L’amour de la terre | 4 saisons n°241

Article publié le
L'édito des 4 saisons n°241 par Marie Arnould, rédactrice en chef.
L'amour de la terre | 4 saisons n°241

À l’origine, était le sol. Cette couche féconde issue de la dégradation millénaire de la roche. Ce formidable réacteur chimique et biologique capable de dissoudre le plus dur des cailloux en une terre souple et grumeleuse, capable de capter l’azote et le carbone de l’air pour les incorporer à la matière organique grâce aux innombrables bactéries. Le sol, un microbiote que l’on redécouvre enfin. Ceux qui ne savent pas le méprisent. La terre, c’est sale, c’est malpropre, c’est un truc de pouilleux. Il ne faut pas que les gosses jouent avec. Or le sol, c’est le milieu le plus riche de notre environnement. Les infatigables bactéries, les champignons, ces “sous-traitants” de la plante, les gracieux collemboles, les éléphantesques tardigrades, les placides vers de terre… toute cette microfaune, ce foisonnement magnifique d’infinies formes de vie commence enfin à être exploré et mieux connu.

40 ANS D’AMOUR PARTAGÉ…

Cela fait désormais quarante ans que les 4 saisons s’intéressent à ce monde prodigieux. Cette terre qui est au cœur du jardinage, l’indispensable alliée de la plante avec qui elle entretient d’étroites relations. Des relations complexes, loin d’être à sens unique – car si le sol nourrit la plante, cette dernière est également capable de modifier le sol autour d’elle : puisqu’elle ne peut fuir, elle doit être capable de créer ses propres conditions favorables ! Quant à nos lecteurs, cela fait longtemps qu’ils ont eu l’intuition de cette infinie richesse, eux qui nous disent, avec leurs mots tendres, comment ils dorlotent leur terre, la couvrent bien chaudement, ne la gratouillent pas trop, la grabotent juste là où il faut, et s’enquièrent auprès de nous des meilleures méthodes pour la requinquer si elle est un peu fatiguée…

Quarante ans d’amour partagé pour ce sol mystérieux grouillant de vie, pour cette terre fertile et dorlotée. Quel bel anniversaire pour les 4 saisons ! Il y a quarante ans, les sept fondateurs – Karin Mundt, Claude Aubert, Jean-Paul Thorez, Didier Chabrol, Jean-Marie Collombon, Jean-Roger Mercier et Tonia Amat – eurent l’idée d’une revue qui aiderait à jardiner sans produits chimiques, simplement grâce à la puissance féconde d’une terre respectée.

À l’époque, l’agriculture considérait le sol comme un substrat qu’il fallait enrichir d’engrais NPK, désinfecter à coups de fongicides et d’herbicides, labourer profondément. Aujourd’hui, on parle sols vivants, grelinette, paillage dans toutes les cabanes de jardin ou presque. Parce qu’on a compris que la terre est vivante.

Bon anniversaire !

À lire aussi