La basse-cour

Article publié le
Potager bio, jardin d'ornement, rucher, mares... il ne manquait plus qu'un poulailler pour que le Centre soit complet. Les bricoleurs et bricoleuses de Terre vivante se sont attelé·es à la tâche
pour accueillir gallinacés, et récemment anatidés !
Canard de Rouen

Canard de Rouen dans la mare du Centre Terre vivante
J. Tacussel | Terre vivante

Un potager bio avec tomates, concombres, navets, carottes et autres légumes : fait !
Des jardins fleuris avec cosmos, capucines, gauras et compagnie : fait !
Des mares vivantes avec crapauds, grenouilles, tritons et autres : fait !
Un rucher avec des abeilles noires des Alpes : fait !
… Et un poulailler avec ses pensionnaires ? Ça y est !

Coq au poulailler

Coq au porte du poulailler
J. Rivoire | Terre vivante

Pourquoi construire un poulailler ?

D’abord parce qu’on en avait envie : cela nous semblait une suite logique dans notre volonté de montrer un ensemble écologique complet avec son potager bio, son jardin d’ornement, son rucher… il ne manquait que le poulailler !
Ensuite pour permettre aux petits et grands de découvrir et d’apprendre à s’occuper des poules lors d’ateliers. Groupes, scolaires, adultes, familles… tous et toutes sont les bienvenu·es !

Un poulailler de luxe

L’ancien jardin des écoliers a été choisi comme futur lieu d’accueil pour nos amis à plumes. Il se compose de 3 espaces et d’une mare :

  • Le poulailler d’environ 10 m² : il est issu de la transformation du kiosque hexagonal (qui servait auparavant à abriter nos chères têtes blondes en cas de pluie).
  • La volière d’environ 20 m² : elle est entourée d’un grillage enterré à 80 cm de profondeur. On a disposé un filet par-dessus pour protéger nos poules des prédateurs quand nous ne sommes pas là, notamment le week-end.
  • Le parcours de 80 à 100 m² : lui aussi entouré d’un grillage, c’est la principale zone de vie des poules. Un beau noyer au milieu apporte de l’ombre. Les scolaires pourront y accéder lors des ateliers pratiques.
  • Une grande mare, située juste au-dessus, alimente le poulailler en eau.

Liberté pour les poules

Lorsque nous sommes au Centre Terre vivante, nos poules vaquent librement.
J. Rivoire | Terre vivante

Esprit récup’

La décision a été prise de n’utiliser que des matériaux de récupération.
Il a d’abord fallu remettre en état l’ancien kiosque pour créer le futur poulailler : après avoir été remis d’aplomb, son toit en bois a été refait et des murs ont été montés. Pour varier les plaisirs, chacun est composé de matériaux différents :

  • Le mur sud utilise la technique du GREB : bottes de pailles insérées entre des montants en bois, recouvertes d’un béton de bois coulé dans un coffrage.
  • Les deux murs à l’est réemploient un ancien panneau de tavaillons de bois. Ils sont isolés avec de la fibre de bois. Une porte a été découpée pour permettre aux poules de circuler entre le poulailler et la volière.
  • Le mur nord est en blocs de chanvre et chaux recouvert d’un enduit de chaux à l’intérieur. Il est percé d’une baie vitrée.
  • Le mur ouest est composé de terre et bois. Une grande porte permet d’accéder au parcours.

Un poulailler-école

Pour permettre aux petit·es et grand·es d’avoir une vue générale de l’intérieur du poulailler sans y entrer, nous avons prévu de larges ouvertures :

  • sur un des murs est, quatre petites fenêtres ont été créées à partir de hublots récupérés ;
  • le mur nord, principal point d’accès, présente une grande baie vitrée face aux pondoirs et aux perchoirs.

Les enfants pourront aussi entrer dans le poulailler et découvrir la vie de la poule et des autres animaux à plumes avec leur école et leur accueil de loisirs.

Et les poules alors ?

Le poulailler accueille une dizaine de poules : des petites, des grandes, des plumées, des déplumées, des qui-font-des-œufs-blancs, des qui-font-des-œufs-noirs… L’idée est de montrer toute la diversité des races.

Poules au poulailler

O. Mahdi | Terre vivante

Le coin (coin) des canards

Après l’arrivée des poules, nous avions envie de varier les plaisirs. Notre choix s’est donc tout naturellement tourné vers les canards et les oies. A proximité immédiate du poulailler, un enclos pour les canards a été mis en place autour d’un point d’eau de taille moyenne. L’enclos n’étant pas très grand (100 m2 environ), nous avons fait le choix de mettre uniquement 3 canards. Nous accueillons ainsi un couple de canards de Rouen ainsi qu’un Coureur indien.

La mare aux canards

La mare aux canards
J. Tacussel | Terre vivante 

L’eau du point d’eau est renouvelée en quasi-permanence. En effet, nous captons le déversoir de notre mare naturelle située en amont. Ce déversoir bascule dans 4 mares située juste au-dessus de la basse-cour puis vient remplir le point d’eau des poules. Lorsque celui-ci est plein, le trop plein se déverse dans la mare des canards, pour leur plus grand bonheur !

coq de terre vivante

Le fier coq de Terre vivante
J. Tacussel | Terre vivante 

Nichoirs et pondoirs en l’air

Pour lutter contre les poux rouges, terrible fléau du poulailler, nous avons décidé de créer des pondoirs et des perchoirs suspendus. L’axe central du poulailler sert de support et les structures sont maintenues grâce à des câbles.
Rien ne touche le sol pour un nettoyage facile du poulailler !

Couple d'oies

Le couple d’oie qui accueille joyeusement tous nos promeneurs et promeneuses.
A. Béon | Terre vivante