Choisir un bon isolant, le comparatif

Article publié le
Cellulose, fibre de bois, chanvre, lin, liège expansé, plume, laine… les isolants écologiques sont désormais nombreux. Mais lequel choisir ? Voici quelques critères de choix et un tableau comparatif qui vous aidera à prendre votre décision. Tout en sachant que vos travaux peuvent être en partie financés par MaPrimeRenov, une prime qui remplace le crédit d'impôts CITÉ.
Gros plan sur un isolant écologique

Les atouts des isolants écolos

Principalement issus de végétaux, les isolants écologiques présentent un bien meilleur écobilan que les isolants minéraux ou synthétiques qui dominent le marché. Pourquoi ? Matières premières renouvelables et recyclables, peu d’énergie grise et d’émissions de CO2 pour leur fabrication, faible impact sur la qualité de l’air intérieur et la santé… En revanche, ces écobilans sont parfois dégradés par la prise en compte du transport. Il est donc préférable de bien se renseigner sur l’origine des matériaux et de privilégier ceux qui proviennent de lieux les plus proches de chez vous.

Trois isolants démonstratifs à la verticale, séparés par des barres en bois : chanvre, ouate de cellulose et liège expansé

Isolants d’origine végétale : chanvre à gauche, ouate de cellulose au milieu, et liège expansé à droite.

Le critère de choix le plus connu est la conductivité thermique ou lambda. Autrement dit, il s’agit d’évaluer l’aptitude de l’isolant à transmettre la chaleur. Bon nombre d’isolants écologiques ont un lambda aussi bon, c’est-à-dire aussi bas, que l’isolant qui domine aujourd’hui le marché : la laine de verre. Mais bien d’autres caractéristiques sont à considérer.

Principaux isolants écologiques : tableau comparatif

Ce tableau comparatif ne prend en compte que les isolants les plus courants, diffusés par les distributeurs spécialisés.

À noter que les murs à isolation répartie ne nécessitent pas l’ajout d’isolants : monomur terre cuite ou brique G, béton de chanvre et autres bétons allégés, bottes de paille…

 

Présentation

Conductivité thermique (lambda)

Déphasage pour 20 cm

Propriétés acoustiques

Prix indicatif (datés de 2012) TTC/m2 pour 10 cm

Fibres de bois

Panneaux semi-rigides

0,036 à 0,040

7,5 à 11 heures

Très bonnes

12 à 20 €

Panneaux rigides

0,038 à 0,045

15 heures

20 à 38 €

Vrac

0,042

 

1,80 €/kg

Liège

Panneaux rigides

0,037 à 0,042

13 heures

Bonnes, surtout pour les bruits d’impact

30 à 40 €

Vrac

0,045

9 heures

38 € /17 kg (250 l)

Cellulose

Panneaux souples

0,039 à 0,042

12 heures

Parmi les meilleurs

16 à 20 €

Vrac, injectée

0,040 à 0,043

8 heures à 60 kg/m2

4,7 à 16 €/10 kg

Chanvre

Panneaux souples ou rouleaux

0,040

7 heures

Un bon choix

13 à 16 €

Vrac

0,048

9 heures

12 à 16 € /20 kg

Blocs chaux-chanvre

0,7

 

30 €

Lin

Panneaux souples ou rouleaux

0,040

 

Moins bonnes que le chanvre

15 à 17 €

Vrac

0,046

 

3 €/kg

Roseaux

Panneaux

0,047

8 heures

Semblent bonnes

Env. 22 € en 5 cm

Paille compressée

Panneaux rigides cartonnés

0,120

 

Semblent bonnes

13 à 15 €

Laine de mouton

Rouleaux

0,035 à 0,042

5 heures

Semblent bonnes

13 à 18 €

Plume de canard

Rouleaux

0,042 à 0,044

 

Semblent bonnes

Env. 18 €

Métisse

Vrac

0,039

6 à 8 heures

Un bon choix

27,50 €/10 kg

Rouleaux

Env. 4,92 €

Panneaux

Env. 5,77 €

Panneaux acoustiques

Excellent choix

Env. 4,07 €

Laine de verre

Rouleaux

0,039

6 heures

Semblent bonnes

Env. 3,50 €

Laine de textile recyclée

Vrac

0,039 à 0,051

10 heures

Semblent bonnes

9,40 €

Rouleaux

Laine de coton

Vrac

0,037 à 0,042

10 à 12 heures

Un bon choix

12 à 25 €

Rouleaux

0,037 à 0,040

 

Les isolants écologiques présentent un avantage capital sur les isolants minéraux ou synthétiques. On parle bien de leur perméabilité à la vapeur d’eau qui laisse les parois respirantes, tout en évitant les risques de condensation, et en assurant une bonne étanchéité à l’air. 

Enfin, certains d’entre eux disposent d’un autre atout. Ils sont capables d’emmagasiner la chaleur pour la restituer avec un intéressant déphasage, bien utile pour le confort d’été. En outre, un déphasage qui approche ou dépasse les 10 heures, permet de compenser le déphasage jour/nuit. C’est-à-dire que la chaleur accumulée en journée ne se transmet qu’à partir du soir, quand la température extérieure permet de rafraîchir la maison.

Attention à l’humidité

Ne confondez pas isolation et cache-misère. Si un toit présente des fuites ou le mur des traces persistantes d’humidité, il faut impérativement en rechercher les causes, et trouver une solution durable. Faute de quoi, votre isolant verra son efficacité et sa durée de vie considérablement réduites. Selon l’origine du problème, il vous faudra donc colmater des fuites, poser un drain le long du mur, injecter une barrière étanche contre les remontées capillaires, décroûter des enduits imperméables, ou encore, installer un système d’électro-osmose.

Si l’humidité est peu importante et ne peut être corrigée, vous pouvez isoler le mur. Mais, il faudra prévoir une épaisseur suffisante pour laisser une lame d’air ventilée (avec ouverture basse et haute), et une protection entre la lame d’air et l’isolant (plaque de bois feutré bitumé par exemple). À moins que vous n’utilisiez un isolant insensible à l’humidité. Par exemple, des plaques de liège.

2020 : une nouvelle prime qui remplace le CITÉ

Le crédit d’impôts CITÉ (crédit d’impôts pour la transition énergétique) est devenu, depuis le 1er janvier 2020, une prime à destination des foyers les plus modestes. De ce fait, cette dernière est accordée selon les conditions de ressources fixées par l’Agence nationale pour l’amélioration de l’habitat (Anah). Toutefois, pour les ménages non éligibles, et sous certaines conditions, un CITÉ transitoire est encore possible jusqu’au 31 décembre 2020. Après, il sera définitivement supprimé et remplacé par MaPrimeRenov (accordée à l’ensemble des ménages, à l’exception des plus aisés). 

Pour rappel, le CITÉ est une réduction d’impôts applicable aux propriétaires ayant effectué des travaux d’économie d’énergie (isolation, chauffage, portes, fenêtres et volets isolants…) sur leur résidence principale, depuis plus de deux ans. Le montant du CITÉ ne peut dépasser 75 % des frais engagés. En revanche, il reste cumulable avec l’éco-prêt à taux zéro. 

Pour plus de renseignements : https://www.faire.fr/
Ou par téléphone, au : 0 808 800 700

Antoine Bosse-Platière et Juliette Lécureuil

 

Pavé essembio 594*164
Livres de Terre vivante
Promo FB live 2