Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris Envoyer à un ami

L'edito du mois n° 228 des 4 Saisons du jardin bio (janvier-février 2018)

Avant qu'il ne soit trop tard !

Marie ArnouldEn 1992, un appel signé par 1 700 scientifiques du monde entier appelait l’humanité à « opérer un changement profond dans notre gestion de la Terre et de la vie qu’elle recèle ». Vingt-cinq ans plus tard, ce sont plus de 15 000 scientifiques de 184 nationalités différentes qui ont publié le 13 novembre un solennel “avertissement à l’humanité”.
Le texte est alarmant. Changement climatique potentiellement catastrophique, destruction des habitats naturels, pollution, « défaunation »… Il rappelle que « nous avons déclenché un phénomène d’extinction de masse, le sixième en 540 millions d’années environ, au terme duquel de nombreuses formes de vie pourraient disparaître totalement, ou en tout cas se trouver au bord de l’extinction d’ici à la fin du siècle. » Et d’alerter : « Nous mettons en péril notre avenir en refusant de modérer notre consommation matérielle intense mais géographiquement et démographiquement inégale, et de prendre conscience que la croissance démographique rapide et continue est l’un des principaux facteurs des menaces environnementales et même sociétales. » Que faire devant ce constat vertigineux ? Le risque est de se sentir impuissant devant des enjeux sur lesquels nous avons peu de prise. Notre pays n’est pas en explosion démographique et nous avons beau nous insurger contre les pollutions, notamment celles des pesticides, l’Europe a réautorisé pour cinq ans le glyphosate. Mais nous pouvons continuer, individuellement, à faire notre part. À mettre en oeuvre ce qu’aux 4 Saisons, nous avons toujours prôné : limiter notre consommation, être attentif aux conditions de production de ce que nous achetons, privilégier les énergies renouvelables, réduire le gaspillage alimentaire, adopter une alimentation laissant une très large place au végétal, développer la sensibilité de nos enfants à la nature pour qu’ils n’en soient pas coupés… Comme le rappellent les scientifiques, l’humanité a su agir rapidement pour lutter contre la disparition de la couche d’ozone. Rien n’est encore perdu. Continuons à agir !

Marie Arnould, rédactrice en chef des 4 Saisons du jardin bio

© 2008 Terre vivante