Des tulipes en paniers | 4 saisons n°244

Article publié le
Chef jardinier du Jardin des cinq sens, en Haute-Savoie, Matthieu Constans partage avec nous sa méthode pour obtenir de longues et belles floraisons de tulipes. Tous à vos bulbes, un, deux, trois, plantez !
Des tulipes en paniers | 4 saisons n°244

Au printemps, le Jardin des cinq sens offre un écrin somptueux à la floraison des tulipes. Selon quels critères choisissez-vous les bulbes que vous y installez ?
Je me procure des bulbes de gros calibre, jamais en dessous d’un calibre de 12. C’est ma règle. J’ai constaté que c’est ce qui fonctionnait le mieux dans les massifs : plus les calibres sont gros, plus les floraisons sont belles. C’est aussi valable pour les aulx d’ornement. Je choisis principalement des variétés horticoles, pour pouvoir jouer avec les coloris, les formes, la précocité. Enfin, mon dernier critère est la période de floraison des différentes variétés : entre les hâtives et les tardives, il y a un décalage de floraison d’environ trois semaines, ce qui prolonge d’autant leur présence au jardin.

Quand et comment s’effectue la plantation ?
C’est un travail d’automne : f n octobre en général. Je dispose beaucoup de bulbes dans des paniers enterrés, et je dissémine les autres de façon aléatoire. Les paniers me permettent de gérer les différentes variétés et de remplacer facilement des bulbes en cas de besoin. Ils peuvent aussi s’avérer utiles comme protection contre les rongeurs friands de bulbes ! Les miens sont en plastique, mais il en existe aussi en métal. J’utilise deux tailles de paniers : des petits, d’un diamètre de 22 cm, dans lesquels nous mettons cinq bulbes, et des plus grands, d’un diamètre de 30 cm, pour sept à neuf bulbes. Je préfère les installer en nombre impair pour plus d’harmonie.

« Les paniers peuvent s’avérer utiles comme protection contre les rongeurs friands de bulbes ! » Matthieu Constans

Pouvez-vous détailler l’installation des paniers ?
Je prépare mon trou de plantation et je dépose mon panier, en vérifiant qu’il soit installé à une bonne profondeur : une fois que je l’ai bien positionné, je remets un peu de la terre remuée du trou de plantation et je positionne les bulbes pour qu’ils soient situés à 15 cm sous le niveau du sol. Cela marche très bien, sachant que la règle passe-partout est d’enterrer le bulbe à une fois et demie sa hauteur. Puis je les recouvre avec le reste de la terre remuée. Je ne mets donc pas de terreau. Dans mon panier, je glisse systématiquement une étiquette, que je coince dans les rainures. Elle mentionne la date de plantation, la variété et le calibre. J’écris au crayon à papier gras, qui tient bien dans le temps.

Pour permettre aux bulbes de constituer leurs réserves pour l’année suivante, il est conseillé de ne pas couper les feuilles après floraison. Comment concilier cette contrainte avec l’aspect esthétique rigoureux du jardin ?
En général, je ne coupe même pas les fleurs fanées : la tige florale sans les pétales, et avec les trois ailerons qui formeront le fruit, je trouve cela beau, particulièrement graphique. J’essaie de laisser les feuilles le plus longtemps possible : finalement, l’aspect inesthétique peut passer inaperçu, car des plantes relais, en se développant, les dissimulent. Mais il m’arrive aussi, à certains endroits, de les enlever si c’est vraiment trop visible, bien que ce ne soit pas la solution que je préfère.

Vous utilisez principalement des variétés horticoles : il est connu que celles-ci dégénèrent au fil des années. Comment assurez-vous leur renouvellement ?
La durée de vie des bulbes avant dégénérescence est très variable d’une variété à l’autre [les tulipes changent de couleur, deviennent moins florifères, les formes particulières peuvent se modifier, les bulbes ne se renouvellent plus, ndrl]. Cela dépend aussi de l’année de l’achat du bulbe. En général, plus la tulipe est sophistiquée, moins elle tient. La durée moyenne est d’environ quatre ans. C’est l’un des intérêts de la plantation en panier : lorsque des variétés commencent à dégénérer, je relis les étiquettes déposées dans les paniers, qui me donnent une traçabilité des variétés. Je peux alors me rendre compte de comment telle ou telle variété a évolué. Par exemple, la tulipe ‘Darwin hybride’ m’était indiquée comme une de celles ayant la longévité la plus importante : en fait, je me suis rendu compte qu’au bout de deux saisons, elle avait commencé à dégénérer. Au contraire, j’ai des variétés pour lesquelles je ne m’attendais pas à une telle longévité ; c’est le cas notamment de la tulipe fleur de lis ‘Inimitable’’ qui s’est très bien comportée dans le temps ! Mais je me questionne et j’aimerais élargir la gamme à des tulipes botaniques, stables : il n’y a pas de souci de remplacement et, finalement, pas de gaspillage.

La petite bio du jardinier

Depuis 2009, Matthieu Constans est chef jardinier du Jardin des cinq sens à Yvoire (74). Dans ce labyrinthe végétal et ornemental, lui et son équipe cultivent 1 500 variétés de plantes sur 600 m² (hors allées et charmilles). L’aventure sensitive proposée aux visiteurs de ce jardin remarquable se déroule dans un cadre esthétique que Matthieu conduit avec talent, entre maîtrise et spontanéité des végétaux. Titulaire d’un BTS Parc et jardin et travaux paysagers, il a vécu différentes expériences, tant professionnelles que bénévoles, qui l’ont amené à développer une vision très personnelle de son métier. Si son approche est esthétique en premier lieu, il aime également la botanique et donc la plante dans toutes ses dimensions. Au-delà de la fleur, il aime mettre en valeur les tiges, feuilles et porte-graines. Poursuivant un idéal, la recherche du geste juste, il vise l’équilibre, l’intervention minimale. Dans sa pratique, il inclut le temps de l’observation : deux à trois heures chaque semaine lui sont dédiées, démarche indispensable pour visualiser les harmonisations à effectuer dans ce puzzle vivant qu’est le jardin.

Propos recueillis par Perrine Dupont

Photos : Jardin des Cinq Sens

Télécharger le PDF de l’article

Poursuivre la lecture

Des tulipes en paniers | 4 saisons n°244 1

Des tulipes en paniers | 4 saisons n°244 2

Des tulipes en paniers | 4 saisons n°244 3

Des tulipes en paniers | 4 saisons n°244 4

Des tulipes en paniers | 4 saisons n°244 5

En plaçant les bulbes de tulipes dans des paniers, que l’on enterre dans le sol, il est plus facile de les remplacer si besoin, mais aussi d’avoir un suivi de l’évolution des différentes variétés plantées.