Diminuer la taille de la police (xx-small).Augmenter la taille de la police (small).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. Supprimer l'ensemble de la personnalisationImprimer ce document.Ajouter aux favoris Envoyer à un ami

Jardin bio

L'actualité

Plantation d'une forêt Miyawaki à Lyon les 5, 6 et 7 mars avec l'association Boomforest

Forêt Baciu Cristian Mihai, Unsplash

Baciu Cristian Mihai, Unsplash

1/03/21 - Après la plantation de plusieurs mini-forêts et reboisements à Paris, l’association Boomforest revient avec un projet de plantation citoyenne à Lyon du 5 au 7 mars dans le parc de Parilly. Utilisant la méthode développée par le botaniste japonais Akira Miyawaki, l’association propose de créer des « forêts naturelles sans entretien », apportant de nombreux avantages tant écologiques que sociaux.

« Tandis que les températures s'adoucissent progressivement, c'est le bon moment pour planter des arbres », selon l’association Boomforest : « avant qu'ils ne bourgeonnent, ils sont encore en repos hivernal et leur métabolisme, ralenti, ne souffre pas du changement de décor. » Puisque la période actuelle, juste avant le début du printemps, est propice à l’installation des arbres dans leur nouvel environnement, Boomforest organise une plantation citoyenne au parc de Parilly à Lyon les 5, 6 et 7 mars prochains. L’objectif est de planter 600 arbres d’essences locales dans l’allée des Robiniers, sur une surface de 200 m2 dans le nord du parc.

La méthode Miyawaki

Créée en 2016, l’association Boomforest « promeut la création et la restauration de forêts riches, naturelles et proches de nous », en proposant à la fois des actions concrètes de plantation, mais aussi de sensibilisation et de diffusion de la méthode Miyawaki. Cette méthode, attribuée au botaniste et professeur japonais Akira Miyawaki, reposerait selon l’association « sur les équilibres naturels qui permettent aux arbres de s’entraider pour pousser plus vite ». Elle se fonde notamment sur le triptyque choix d’espèces, densité des arbres et diversité des espèces : les forêts ainsi créées s’apparenteraient à des forêts naturelles en ce qu’elles reproduisent une « végétation naturelle potentielle », à savoir la « végétation qui pousserait dans un lieu si ce dernier n’était pas soumis à des perturbations d’origine humaine ». Les diverses essences sont donc choisies en fonction des conditions climatiques et topographiques du lieu de plantation. Autonomes en trois ans – ne nécessitant plus d’intervention humaine –, ces forêts seraient alors à même de rendre de nombreux services, protégeant de la pollution, des bruits, des catastrophes naturelles telles que les glissements de terrains et inondations, fournissant de la fraîcheur en plus d’accueillir une riche biodiversité.

Plantation Porte de Montreuil, 2018, Boomforest

Une forêt participative

Dans son manifeste, l’association Boomforest rappelle sa conviction que la « restauration de l’équilibre écologique d’un lieu et sa pérennité dans le temps a bien plus de chances de réussir si la coopération des communautés locales est active, et si chacun a conscience de l’importance de la biodiversité dans son quotidien ». Les forêts sont des lieux de partages et de rencontres : planter une forêt devient alors un « acte collectif », « c’est une communauté d’humains qui plante une communauté d’arbres ». Bien que les places pour prendre part à la plantation de Lyon soient complètes – des plages horaires avec un nombre restreint de participants pour respecter les gestes sanitaires ont été aménagées –, vous pourrez tout de même « venir y assister à titre de visiteur curieux » de 14h à 17h le vendredi 5 mars, ou entre 10h et 12h puis 14h et 17h les samedi et dimanche 6 et 7 mars.

Si vous ne vous trouvez ni à Lyon ni aux alentours de Paris pour participer aux opérations de plantation ou de désherbage des forêts Miyawaki mais que le projet vous inspire, vous pouvez également participer aux événements de sensibilisation organisés par l’association, tels que des Facebook Live ou des présentations, « réseautage et papotage », voire proposer de créer une forêt dans votre quartier.

Madeleine Goujon

Voir toutes les actualités

Carte climatique

Carte climatique de la France avec zones de rusticité
© Terre vivante© Terre vivante

Quand semer, quand planter au printemps ? Comment se situer par rapport à la fameuse zone de référence que tous les manuels et sites de jardinage prennent en compte lorsqu'ils donnent leurs conseils ? Voici une carte et des indications qui vous seront précieuses.

Voir la carte climatique,
et les travaux de saison


Conseils de semis

Semez les carottes

C’est une inamovible du jardin, à cultiver dans une bonne terre bien ameublie. En cuisine, elle s’accommode de tout !

Semez vos haricots verts

Un été sans haricots verts au jardin ne serait pas un vrai été. N’hésitez pas à cultiver des variétés à rames, esthétiques et plus aisées à cueillir.

Semez les blettes

La blette, aussi appelée poirée, est d’aimable composition : elle ne pose pas de problème particulier au jardin. Et en plus, elle se décline en deux parties à cuisiner : les côtes et le vert, lequel remplace aisément les épinards.

Maladies : les connaître, les éviter

La chlorose ferrique

Le jaunissement des feuilles est souvent lié à une carence. Au niveau du pêcher, il signale une chlorose ferrique, dû notamment à la présence de calcaire dans le sol. Conseils pour concilier calcaire et pêcher !

Les rouilles

Premiers signes de rouille ? Pour éviter la propagation de la maladie, le ramassage et le brûlage des feuilles, ou encore le recours à la bouillie bordelaise sont les meilleures solutions.

Le mildiou

Avec les étés humides de ces dernières années, le mildiou a fait des ravages dans nos jardins. Plutôt que d'attendre l'arrivée des champignons, optez pour plus de prévention !

Économies d'eau

Créer une prairie fleurie

Soyons réalistes, l’évolution climatique renvoie le gazon à la catégorie culture de luxe ! Dans les régions du Sud, même arrosé, il vire au paillasson dès juin. Inutile de s’entêter, il faut le changer en prairie fleurie…

Fleurs sobres

Même au jardin d’ornement, il faut composer avec la nature, pour se rapprocher de l’écosystème naturel, par définition le moins exigeant en arrosage puisqu’il se contente des apports d’eau naturels. Là où l’eau manque, mettons des plantes sobres !

Pailler les massifs de vivaces, en vidéo

Un conseil en vidéo des 4 Saisons du jardin bio pour pailler ses massifs de vivaces. Avec les conseils de Pascal Aspe, jardinier en chef au centre écologique Terre vivante.
© 2008 Terre vivante