• Vous êtes ici :
  • Accueil > 
  • Actualités
Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris Envoyer à un ami

Actualités de l'écologie pratique

6 résultats sur 525 - Page 87/88
[Première ][82][83][84][85][86]87[88]
Jardin Bio

Taillez vos arbres têtards cet hiver

Connaissez-vous les "trognes" ? Appelés aussi "trouesses", "ragosses" ou autres noms pittoresques, ce sont les arbres têtards, des arbres que l'on taillait autrefois d'une manière particulière afin de fournir notamment du fourrage au bétail. Les tailles successives lui donnent une silhouette bizarre, avec une grosse tête d'où partent les rejets. Ces arbres jouent un rôle intéressant pour la biodiversité : des cavités se forment au niveau de leur tête, qu'affectionnent de nombreuses espèces d'oiseaux et de mammifères - chouette chevêche, huppe fasciée, différents pics, lérot, chauve-souris...

Depuis 2005, le Parc naturel des Boucles de Seine normande mène une action de préservation, qui a permis de sauvegarder 1 115 de ces arbres en vallée de Seine. En 2008, il propose son aide aux habitants et aux communes qui souhaiteraient effectuer une taille d'entretien. En novembre-décembre, vous pouvez ainsi disposer des services gratuits d'un élagueur professionnel, car cette taille n'est pas évidente à réaliser. Tél. 02 35 37 23 16 ; http://www.pnr-seine-normande.com/

Jardin Bio

Retrouver les vaches disparues

brève vaches disparues

Races d'Anglès, de Boucquemon, du Mézenc ou du Quercy, Ardennaise, Augeronne, Berrichonne, "Bétail de Rennes", Boulonnaise, Bourbonnaise, Bressane, Carolaise, Cauchoise, races Cévenoles (Montagne Noire, Séguéla, Gévaudan), Comtoise (Tourache), Fémeline, Fribourgeoise, Garonnaise, Gessienne, Mancelle, Marchoise, Maroillaise, Morvandelle, Picarde, Tachetée dauphinoise ou Solognote... Le nombre de races locales de vaches qui ont disparu depuis le XIXe siècle est impressionnant. L'écrivain scientifique Philippe J. Dubois cherche à en dresser l'inventaire pour un ouvrage à paraître. Il est en quête de toute information, notamment des documents photographiques ou des dessins. Les cartes postales sont ainsi de précieuses sources : même si elles n'indiquent pas une race précise, elles peuvent montrer des animaux proches des races disparues. De même pour les coupures de journaux anciens. Vous pouvez envoyer vos documents (que l'auteur vous renverra une fois scannés) ou vos scans à Philippe J. Dubois, 104 rue Saint-Jean, 95300 Pontoise, ou pjdubois@orange.fr

Jardin Bio

C'était un petit jardin...

brève jardin de Saint-Clément

Alors que les jardins partagés se multiplient en ville partout en France, Nantes a opté pour la destruction des jardins familiaux de Saint-Clément, en centre-ville, pour faire place à un projet immobilier. Sur 4 500 m2, deux bâtiments accueilleront cent logements ; la moitié seront des logements sociaux, un point positif dans un contexte où ils sont rares. Mais les jardins et les arbres de plus de 50 ans disparaîtront... au profit d'espaces verts qui, au final, occuperont une surface équivalente !

Pourtant, l'association Sully-Bonnefoy avait déposé un projet qui permettait d'insérer encore mieux les jardins de Saint-Clément dans le tissu social du quartier, en augmentant le nombre de parcelles et en attribuant une parcelle à l'école, et une autre à tous les habitants, pour les anniversaires ou les pique-niques... Selon l'association, un projet alternatif de 65-70 appartements aurait permis de conserver les jardins. Avec la crise immobilière, le projet sera peut-être revu à la baisse ? Pour en savoir plus : http://jardinstclement.unblog.fr 

Jardin Bio

Sauver les variétés bretonnes

Connaissez-vous le chou de Lorient, l'oignon d'Erdeven, le haricot coco de Pont-l'Abbé ou de Belle-Île ? Ce sont des variétés bretonnes qui risquent de s'éteindre. Pour empêcher cette disparition, l'association Kaol Kozh (« vieux chou » en breton et... « bien commun » en russe !) lance un appel à semences. Si vous cultivez ou multipliez une vieille variété locale de légume, ou d'une autre plante alimentaire, et que vous souhaitez la voir perdurer, prêtez à Kaol Kozh un échantillon, qu'elle vous rendra la saison suivante avec, en prime, un échantillon d'une autre variété de leur collection. Tél. 02 99 77 32 34 ; kaol.kozh@laposte.net

Jardin Bio

Marché des semences bio en progrès

Choisir ses semences

Selon Alter Agri, la revue de l'Itab (Institut technique de l'agriculture biologique), le marché des semences bio est en nette progression. Pour les semenciers conventionnels ayant une production bio conséquente, les semences bio représentent parfois jusqu'à près de 10 % des ventes. Ceci concerne principalement les ventes aux agriculteurs et maraîchers bio, et l'on n'a pas de chiffre sur les ventes de semences bio aux particuliers. Néanmoins, l'intérêt de développer une filière semence bio est double : il s'agit, d'une part, de préserver l'intégrité et la crédibilité de l'agriculture biologique qui ne doit pas être tributaire de semences et, d'autre part, de permettre le développement d'une sélection adaptée avec des critères spécifiques et des méthodes de sélection compatibles avec les principes de l'AB.

Alimentation et bien être

Des fraises au printemps… mais pas en hiver !

Fraisesprintemps

Quels liens entre nos choix alimentaires et la santé de la planète ? C'est le thème d'une nouvelle opération de la Fondation Nicolas Hulot, baptisée "Des fraises au printemps". L'objectif : sensibiliser les consommateurs sur leurs pratiques alimentaires et leurs choix de consommation. Différents outils sont proposés pour inciter à manger local, de saison, varié et de qualité : un mini-guide "Repères pour faire ses courses", un livret découverte "Biodiversité et assiette", un poster des fruits et légumes de saison et trois menus par saison conçus par des grands noms du monde culinaire - Julie Andrieu, Jean Montagard et Marc Veyrat. Le site internet offre aussi un accès à la plateforme de géolocalisation des AMAP (Associations pour le maintien d'une agriculture paysanne), du réseau "Jardins de Cocagne" et des marchés bio, pour trouver facilement les fournisseurs les plus proches de chez vous. Cette plateforme a été mise en place par l'association Colibris fondée par Pierre Rahbi (Mouvement pour la Terre et l'humanisme) et Le marché citoyen, annuaire internet spécialisé dans la consommation responsable.
www.defipourlaterre.org

Lire sur le même sujet :

Quels fruits et légumes cette saison ?

6 résultats sur 525 - Page 87/88
[Première ][82][83][84][85][86]87[88]
© 2008 Terre vivante