Bibassier (Eriobotrya japonica)

Article publié le
Les bibasses sont très consommées en Chine et au Japon. L’arbre est aujourd’hui cultivé en Inde, dans de nombreux pays d’Afrique, au Moyen-Orient et aux États-Unis. Il est aussi très connu et apprécié en France d’outre-mer.
Sapotier blanc (Casimiroa edulis) 1

Les fruits du bibassier.
R. Kran
 |

Cette fiche botanique est issue du livre Un jardin fruitier pour demain, de Robert Kran et Perrine Dupont. 

Nom latin : Eriobotrya japonica.
Noms vernaculaires : Bibacier, bibassier, faux néflier, néflier du Japon, ériobotrie du Japon, loquat.
Famille botanique : Rosacées.
Origine géographique : Chine.
Zone de rusticité : Usda 8.
L’arbre résiste à – 12 °C, mais fleurs et fruits sont détruits à partir de – 5 °C.

Variétés

Il existe, semble-t-il, plusieurs centaines de variétés en Chine et au Japon. En Europe, on en trouve une douzaine. Parmi elles :

  • ‘Tanaka’ : gros fruit à chair jaune.
  • ‘Champagne’ : fruit à chair blanche.
  • ‘Peluche’ : fruit jaune pâle très doux.
  • ‘Early red’ : cultivar très répandu aux États- Unis, fruit de couleur rouge orangé.
  • ‘Saint Michel’ : gros fruit à peau fine, jaune, chair juteuse, blanche et parfumée.

Description

Arbuste ou petit arbre mesurant entre 5 et 7 m. L’écorce est gris brun, les jeunes rameaux et les bourgeons sont pubescents, gris blanc argenté.

Les feuilles sont persistantes, grandes (20 à 26 cm), coriaces et vertes, luisantes dessus, pubescentes et blanches en dessous, à l’aspect gaufré.

Floraison à l’automne en panicules de fleurs beiges, discrètes, parfumées et mellifères.

La fructification donne au printemps des baies jaune orangé, de la taille de beaux abricots. Ces bibasses contiennent chacune 2 ou 3 grosses graines.

Besoins culturaux

  • À cultiver au soleil, dans tout type de sol pourvu qu’il ne soit pas trop compact.
  • Éviter les situations trop humides.

Pollinisation

Par les insectes.

Modes de multiplication

  • Semis de préférence dès la récolte, au printemps, et après trempage de 24 heures.
  • Boutures avec talon de bois semi-aoûté en juillet-août.
  • Marcottage aérien.

Âge de fructification

5 ans.

La petite histoire

Les bibasses sont très consommées dans leur pays d’origine et au Japon. L’arbre est aujourd’hui cultivé en Inde, dans de nombreux pays d’Afrique, au Moyen-Orient et aux États-Unis. Il est aussi très connu et apprécié en France d’outre-mer. Sur le continent, il est cultivé en Provence et dans le sud-ouest pour ses fruits ; un peu partout ailleurs, il est apprécié comme plante ornementale mais fructifie rarement, car le développement des fruits, qui se produit pendant l’hiver, est compromis par le froid. De plus en plus de personnes témoignent pourtant avoir obtenu des bibasses savoureuses là où l’on considérait que ce n’était pas possible.

Semblant s’adapter rapidement à leurs nouvelles contrées (région parisienne, Bretagne, Alsace, Angleterre), certains arbres en effet reporteraient leur floraison au printemps.

Puisqu’il est présent dans les jardins d’agrément, il peut être intéressant de l’observer pour repérer s’il y a ou non des fructifications dans sa région d’adoption.

Usages

La nèfle du Japon doit être consommée bien mûre pour ne pas être âpre. Elle est juteuse, parfumée et sucrée. Elle est riche en vitamine A, en calcium et en tanins.

Se consomme crue, mais également en compotes, confitures, fruits au sirop, liqueurs.

Un usage médicinal des feuilles et fleurs existe en Chine et au Japon.

 

Robert Kran et Perrine Dupont

À lire aussi
Livres jardin bio
26,00

L’expérience de Robert 

Cinq variétés de bibassiers poussent à Avapessa. Ils fleurissent ici en octobre et les fruits sont mûrs fin mai ou début juin.

L’espèce est sensible à la tavelure, mais il y a des variétés qui résistent assez bien, et c’est certainement un fruitier qui gagnera la France au fur et à mesure du réchauffement climatique : il a un beau feuillage, une floraison automnale, parfumée et mellifère, une ombre agréable, des fruits savoureux, et donc un avenir certain.

Pour ma part, je mange les bibasses crues et m’en régale.

D’autres articles sur