Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Les contrastes sont augmentés par une inversion des couleurs. Supprimer l'ensemble de la personnalisationImprimer ce document.Ajouter aux favoris Envoyer à un ami

Actualités Alimentation et Bien-être

6 résultats sur 6 - Page 1/1

Manger équilibré, c’est bon pour l’environnement

Assiette équilibrée

© Istock

29/06/202 – Nous connaissons tous le fameux “Mangez cinq fruits et légumes par jour”, slogan de la campagne de sensibilisation du Plan national nutrition santé (PNNS). Celui-ci vise l'amélioration de l'état de santé de la population en agissant sur la nutrition.

En 2017, le Haut Conseil de la santé publique actualisait les repères nutritionnels, en incitant notamment à consommer davantage
de légumineuses et moins de viande. Aujourd’hui, une étude menée par l’Inrae, l’Inserm, l’Université Sorbonne Paris Nord et Solagro a évalué l’impact environnemental (émission de gaz à effet de serre, ressources utilisées, occupation des sols) de la nutrition. Basée sur la cohorte Nutrinet, elle nous apprend que les participants qui suivent les recommandations nutritionnelles de 2017 (comparés à ceux qui les suivent moins) réduisent l’impact global sur l'environnement de leur alimentation de 50 %.

Josselin Rivoire, de la rédaction des 4 saisons

Groupement d’achat en coopérative

Déballage Bio partage

20/03/2020 – Les alternatives à la grande distribution font florès. Aux côtés des Amap et autres supermarchés coopératifs, les groupements d'achat ont aussi leur place parmi les nouvelles formes de consommation. La société coopérative Bio partage, basée à Joyeuse (Ardèche) sert ainsi d'intermédiaire entre grossistes en produits bio et groupements de particuliers. Elle permet de s'approvisionner en produits alimentaires et d'hygiène pour tout ce que vous ne trouvez pas localement.

Il suffit de s'inscrire sur le site et de créer un groupement s'il n'en existe pas déjà un près de chez vous.Livraison gratuite à partir de 900 €.

www.biopartage.com


Josselin Rivoire, de la rédaction des 4 saisons

Les Français ont adopté le vrac

17/01/2020 – L’achat en vrac séduit de plus en plus de Français, à la fois impliqués dans la réduction des déchets et la lutte contre le gaspillage alimentaire.

Selon le Réseau Vrac, un Français sur deux (53 %) a acheté en vrac au cours des douze derniers mois. Leurs raisons ? Avoir la quantité voulue (54 %) et utiliser moins d'emballages (53 %). « Pour répondre à la dynamique d'un secteur qui a pesé 1,2 milliard d'euros en 2019 (contre 100 millions d'euros en 2013), le marché s'organise », indique encore l'association interprofessionnelle pour le développement du Vrac en France et dans le monde.

Dans notre pays, on compte près de 360 points de vente spécialisés... et 70 % des hypers et supermarchés ont à présent un rayon vrac. Il reste maintenant à penser à prendre ses sacs en tissu et boîtes avant d'aller faire ses achats... À l'instar de certains magasins, des sites de vente en ligne proposent d’ores et déjà des emballages consignés.

Véronique Buthod, de la rédaction des 4 saisons

Le miel frelaté en expansion

Miel

©Fotolia

08/01/2020 – Les Français consomment environ 45 000 tonnes de miel par an, dont 35 000 sont importées, principalement d'Espagne, de Chine, d'Ukraine et d'Argentine. Les apiculteurs français ne trouvent parfois pas de débouchés, faute de prix d'achat équitable, et disent subir une concurrence déloyale de miels frelatés, importés et vendus à bas prix. La Chine, premier exportateur mondial, est bien entendu visée. L'augmentation fulgurante de ses exportations est bien supérieure à celle de son cheptel. Rien ne permet pourtant d'affirmer qu'elle est seule à l'origine des fraudes.

En France, l'étiquetage ne permet pas de connaître précisément l'origine du miel, contrairement à d'autres pays européens comme l'Italie ou la Grèce. Faute d'un meilleur étiquetage, mieux vaut pour l'instant se tourner vers un apiculteur de votre connaissance.

Josselin Rivoire, de la rédaction des 4 saisons

Sans gluten mais avec confiance

© AFDIAG© AFDIAG
31/05/2016 - Tous ceux qui souffrent de la maladie cœliaque connaissent ce logo, un épi de blé barré dans un cercle signifiant que le produit sur lequel il est apposé ne contient pas de gluten.

Les droits de ce logo, propriété de l'Association cœliaque du Royaume-Uni, ont été cédés en 1995 aux autres associations cœliaques européennes avec, pour mission, de le protéger dans leurs pays respectifs.
En France, l'Afdiag (Association française des intolérants au gluten) a déposé ce logo, en tant que marque et dessin, auprès de l'Institut National de la propriété industrielle en 1996. Depuis le renouvellement auprès de l'Inpi en 2006, ce logo est sa propriété sur le territoire français.
Pourtant, certains produits l'utilisaient sans en avertir l'Afdiag qui a alors décidé d'élaborer un contrat d'utilisation du logo - remplacé en 2015 par un contrat européen - sous lequel les sociétés signataires s'engagent à plusieurs choses :
- respect d'une teneur maximale de 20 mg/kg de gluten résiduel dans chaque produit* ;
- analyse par des laboratoires indépendants du gluten résiduel dans le produit fini
- audit à la norme AOECS (Association of European coeliac societies) sur les lieux de fabrication des produits sans gluten et soumission des résultats à l'Afdiag au moins une fois par an.

Au-delà du respect du droit d'utilisation du logo, cette contrainte donne surtout une meilleure garantie aux intolérants au gluten de trouver des produits réellement adaptés à leur régime.
Pour connaître les produits "vertueux", cliquez ici pour accéder au répertoire de l'Afdiag listant les produits commercialisés par les fabricants signataires du contrat d'utilisation. Cete liste ne fait pas la distinction entre les produits bio et conventionnels : aussi, pour ceux qui souhaiteraient connaître les produits bio sans gluten, l'excellent magazine Niépi est une source on ne peut plus fiable.

*La réglementation européenne autorise certains produits logotés à contenir de l'amidon de blé, à condition que le seuil de gluten résiduel sur le produit fini soit inférieur à 20 mg/kg.

Omar Mahdi, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

L'hiver, mangez du miel !

13/12/2011 – En hiver, le miel est un bon moyen de renforcer les défenses naturelles car c'est une source importante d'antioxydants. Plus il est foncé – comme celui de sarrasin –, plus il en contient. Ceci à tout âge : il est en effet possible de rajouter une cuiller à café de miel d'acacia ou de tournesol dans le biberon des enfants. Ces miels doux favorisent l'absorption du calcium contenu dans le lait dont ils émulsionnent les graisses, améliorant ainsi sa digestibilité.

N'en déplaise aux gourmands, les propriétés du miel n'exigent pas forcément qu'on l'avale ! En cas de nez bouché, le miel d'acacia ou de colza peut être aussi administré en aérosol, mélangé en proportions égales à du sérum physiologique. Pour soigner une coupure ou une brûlure, on peut, après l'avoir désinfectée, appliquer du miel sur et autour de la plaie. Il suffit ensuite de couvrir d'une gaze stérile, pour éviter de coller. A renouveler deux à trois fois par jour jusqu'au début de la cicatrisation.

Plus inattendu, le miel d'acacia peut être utilisé en cas de conjonctivite, en raison de ses propriétés antivirales et antibactériennes. Pour cela, il faut laisser fondre deux cuillers à soupe de miel dans 15 cl d'eau tiède et appliquer sur les paupières à l'aide de compresses.

Et espérer qu'aucun insecte amateur de miel ne vole à proximité !

Omar Mahdi, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

6 résultats sur 6 - Page 1/1

Notre sélection de livres

Le guide Terre vivante du potager bio

Livre Le guide Terre vivante du potager bio
Cultiver, soigner, conserver

Des semis à la conservation, en passant par les soins, les conseils de culture, la récolte et la production de ses propres graines, cet ouvrage réunit toute l’expertise de Terre vivante pour réussir son potager bio.

(19,5 x 24 cm); 35,00 €

Ajouter au panier

Voir le catalogue  >

© 2008 Terre vivante