• Vous êtes ici :
  • Accueil > 
  • Actualités
Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Les contrastes sont augmentés par une inversion des couleurs. Supprimer l'ensemble de la personnalisationImprimer ce document.Ajouter aux favoris Envoyer à un ami

Actualités de l'écologie pratique

6 résultats sur 525 - Page 1/88
1[2][3][4][5][6][Dernière]
Habitat écologique

Recherche échantillons de broyat de bois

11/07/2019 - Dans le cadre d'une étude en contexte d'assainissement non collectif (ANC) sur le traitement des eaux ménagères, Florent Brun, ingénieur, souhaite collecter du broyat de bois produit par des particuliers. Il s'intéresse en effet à un dispositif de traitement filtrant organique, fonctionnant avec du broyat de bois.
Les échantillons nécessaires à son étude doivent être constitués de 500 à 900 g de broyat.
Pour être représentatif, il est important que les prélèvements soient réalisés selon la méthode des quartas, permettant d'obtenir un échantillon homogène et représentatif du broyat. Voici quelques explications :
• la totalité des matières est répartie en 4 tas de mêmes volumes ;
• deux de ces tas sont rassemblés et homogénéisés pour former un nouveau tas, lequel est à nouveau réparti en 4 tas de mêmes volumes ;
• cette opération est répétée 4 fois avant d'obtenir le tas final dans lequel est prélevé l'échantillon à analyser (2l environ, en fonction de la densité). 

Il est également nécessaire d'indiquer
- marque et modèle du broyeur, 
- essences du ou des arbres broyés, 
- date de coupe des branches, 
- date du broyage, 
- mode de stockage du broyat (intérieur, extérieur, en cuve, en sac, etc.),
- section moyenne des branches.

Selon les lieux d'habitation, les échantillons pourront être récupérés directement.
Contact : Florent Brun, IRSTEA - Unité Reversaal, 5 Rue de la Doua, 69100 Villeurbanne, florent.brun@irstea.fr, tél. 04 72 20 87 83.

Habitat écologique

Recherche échantillons de broyat de bois

11/07/2019 - Dans le cadre d'une étude en contexte d'assainissement non collectif (ANC) sur le traitement des eaux ménagères, Florent Brun, ingénieur, souhaite collecter du broyat de bois produit par des particuliers. Il s'intéresse en effet à un dispositif de traitement filtrant organique, fonctionnant avec du broyat de bois.
Les échantillons nécessaires à son étude doivent être constitués de 500 à 900 g de broyat.
Pour être représentatif, il est important que les prélèvements soient réalisés selon la méthode des quartas, permettant d'obtenir un échantillon homogène et représentatif du broyat. Voici quelques explications :

  • la totalité des matières est répartie en 4 tas de mêmes volumes ;
  • deux de ces tas sont rassemblés et homogénéisés pour former un nouveau tas, lequel est à nouveau réparti en 4 tas de mêmes volumes ;
  • cette opération est répétée 4 fois avant d'obtenir le tas final dans lequel est prélevé l'échantillon à analyser (2l environ, en fonction de la densité).

Il est également nécessaire d'indiquer
- marque et modèle du broyeur, 
- essences du ou des arbres broyés, 
- date de coupe des branches, 
- date du broyage, 
- mode de stockage du broyat (intérieur, extérieur, en cuve, en sac, etc.),
- section moyenne des branches.

Selon les lieux d'habitation, les échantillons pourront être récupérés directement.
Contact : Florent Brun, IRSTEA - Unité Reversaal, 5 Rue de la Doua, 69100 Villeurbanne, florent.brun@irstea.fr, tél. 04 72 20 87 83.

Alimentation et bien être

Bien dans sa tête, bien dans son corps

12/07/2019 - « Bien dans sa tête, bien dans son corps » : c'est le nom d'un beau projet mené pendant depuis deux années scolaires, dans un établissement de Mainvilliers (28), auprès d'élèves en CAP. Pour Delphine Gouin, infirmière scolaire, et Hélène Neveu, professeure des écoles, à l'origine du projet, l'objectif était de « sensibiliser les élèves à l'éducation alimentaire, en vue d'être en bonne santé et de pouvoir travailler en classe et sur les chantiers. Mais aussi de les informer sur les conduites à risques néfastes pour la santé physique, et enfin de permettre aux élèves de se connaître (gestion des émotions) et de leur fournir des outils - relaxation, respiration - afin de mieux vivre ensemble ». Le volet alimentation a été axé sur la valorisation des produits locaux et l'éveil des goûts, « pour qu'ils puissent être acteurs de leur santé, et s'ouvrir au monde par le goût et la cuisine ».
Parmi les actions, une « collation de 10 h » a été instaurée, temps d'échange et de découverte - réalisation de smoothies pommes-coings, confitures de figue, soupe de fanes de radis -... et, devant l'intérêt des élèves, un livre de recettes, Les délices d'ici et d'ailleurs, a été réalisé. Une action récompensée par une mention spéciale du jury de la Fondation pour l'innovation et la transmission du goût (appel à projets des Leçons de goût). Une façon concrète - et inspirante ! - de reconnecter les jeunes avec une alimentation saine.

Véronique Buthod, de la rédaction des 4 saisons

Jardin Bio

La permaculture, voie vers l'autonomie ?

18/06/2019 - Après Le potager de mon grand-père, Jupiter Films s'intéresse à la permaculture. « Bien plus qu'une alternative à l'agriculture moderne, c'est un mode de vie, équitable et durable. » Carinne Coisman, réalisatrice et Julien Lenoir, éducateur à l'environnement ont parcouru 30 000 kilomètres par voie terrestre et traversé dix pays. De la France jusqu'en Inde avec Vandana Shiva, Maxime de Rostolan et beaucoup d'autres, ils nous présentent ce qu'est la permaculture et comment chacun peut la mettre en pratique.
Les moyens d'action, en ville ou à la campagne, sont simples et accessibles à tous : construction, jardinage, énergie, relations, solidarité, créativité... Une nouvelle aventure humaine !

Dans quelle salle le voir, et participer à un débat dans la foulée ? Liste complète des séances : https://www.jupiter-films.com/actualite-permaculture-la-voie-de-l-autonomie-seances-100.php

La bande-annonce est disponible sur YouTube : https://www.youtube.com/user/jupitercommunication/videos
Plus d'infos : www.jupiter-Films.com et sur Facebook : @JupiterFilms

Jardin Bio

Pesticides : les reculs s’accumulent 

Bananeraie

Pixabay/CC

17/06/2109 - Le 24 janvier, Emmanuel Macron revenait sur l'engagement qu'il avait pris personnellement d'interdire le glyphosate en 2021. Un geste en direction de la FNSEA, qui a dû être ravie de l'entendre affirmer, lors d'une visite aux Antilles, que le chlordécone, ce pesticide longtemps utilisé dans les bananeraies, n'était pas cancérigène. Martiniquais et Guadeloupéens - chez qui le taux de prévalence du cancer de la prostate est l'un des plus élevés du monde - ont apprécié !

Quant au fonds d'indemnisation des victimes des pesticides, il a encore été reporté, à la grande déception des quelque 10 000 victimes professionnelles potentielles... La ministre de la santé, Agnès Buzyn, a proposé de le réinscrire dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale, à l'automne prochain. Quant au Sénat, il a tout bonnement autorisé la vente hors de l'Union européenne de pesticides produits en France, mais jugés toxiques et interdits dans notre pays !


Marie Arnould, de la rédaction des 4 saisons

Alimentation et bien être

Fruits et légumes à la sauce pesticide

Raisin

P. Asman/Flickr/CC

10/06/2019 - Pour la bonne bouche, la Direction générale de la concurrence et des fraudes a établi un savoureux classement des quinze produits les plus contaminés par les pesticides. En tête, on retrouve le raisin, suivi de près par les clémentines et mandarines ainsi que par les cerises.

Au pied du podium : pamplemousses et pomelos, céleri-branche, fraises, nectarines et pêches, oranges.

Les pommes aux fameux "35 traitements" n'arrivent qu'en 9e position, et sont suivies par les abricots, les citrons, les poires, les herbes fraîches, les endives et les céleris-raves...
Amoureux des fruits, passez au bio ! Amoureux du vin, passez aussi au bio !

Marie Arnould, de la rédaction des 4 saisons

6 résultats sur 525 - Page 1/88
1[2][3][4][5][6][Dernière]
© 2008 Terre vivante