Vapeur d’eau : les solutions pour une maison respirante

Article publié le
Pare-vapeur, ventilation mécanique contrôlée (VMC), freine-vapeur, pont thermique... Plusieurs solutions pratiques permettent d'évacuer la vapeur d’eau de l’air intérieur, tout en assurant une bonne étanchéité à l’air. Pour cette raison, adaptez les techniques à vos besoins pour réguler l'humidité de votre habitat et vous assurer un minimum de confort.
Plan large sur la boutique, la tour et le restaurant

Quelques notions

Les occupants d’une maison produisent d’importantes quantités de vapeur d’eau. Pour les évacuer vers l’extérieur, deux stratégies sont possibles. Soit avec un pare-vapeur et une ventilation mécanique contrôlée (VMC) en construction conventionnelle, ou bien par l’utilisation de matériaux dont la porosité permet l’évacuation de la vapeur d’eau et la bonne étanchéité à l’air.

Le pare-vapeur (écran totalement étanche à poser à l’intérieur) est à différencier du pare-pluie (écran extérieur derrière une façade) qui existe sous deux formes :

  • panneaux de fibre de bois imprégnés de latex ou de bitume ;
  • films souples composés de deux couches de papier kraft parafiné, et renforcés par une résille de fibres de verre.

Autrement, les films freine-vapeur régulent l’humidité. Ils ne sont donc pas parafinés (pas suffisamment étanches). Les pare-poussière, eux, n’ont qu’une couche de kraft. Leur pose doit se faire avec le plus grand soin.

Ventilation mécanique et pare-vapeur

Depuis quelques décennies, on associe en construction neuve l’étanchéité des parois et la ventilation mécanique contrôlée (VMC) dans le but d’éliminer l’humidité en excès, tout en renouvelant l’air. Un choix logique avec des matériaux peu perméables à la vapeur d’eau (béton, parpaings). On a voulu, à tort, généraliser ce procédé, alors qu’il présente aussi de nombreux inconvénients.

Côté ventilation, on a fait beaucoup de progrès, pour un renouvellement d’air optimal. Par exemple, des débits qui s’adaptent à l’hygrométrie (ventilation hygroréglable). Et surtout, avec des ventilations double flux à récupération d’énergie. Ces dernières sont par ailleurs indispensables pour la réalisation de hautes performances énergétiques. À savoir qu’un échangeur de chaleur permet en hiver de préchauffer l’air entrant, via les calories récupérées sur l’air sortant.

Le problème vient plutôt du pare-vapeur, car son étanchéité doit être parfaite. À défaut de quoi, l’air chargé d’humidité s’échappe par la moindre fente, plutôt que par la bouche d’aération. Dans la réalité, faute d’une mise en œuvre suffisamment soigneuse, les défauts d’étanchéité sont très fréquents : mauvais raccords entre lés ou entre parois, déchirures, poinçonnement, passage de fils… L’humidité s’y concentre, dégrade l’isolant et finit par créer des ponts thermiques. Sinon, elle provoque des dégâts bien plus graves, par exemple au niveau de l’appui d’une poutre.

L’incidence d’une fente d’1 mm de large sur 1 m de long dans un pare-vapeur protégeant une isolation en laine minérale a été étudiée par l’Institut de physique du bâtiment de Stuttgart. Le constat est sans appel : le pouvoir isolant de cette dernière est quasiment divisé par 5. Un problème largement sous-estimé par les fabricants d’isolants en laine minérale.

Matériaux poreux

Dans une maison chauffée, l’air chaud et les émissions de vapeur d’eau contribuent à mettre l’air intérieur en légère surpression par rapport à l’air extérieur. La vapeur d’eau va donc chercher à traverser les parois. Selon leur nature et leur porosité, les matériaux de construction s’opposent plus ou moins à sa diffusion.

Schéma montrant à gauche l'évaporation (flèche verte) se fait par l'intérieur et par l'extérieur. À droite, l'humidité s'accumule dans le mur.

Comme le fait remarquer Jean-Pierre Oliva, dans son livre L’isolation thermique écologique :

on ne trouve pas de parois étanches à la vapeur d’eau dans l’habitat traditionnel avec des murs massifs (terre crue, pierre, chaux…), dont les matériaux sont poreux, avec de grandes capacités hygroscopiques.

La vapeur d’eau en excès se répartit sur l’ensemble de la surface des parois et dans la masse importante de ces murs, sans causer de dégâts. Une bonne partie de cette humidité est éliminée à l’extérieur grâce à la porosité des enduits. Pour le reste, il s’évapore à nouveau vers l’intérieur lorsque l’humidité relative a diminué (voir schéma). En rénovation, il faut absolument éviter de perturber cet équilibre hygrothermique. Par exemple, ne pas bloquer la porosité d’un mur en pisé avec un enduit extérieur en ciment. L’humidité en excès dans le mur, quelle qu’en soit l’origine, ne pourra plus s’évacuer suffisamment. C’est la même chose pour le côté intérieur des parois. Les parements et finitions doivent conserver une certaine perméabilité à la vapeur d’eau. Pour faciliter l’évacuation de la vapeur d’eau vers l’extérieur et éviter tout problème de condensation, cette perméabilité doit être environ cinq fois plus importante pour la paroi extérieure que pour la paroi intérieure.

 

Pavé D - Route des comptoirs / Partenariat 2022

 

Freiner la vapeur d’eau

Comment faire côté intérieur du mur, si on ne veut pas d’un pare-vapeur ? Pas de problème avec les murs massifs traditionnels ou les monomurs en terre cuite. Ils gèrent parfaitement l’hygrométrie. Avec les murs composites des maisons à ossature bois, il convient de respecter, pour le choix des matériaux, la règle de perméabilité croissante des matériaux à la vapeur d’eau, de l’intérieur vers l’extérieur. Cette pratique permet une bonne diffusion de la vapeur d’eau vers l’extérieur.

Film freine vapeur

En fonction des cas, on utilisera :

  • des films frein-vapeur assurant une répartition homogène de la vapeur d’eau sur l’ensemble de la paroi et une bonne étanchéité à l’air. Ils doivent présenter une bonne résistance à la traction. Pour cela, une armature en fibre de verre est parfois nécessaire. Le plus grand soin doit être apporté au chevauchement des lés et à leur collage. Utilisez des adhésifs spécifiques ;
  • des panneaux de fibres de bois avec assemblage rainure-languette, des panneaux de bois OSB, des plaques carton-plâtre ou gypse-cellulose. Traitez les joints de manière appropriée.

Une fois l’étanchéité à l’air des enveloppes assurée, il vous reste à assurer une bonne ventilation. Si l’on veut concilier exigences sanitaires, confort et efficacité thermique, difficile d’échapper à une solution mécanique. Si possible, privilégiez une VMC double flux. Mais elle ne sera pas forcément permanente et centralisée. En rénovation, où il est parfois difficile de faire passer des gaines d’aération, on peut se contenter d’extracteurs d’air asservis à l’utilisation des pièces humides.

Antoine Bosse-Platière