derniers pénètrent à l'intérieur des racines aux points d'émergence des radicelles ou à la faveur de blessures, même minimes. Ils se propagent ensuite dans les vaisseaux, perturbant la circulation de la sève et le métabolisme de la plante. Contrairement à la fusariose, qui sévit par temps chaud (sol à plus de 28 °C), la verticilliose se développe dans un sol un peu plus frais, entre 16 et 25 °C. Elle touche donc davantage les variétés les plus précoces et elle peut régresser par temps chaud, avec reprise de croissance de la plante.

Antoine Bosse-Platière

Moyens de lutte

Les professionnels disposent d'une arme de destruction massive avec la désinfection du sol par la vapeur ou, bien pire, par des fumigants comme le sinistre bromure de méthyle, extrêmement toxique et destructeur pour la couche d'ozone (toujours pas interdit malgré un retrait progressif prévu par le protocole de Montréal de 1987) !

Dans les jardins :

  • évitez de faire revenir les cultures attaquées au même endroit avant quatre à cinq ans ;
  • intercalez des cultures résistantes : haricot, laitue, oignon, ail, poireau, engrais verts...
  • une fertilisation trop généreuse augmente les risques ;
  • évitez d'endommager les racines lors du travail du sol ;
  • utilisez des purins ou décoctions de plantes pour renforcer les tissus, en pulvérisations foliaires comme en arrosage (ortie, consoude, prêle...).

Pour les tomates, il vous reste en dernier recours la solution de renoncer aux variétés anciennes et d'utiliser des variétés tolérantes.

Pour les aubergines, l'utilisation de plants greffés sur tomates permet à la fois d'augmenter vigueur et productivité tout en résistant beaucoup mieux à la verticilliose. Les plants greffés se trouvent de plus en plus fréquemment sur les marchés, y compris en bio.

En savoir plus

Sur le m�me sujet

En savoir plus - livres de Terre Vivante

Livre Pucerons, mildiou, limaces... Pucerons, mildiou, limaces...
Jean-Paul Thorez

Indispensable pour lutter efficacement contre ravageurs et maladies
Feuilleter le catalogue

Notre sélection de livres

Pucerons, mildiou, limaces...

Livre Pucerons, mildiou, limaces...
prévenir, identifier, soigner bio
Jean-Paul Thorez

Indispensable pour lutter efficacement contre ravageurs et maladies

350 pages; (15 x 21 cm); 27,40 €

Ajouter au panier

Voir le catalogue  >

© 2008 Terre vivante