Construire un abri à hérisson | 4 saisons n°244

Article publié le
Construire un abri à hérisson | 4 saisons n°244

Yolande Letur a installé son abri dans un petit bois en bordure de rivière, non loin de son potager, dans une zone un peu en retrait. Pour Christian Arthur, la construction et le choix du nid d’hiver sont primordiaux. « Les adultes privilégient les nids dans des haies sous les ronces, ou en forêt sous des tas de bois, dans des trous au pied des racines, en accumulant des feuilles autour d’eux et en y ajoutant de la mousse. » Le nid sera utilisé pour hiberner lorsque les températures sont négatives, de mi-décembre à fin février environ. Les réveils hivernaux dus aux fortes gelées, à de brusques augmentations de température ou au dérangement induisent des consommations d’énergie qui mettent en danger la survie des animaux les plus fragiles – ceux qui n’étaient pas assez gras à l’entrée de l’hiver et pesaient moins de 500 g.

DESSIN 1

Construire un abri à hérisson | 4 saisons n°244 2

Disposez un premier rang de bûches d’1,20 m de long, et si possible de même largeur. Les deux rondins centraux ont été fendus en deux au préalable, côté plat sur le dessus. Ils formeront le “plancher” de l’abri à hérisson. Aménagez le couloir d’entrée en écartant deux autres bûches d’une quinzaine de centimètres. Maintenez cet écartement à l’aide de quatre piquets fichés dans le sol, et clouez dessus deux planchettes : elles empêcheront les bûches du dessus de s’affaisser dans le futur “couloir”.

DESSIN 2

Construire un abri à hérisson | 4 saisons n°244 1

Installez le deuxième rang de bûches au-dessus du premier. Celles qui surplombent le “plancher” auront été préalablement coupées en deux morceaux afin de laisser une “chambre secrète” de 25 cm de large (bûches B sur le schéma, en haut à droite). À côté, une troisième bûche (C) aura été coupée de façon à former l’entrée de la chambre, de 15 cm de large.

DESSIN 3

Construire un abri à hérisson | 4 saisons n°244 3

La hauteur de la chambre fera entre 15 et 20 cm ; si vos bûches sont de gros diamètre, un seul rang suffira. Si elles sont petites, ajoutez un rang, afin que la chambre ne soit pas trop basse de plafond ! Nul besoin de tapisser la chambre de mousse, le hérisson s’en chargera si les lieux lui plaisent. Continuez à monter votre tas de bois comme si de rien n’était, afin que personne ne soupçonne qu’il recèle un abri douillet ! Ultime détail : insérez entre l’avant-dernière et la dernière rangée de rondins une bâche imperméable (vieux sac en plastique par exemple), qui évitera les ruissellements dans l’abri.
Depuis que l’abri a été installé, en 2017, Yolande Letur n’a bien sûr jamais tenté de le rouvrir pour voir ce qui s’y passait. « Ce serait le meilleur moyen de chasser irrémédiablement le hérisson qui aurait eu l’idée de s’y installer ! Pour être sûre qu’il est là, j’ai mis en place un piège photo mais il ne l’a encore jamais filmé. Je me contente de ses traces, c’est bien suffisant ! »
Et pour conclure, reprenons les mots de Pierre Déom, l’incontournable auteur et dessinateur de La Hulotte. « Il se peut […] que ce ne soit pas un hérisson qui s’installe dans votre tas de bois mais une tout autre bête, non prévue au programme : une hermine, par exemple. Ou encore une belette, un putois, etc. Tant mieux pour elle. Et tant pis pour le hérisson : il n’avait qu’à se montrer plus dégourdi. »

Marie Arnould

Illustrations : Frédéric Claveau, d’après Pierre Déom, La Hulotte, n°40

Sur le même sujet