Editions Terre Vivante – L’écologie pratique

Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris Envoyer à un ami

L'édito du mois

Tiré du n° 220 des 4 Saisons du jardin bio, septembre-octobre 2016

C'est un petit verger

C’était en 1972. Jacques Dutronc chantait avec nostalgie la transformation de Paris. Une transformation profonde, voulue par le président Pompidou afin de mieux faire circuler les voitures. À l’époque, les petits jardins cédaient la place les uns après les autres aux grands parkings, à ces « souterrain[s] où sont rangées comme des parpaings les automobiles du centre urbain »… On imaginait même recouvrir le canal Saint-Martin pour construire l’une de ces “artères pénétrantes” chères au président.

Aujourd’hui, quarante-quatre ans plus tard, les pommiers sont de retour en ville. Par la petite porte, car les espaces libres sont devenus rares. Ainsi à Grenoble, le verger Essen’ciel est coincé entre un parking-relais et une école primaire. Il y a deux ans, c’était un terrain vague, véritable crottoir à chien à ciel ouvert. Aujourd’hui, c’est un lieu fleuri, arboré, productif, bienveillant et animé… Les membres du collectif qui s’en occupe s’y retrouvent toutes les semaines pour boire l’apéro, semer de la prairie fleurie, pailler, inspecter les arbres, ou simplement se dire qu’il reste du boulot à faire… Parfois, les pucerons prennent le dessus et les arbres font grise mine. Le collectif a encore beaucoup à apprendre en matière d’arbres fruitiers ! Parfois, l’animation règne sur le lieu, lorsque l’on fête l’inauguration ou l’anniversaire du verger.

C’est l’histoire de ce verger, prototype de ces vergers urbains qui recommencent à humaniser nos villes, que nous conte Guylaine Goulfier en page 56. Il y est question de végétal, bien sûr. De sept pommiers, sept poiriers, un cerisier et un prunier de variétés locales et rustiques, complétés depuis leur plantation par des framboisiers, des cassissiers, des groseilliers, des actinidia et autres figuiers. Mais il y est surtout question de lien entre des gens qui ne se connaissaient pas et qui créent ensemble un lieu, qui tissent une histoire, qui s’approprient leur ville. Une belle histoire. On espère qu’elle durera et qu’elle en préfigurera de nombreuses autres.

Marie Arnould, rédactrice en chef des 4 Saisons du jardin bio

Potager, verger, ornement, basse-cour, portraits de jardiniers... depuis plus de 30 ans, les 4 Saisons ont le bio pour ADN.

Au fil des saisons, la rédaction partage ses secrets et techniques pour un jardin productif et foisonnant.

Le magazine Les 4 Saisons du jardin bio, c'est aussi un lien fort avec ses lecteurs et des conseils pour une maison écologique et une alimentation saine.

Tous les deux mois, 100 pages d'informations, pour récolter des idées, du potager à la planète...

Découvrez le numéro en cours

© 2008 Terre vivante